AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Guide du forum  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur Lost Universe !
Forum RPG inspiré de Sword Art Online • Avatar manga 200*320px • 15 lignes minimum • Un staff présent • une bonne ambiance • De nombreux concours et activités ! • Plus de deux ans d'ancienneté !

♥ N’oubliez pas de voter pour nous toutes les deux heures !


Prédéfinis


Le forum est réouvert ! Le forum a été réinscrit sur les top-sites merci de voter pour nous !

 

 [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Lun 31 Mar - 21:51

Si Lek avait décidé de se rendre dans cette région au nom qu'on ne retenait pas si aisément, c'était pour deux raisons : d'abord pour le simple plaisir de voyager, de parcourir cette nouvelle réalité pour en dénicher toutes les merveilles et trésors naturels, mais aussi pour poursuivre sa montée en niveau afin de débloquer d'autres de ces quêtes narratives qui l'embarquaient à chaque fois dans des excursions inoubliables. Ainsi, puisqu'il était d'avantage ici pour l’aspect narratif que pratique, il s'était accordé trois journées complètes pour parcourir la ville. Et même si ce petit coin n'avait rien révélé d’extraordinaire, il avait été reposant si l'on mettait de côté l'habituelle atmosphère de méfiance entre ces joueurs qui commençaient à devenir plutôt puissants.
Lek trouvait ça franchement dommage que certaines personnes en soient d'ailleurs réduites à devenir paranos au point de voir en chaque joueur d'avantage une menace directe qu'un potentiel rival, même si le but du jeu restait d'être le premier à atteindre le niveau 100. Il semblait qu'aucun d'entre eux, peut être parce qu'ils étaient morts de trouille d'avoir été définitivement transféré d'un monde à l'autre sans être sûr d'un jour pouvoir faire le chemin inverse, n'était plus capable de réfléchir quelques instants aux indubitables avantages d'un climat d'entente et d'entraide. Quelques débuts d'altercations avait même pointé ici et là, vite refrénée par des PNJ miliciens ou les restrictions PVP en vigueur dans certaines zones.

Le quatrième jour, Lek avait passé une dernière fois en revue les quêtes disponibles dans le coin pour finalement jeter son dévolu sur une seule, celle intitulée "La petite maison de Gundodrada". Sont choix n'était ni motivé par la récompense, l'EXP ou le niveau de la mission, mais plutôt pour ses enjeux narratifs. En effet, la tâche consistait à rapporter une portrait de la mère d'une jeune femme. Evidemment, l'objet se trouvait dans une zone cernée de monstre... Mais ça n'importait guère. Lek comprenait tout à fait que l'on puise chérir le portrait d'une personne aimée et qu'on veuille tout faire pour le récupérer, ne serait-ce que pour en garder de vifs souvenirs. Ainsi le lui avait expliqué Lyril :
- Quand j'étais petite j'vivais dans une maison près de Gundodrada, là-bas y avait pleins de monstres mais c'était vraiment beau... Puis un jour des monstres ont attaqué ma maison et ma famille et on a dû déménager, ici... Depuis je suis super triste parce qu'on a dû tout laisser derrière nous. Je crois me souvenir que j'y avais laisser une photo de ma mère, mais avec tout les monstres qui y grouillent... Tu sembles de taille toi ! Tu voudrais pas y aller avec un groupe et récupérer ma photo ? Allez, s'il te plait ! Regardes, j'vous donnerais à chacun un super cadeau ! Alors, c'est d'accord ?
Ce à quoi le Paladin avait répondu avec son habituelle verbosité :
- Tu serais prête à risquer la vie d'aventuriers pour une photo ? Dois-je en conclure... Que tu as également perdu ta mère, là bas ? Sinon, autant vous refassiez une photo. Qu'en dis-tu ?
Bien sûr, le PNj n'avait pas répondu. Elle n'en était pas capable. Mais Lek ne s'était pas démonté :
- Hm... Navré d'avoir posé cette question. J'irais, si ça peut t'aider à surmonter ta peine. Oui, promis, sourit-il. Je trouverais un compagnon pour assurer le coup. Mais il faudrait quand même éviter de demande ça à tout aventurier de passage, tu ne penses pas ?
A nouveau, le silence.
- Et puis à propos... La photographie existe ? ça n'est pas plutôt une peinture que tu m'envois chercher ?
Un nouveau silence. Le PNJ restait figé derrière une fenêtre de quête semi transparente, attendant que Lek, lorsqu'il serait en présence d'un compagnon de route, pose son doigt sur "accepter". Le jeune Paladin poussa un soupir avant de finalement statuer avec aplomb et force :
- Je t'embête avec mes questions. Accepte mes excuses. Comme dit, j'irais récupérer ce portait, et tes souvenirs d'elle resteront clairs et précis. Il pivota, à la recherche d'un binôme. Il y a quelqu'un ici qui souhaite m'accompagner ? Quelqu'un qui souhaite l'aider ? fit-il en montrant la PNJ figée du doigt comme si elle avait été une entité consciente. Comme toujours, Lek ignora superbement les moqueries. C'était souvent comme ça que les choses finissaient quand il prenait la parole en public en se souciant de s'immerger le plus possible dans son nouveau Lui. Mais parfois, un joueur avec assez de présence d'esprit acceptait son comportement, ou le tolérait du moins. Sans doute serait-ce le cas aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Player-Killer »
avatar
« Player-Killer »

✖ Date d'inscription : 11/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Sam 5 Avr - 0:36

Errer au gré du vent – certes virtuel – et de ses envies, voilà à quoi pouvait – presque – se résumer l'actuelle vie du meneur des Jewels Agitators, dont le regard écarlate prenait un certain plaisir à se balader sur des décors plus vrais que nature, dont les sens pourtant reconstitués de manière on ne pouvait plus artificielle savouraient ce qu'il considérait être comme sa réalité. Andreas Fheng n'était plus qu'un lointain souvenir, d'une vie morne et fade, sans couleur et sans saveurs – et ce n'était pas faute de ne pas avoir tenté de la rendre plus intéressante. A présent, c'étaient les souvenirs qu'il construisait dans cette réalité qui importaient, c'étaient les individus de ce monde qui importaient. Et que les joueurs le veuillent ou non, les PNJs faisaient partie de ces individus, que Gaia se plaisait de découvrir chaque jour, comme il découvrait avec curiosité chacun des éléments de cet Ajurna qui avait redonné à sa vie un intérêt.

Aussi n'avait-il pas manqué de remarquer la pauvre Lyril, avec son icône de quête qui était bien la seule chose qui intéressait la plupart des joueurs. Ces joueurs, qui, au lieu de profiter de la nouvelle réalité dans laquelle ils étaient plongés, désiraient la fuir au plus vite, alors qu'ils s'étaient eux-mêmes coupés du monde qu'ils souhaitaient à présent retrouver. Des joueurs obnubilés par ce fameux niveau 100, qui ne prenaient guère le temps d'ouvrir un tant soit peu leur esprit, et d'apprécier au moins pendant quelques instants ce qu'était véritablement Ajurna : un monde à part. Une pensée qui lassait, voire irritait quelque peu le leader de Jewel Agitators, et ce d'autant plus que Gundo' était un lieu fréquenté par des joueurs à niveau relativement élevé. Probablement par lassitude, le blondinet n'avait cependant rien entrepris envers le dernier groupe de joueurs qui avaient ridiculisé la pauvre Lyril, lui manquant très franchement de respect en raillant la qualité du 'drop' qu'ils avaient obtenu des monstres de la quête.

Et il ne s'était pas plus dévoué à l'accomplissement de la quête en solitaire puisqu'il trouvait qu'une telle chose manquait singulièrement d'intérêt. Il n'avait guère besoin de quête pour découvrir les merveilles visuelles de ce monde, et nulle envie de monter le plus rapidement possible des niveaux, dans l'objectif de quitter ce monde – au contraire. Aussi s'était-il contenté de gambader nonchalamment dans les environs, profitant de sa récente montée de niveau pour avoir moins à craindre des monstres rôdant dans la zone. Mais il lui avait bien fallu repasser de temps à autre devant les yeux de la sempiternelle Lyril, avant de voguer vers de nouveaux horizons.

Et c'était à l'occasion de l'un de ces passages hasardeux en territoire peu hostile – notion relative lorsque l'on était un player-killer notoire – que l'ingénieur avait tendu l'oreille vers la jeune Lyril, et qu'il avait entendu l'étrange monologue du guerrier brun, qui venait très certainement d'entendre la complainte de la demoiselle. Et au lieu de rire du jeune homme comme le faisaient plus ou moins discrètement les joueurs alentours, Gaia posa un regard intéressé sur l'énergumène, pour lequel il ne put s'empêcher de ressentir un élan de sympathie. Si certains prenaient ce monde pour un simple jeu qui n'avait rien d'une réalité, ce n'était guère le cas de ce gars-là. Et cela plaisait au blondinet.

Les ricanements se turent lorsque l'ingénieur sortit de l'ombre du bâtiment dans laquelle il avait progressé jusque-là, par souci de discrétion – voleur un jour, voleur toujours... surtout avec un pseudonyme aussi noir que le jais. Un sourire flottant sur son visage, le blondinet aux prunelles écarlates leva nonchalamment la main, ignorant les regards méfiants que lui jetaient les joueurs alentours.

« Moi. Laissez-moi aider cette pauvre âme en détresse, puisqu'elle semble être trop dérisoire pour les individus trop honorables qui sont en notre présence. »

Une pique, pleine d'ironie, lancée volontiers à l'égard de ceux qui avaient ri du comportement du guerrier aux cheveux bruns. A ses yeux, Lyril n'était pas qu'un pauvre ramassis de données et de pixels sans importance – en dehors de l'expérience que rapportait sa quête. Elle était véritablement cette gamine qui avait besoin d'aide, besoin de retrouver un souvenir d'une famille très probablement disparue – seul Akio Fujita connaissait les circonstances de la demoiselle, mais elles étaient autant dignes d'intérêt que celles des autres individus de ce monde.

D'un geste fluide de la main, le blondinet fit apparaître un menu déroulant, invitant ainsi en deux temps trois mouvements le jeune homme aux cheveux bruns à former un groupe avec lui, tandis qu'il tendait l'autre main à son éventuel futur partenaire.

« Ravi de te rencontrer, partenaire. Gaia, à ton service, et à celui de cette demoiselle. »

Même si rien ne l'y obligeait, le blondinet aimait se présenter en bonne et due forme à ceux qu'il jugeait digne de son intérêt. Et cet oiseau-là avait pour ainsi dire piqué sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Sam 5 Avr - 12:06

Normalement, les petits quolibets et autres acerbités duraient plus longtemps quand Lek s'exprimait ; il avait également pris l'habitude de devoir patienter d'avantage lorsqu'il était question de créer un groupe d'aventuriers, même rassemblés autour d'un objectif commun. Mais là, surprise, non seulement les rires s'étaient estompés, écrasé par une chape de tension, et en plus un type se portait même volontaire.
Tandis qu'il approchait de lui, Lek, surpris, prit soin de le jauger. Plus grand que le Paladin, ce type affichait un air sûr de lui avec un soupçon de désinvolture. Même si sa gestuelle évoquait la nonchalance, on y discernait comme une souplesse, une vivacité féline. Même s'il ne payait pas de mine, son petit air détaché et le fait que les rires se soient tues lors de son entrée en scène en disaient long sur lui ; ainsi, Lek pensait que cet arrivant devait avoir une certaine réputation.
S'il avait pu voir son pseudo noir, il aurait compris. Mais, soucieux de toujours plus s'immerger dans cette nouvelle réalité, il avait désactivé toute option permettant d'en savoir trop sur une personne d'une manière non-naturelle, sans qu'elle ne se soit présentée.
Même si ça voulait dire fréquenter des PK sans s'en rendre compte.

D'avantage que les apparences, c'est la manière de parler du blondinet qui plut au Paladin. Si un aventurier plus lambda s'était résigné à le rejoindre, Lek aurait eu droit à du "ouais, on go faire ça vite pour le loot" ; mais là... Ce type là avait fait l'effort de s'exprimer dans un langage correcte, châtié même, et c'était très agréable. Ah, c'en était tellement plaisant qu'il faillit accepter invitation de groupe sans même réfléchir.
Il faillit.
Aussi loin qu'il se souvienne, une telle occurrence s'était produite une fois : un autre joueur qui, après qu'il ai entendu le Paladin s'exprimer, l'avait rejoint pour lui proposer son aide en veillant à s'expliquer correctement. Lek et lui avait un peu discuté, et il avait finir par se rendre compte que ce joueur se forçait à rendre son discours raffiné, incitant Lek à continuer de parler pour le plus grand plaisir d'un public d'abrutis dissimulé non loin.
Se pouvait-il que la même soit en train de se reproduire ?
Puis, à l'instant même où cette pensée se formulait dans son esprit, Lek soupira de dépit. S'il se permettait d'être suspicieux avec le trop peu de personne qui évoluaient comme lui, il n'y aurait plus aucun moyen de faire de belles rencontres.
Alors il posa son doigt sur le bouton "accepter" qui venait d'apparaître devant lui, autorisant l'apparition d'une fenêtre de groupe dans laquelle sa barre de vie était à côté d'autres PV anonymes. Il y inscrivit manuellement le nom que le jeune homme lui avait donné avant de finalement sourire :
- Heureuse rencontre. Plutôt que de serrer la main tendue, il tendit son poing en attendant que le blondinet y cogne doucement le sien. Je suis Lek, Paladin. Quant à ma classe, je suppose que tu la devine, dit-il en désignant d'un geste vague son armure et son bouclier.
Il ne le réalisa que maintenant, mais si ce type s'exprimait comme lui, s'il sous-entendait que Lyril n'était pas qu'un bête PNJ mais une personne qui avait besoin d'aide, peut être que cela voulait dire qu'il chérissait les mêmes idéaux ? Il faudrait le savoir.
- Pardonne ma curiosité, mais j'aimerais savoir à quel point tu es... Compétent, avant que nous ne partions.
Par là, Lek voulait connaître le niveau de Gaia sans le lui demander de manière triviale. Il pourrait ainsi en savoir plus sur son désir d'immersion selon s'il répondait par un chiffre ou autrement.
En attendant sa réponse, il se tourna pour lancer la quête via une petite fenêtre vers Lyril. Lorsque ce fut fait, il entraîna son camarade à sa suite en direction d'un relais postal pour y louer deux monture.
- C'était bien envoyé, tout à l'heure. Le moins que l'on puisse dire c'est que tu sais clouer les becs de ces crétins. Ça à vraiment jeté un sacré froid ; j'ai même cru qu'il y en aurait un pour contester, mais non. Ils avaient même l'air méfiant, non ? Fit-il toujours sans savoir que la couleur du pseudo du voleur -qu'il ne voyait pas- avait joué un rôle dans l'affaire. Quoi qu'il en soit, bien joué. Pour la peine, je prend en charge les frais pour nos deux montures.
Deux montures qui, en l’occurrence, s'avéraient être de grand chevaux bruns. Mais au moment de confirmer la location, le Paladin fit volte face pour fixer son partenaire, l'air embarrassé :
- Je m'empresse, je m'empresse, et voilà que j'oublie de te demander ton avis quant à la manière de partir chercher ce portrait. Peut être n'as tu pas appris à monter ? Lança-t-il en faisant allusion à la compétence d'équitation. Ou préfères-tu simplement y aller à pied ? Non pas que le trajet jusqu'à l'objectif ne vaille pas le coup qu'on s'y attarde, mais il ne présente rien d’extraordinaire. Cela dit, ça pourrait être une bonne occasion pour discuter. Que choisis-tu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Player-Killer »
avatar
« Player-Killer »

✖ Date d'inscription : 11/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Dim 6 Avr - 12:10

L'instant bref d'hésitation de la part du jeune homme brun n'échappa pas au blondinet, mais celui-ci n'en montra rien, un sourire malicieux flottant toujours sur son visage. S'il n'avait su ainsi masquer le fond de ses pensées, le player killer qu'il était n'aurait su survivre aussi longtemps... Car il y avait bien des manières de nuire à un joueur dont le pseudonyme avait pris la teinte de l'ébène, autrement qu'en devenant soi-même un 'criminel'. Peut-être que son interlocuteur avait découvert ce noir si effrayant. Ou peut-être pas. Mais même en tant que player-killer notoire, Gaia ne craignait guère tendre la main à un homme qui prenait la peine de s'immerger dans la réalité qui était devenue la leur.

Aussi cogna-t-il doucement son poing contre celui de Lek lorsqu'il le lui tendit, préférant un salut bien plus combatif qu'une poignée de main. Ce qui ne manqua pas de piquer à vif l'intérêt de l'ingénieur, qui se réjouit intérieurement d'avoir mis la main sur un joyau rare, sur un être qui avait le mérite de vouloir vivre intensément dans ce monde tout en obéissant à ses règles. Depuis toujours, Ajurna avait su tromper l'ennui dans lequel il était plongé depuis sa tendre enfance, et ce genre de rencontre ne faisait qu'accroître le plaisir. Peut-être que le jeune homme brun se détournerait lorsqu'il découvrirait à quel point le blondinet avait fait sienne cette réalité virtuelle, mais peu importait. Pour le moment, il voyait son excursion dans le Sud d'Ajurna prendre une tournure des plus intéressantes, et cela lui suffisait.

Le regard écarlate de l'ingénieur détailla rapidement l'équipement visible de son interlocuteur, qui s'affichait sans le moindre complexe comme membre de la classe guerrière, sinon l'une de ses branches d'évolution. Mais au fond, peu importait. Ce n'était pas la classe, ce n'était pas le niveau, ce n'était pas le clan de cet homme qui l'intéressait, c'était l'homme en lui-même, ce qu'il était, et ce qu'il vivait. Même si, d'un point de vue purement technique, il était toujours appréciable d'être en compagnie d'un bourrin notoire pour dégager le passage ou prendre quelques coups que sa constitution de voleur ne saurait trop supporter. Quant à la question du paladin, posée subtilement, elle ne manqua pas de provoquer l'amusement du blondinet, qui prenait un certain plaisir à observer cet homme faire abstraction de ces chiffres qui dénaturaient quelque peu le jeu si on tenait à s'immerger le plus possible dans cette réalité.

« Hum... Suffisamment pour m'être spécialisé dans l'ingénierie depuis quelques temps déjà, répondit-il toujours avec cette même nonchalance. »

Une réponse vague, qui ne valait guère un chiffre, mais si Lek connaissait les mécanismes de jeu, il saurait déduire que son partenaire avait dépassé depuis un certain temps le cap du niveau 30. Et qu'il ne dépassait pas en revanche le niveau 41, au vu des conditions de la quête qu'ils venaient d'accepter. Ce qui lui fournissait, selon Gaia, une fourchette de niveaux acceptable, si bien qu'il n'en rajouta guère plus et qu'il se laissa entraîner par son partenaire en direction d'un relais postal. Et, au lieu de se renfrogner, il ne put s'empêcher de sourire davantage lorsque le paladin lui fit part de son admiration et de sa... curiosité. Ainsi donc, le paladin ignorait sa nature de PK... Et jouait en désactivant toutes les fenêtres possibles et imaginables. Un puriste, en somme.

« Ils ne l'ont pas volé, répliqua le blondinet avec légèreté. Enfin, ces gens-là se préoccupent trop de choses assez triviales, à mon sens, ajouta-t-il avec un sourire malicieux. »

Manière de dire que la méfiance des joueurs à qui il avait cloué le bec se focalisaient exagérément sur le côté statistique et vidéoludique d'Ajurna. Car son statut de PK révélé par la couleur de son pseudonyme n'était en rien le fruit d'une connaissance acquise par un skill ou par un moyen purement role play. Tout comme il n'était pas devenu PK pour le plaisir de la chose, mais simplement pour suivre ses convictions, et vivre en étant fidèle à lui-même dans cet univers.

L'ingénieur jeta un œil aux deux montures que s'apprêtait à louer le paladin, songeant à la dernière fois qu'il avait monté ce genre de bête. De loin, il préférait parcourir Ajurna à pieds, ses statistiques de vitesse lui permettant en outre de se déplacer assez rapidement de cette manière, mais il avait de temps à autre expérimenté l'équitation, puisque, malgré le fait qu'il n'était plus Andreas Fheng, il avait conservé sa nature de curieux touche-à-tout. Mais il ne pouvait probablement pas demander à un paladin de voyager à pied à un rythme aussi soutenu que le sien.

« J'ai quelques notions d'équitation, mais ne t'attends pas à me voir galoper aussi vite que l'éclair, le prévint-il. Ni à livrer fièrement bataille de là-haut. Mais cela pourrait être un moyen de perfectionner tout ceci. Et de discuter en chemin. Si, bien sûr, tu ne vois pas d'inconvénient à débourser quelques pièces pour un cavalier peu adroit. »

Après tout, il lui avait proposé de payer la monture, ce que Gaia n'avait nullement contesté. Mais toujours est-il qu'il se pouvait qu'il ne soit guère partant pour un voyage équestre en compagnie d'un ingénieur n'ayant que peu augmenté ses compétences d'équitation. Mais en ce qui concernait Gaia, plus il pouvait expérimenter de quoi sortir de l'ordinaire, plus il était ravi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Lun 7 Avr - 12:05

Lek fut grandement satisfait de voir avec quelle subtilité le voleur avait su répondre à sa question. Selon les informations qu'il lui avait fourni, le jeune homme était au moins niveau trente, quarante au maximum pour pouvoir prendre la quête. Quoi que... Il pouvait très bien accompagner Lek sans prendre la quête, donc à bien y réfléchir, il n'y avait pas vraiment de moyen d'être sûr de son niveau. Quelle importance de toutes façons ?
En revanche, Lek tiqua sérieusement lorsqu'il apprit que son interlocuteur était un Ingénieur. Pour le Paladin, ce nom de classe et ce à quoi elle était liée n'était qu'un funeste rappel à ces instants qui avait rendue sa morne existence insipide dans un premier temps, insupportable par la suite. Les machines. Leur bruit. Leur crasse. Leur puanteur. Leur laideur. Leurs dangers.
Ajurna était un nouveau monde, parfaitement pur et propre, libéré du joug de l'infâme technologie qui dominait l'autre réalité. Pourtant, il restait des aventuriers assez... Assez masos pour vouloir continuer de côtoyer les machines ici.
Quelle horreur...
Très sincèrement, rien que pour ce détail, une folle envie de tourner les talons étreignait Lek. Il ne comprenait pas du tout que l'on puisse vouloir transposer un fléau d'une réalité à l'autre. Mais... Était-ce le moment de faire la fine bouche ? S'il se détournait de ce personnage capable de se réinventer dans ce monde meilleur, combien de temps allait-il mettre avant d'en croiser un autre ?
Aucune idée.
Il consentit donc à faire un très gros effort en veillant -un peu tard- à ne rien trop laisser paraître :
- Ne t'en fais pas. Il n'est question d'utiliser ces montures que pour se déplacer, pas pour combattre sur leur dos. Ce serait trop risqué de s'y essayer sans être sûr d'y arriver. Nous n'allons pas foncer non plus, c'est principalement pour rester frais une fois sur les lieu, précisa-t-il sans parvenir à se décrisper immédiatement.
Malgré son encombrante carapace de métal, le Paladin parvint à se hisser sur l'étrier avant d'enfourcher la selle, le tout relativement rapidement. La bête renâcla plus par principe qu'autre chose avant de se rétablir et, d'où il était, Lek acheva de régler la transaction. Il observa ensuite son camarade sans parvenir à se départir d'une note d'amertume quant à son orientation dans cette nouvelle réalité.

Comme promis, Lek tâchait de ne pas avancer trop vite. Il n'était d'ailleurs pas utile de se presser puisque la mission n'imposait aucun timer. Ainsi, le départ s'était fait tandis que le duo prenait son temps... Mais dans un silence que la rencontre des deux héros n'aurait pas laissé présager. Une ambiance tendue s'était installée depuis que Lek savait l'attrait qu'avait son compagnon de route pour les tas de ferraille. Ce même silence de la part du jeune Paladin avait manqué de s'étendre sur toute la durée du trajet, mais il avait fini par demander de but en blanc :
- Pourquoi l'ingénierie ? Pourquoi les machines ? Il avait laissé un subtile écho de dégoût résonner dans sa voix. Tu aurais pu choisir d'avoir une force hors norme en devenant un chevalier. Tu aurais pu apprivoiser les éléments en étant mage. Tu aurais pu être au plus près de la nature en devenant un dompteur de bête. Si être un voleur t'intéresse tant, tu avais la possibilité de t'orienter vers le maniement de lames. Tu aurais même pu faire dans l'original et faire un mélange de vocation, comme un mage qui plutôt que d'agiter un sceptre, brandit un fléau enchanté ou... Je ne sais pas, des gantelet de mêlé pour un style de magie de contacte ; un dompteur de bête spécialiste de la défense mobile ; un guerrier adepte de la vitesse plutôt que de la force... Les possibilité ne manque pas. Alors pourquoi les machines ?
Sans le vouloir, sur la fin, Lek avait trahi une part de son aversion pour a mécanique au travers d'un froncement de sourcil et d'une pointe d'acerbité dans la voix. A présent, il fixait l'Ingénieur de manière insistante et attendait des réponses. Son ancien lui, dans une telle situation, serait sans doute déjà loin, très loin. Mais dans cette réalité, Lek était plus patient, plus enclin à laisser une chance aux autres sans les juger aussi vite qu'il en avait l'habitude. Après tout, peut être que Gaia avait une très bonne raison de s'être voué à un destin aussi peu reluisant que celui-ci. Mais en même temps que cette pensée se formait dans son esprit, Lek ne parvint à trouver aucune vraie bonne raison pour s'intéresser à l'acier dégoûtant des machines.
En plus, dans l'autre réalité, il avait déjà fait l'expérience de ces classes aux aptitudes anachroniques par rapport à l'univers dans lequel elle évoluait. C'était d'ailleurs l'une des raisons qui l'avait poussé à arrêté certains jeux en ligne.
Au final, le blondinet avait tout intérêt à s'expliquer avec le plus de diplomatie possible puisque aux yeux de Lek, son orientation était criminelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Player-Killer »
avatar
« Player-Killer »

✖ Date d'inscription : 11/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Jeu 17 Avr - 19:08

Le jeune homme aux cheveux blond ne tiqua pas, mais il ne manqua pas de remarquer une certaine crispation chez son interlocuteur, dont il ignorait l'origine. Etait-ce à propos de ces détails futiles qu'il avait évoqués quelques instants plus tôt, ou était-ce une vue de son esprit pas très équilibré selon plusieurs personnes qui avaient côtoyé le leader des Jewel Agitators en l'ayant déclaré complètement perché ? Il l'ignorait, et il demeura silencieux, sans pour autant oublier la chose : Gaia était de ces individus qui se plaisent à tout remarquer. Quoique le terme de 'plaire' n'était pas le plus approprié. Si le blondinet observait ainsi les individus, c'était à la fois par instinct de survie et par curiosité. Quoiqu'encore une fois, ces deux termes là étaient génériques pour l'homme ennuyé qu'il avait été avant de poser les pieds à Ajurna.

Imitant son compagnon, le blondinet se hissa sur le dos de sa monture, avec une légèreté qui le démarquait de cette carapace de métal qui était devenue son allié le temps de cette quête. Mais ce fut à peu près à cela que se limita son mérite, puisqu'une fois juché sur le dos de la bête, le jeune homme aux prunelles écarlate dut se cramponner de toutes ses forces aux rênes afin de ne pas vider les étriers lorsque sa monture se cabra, visiblement sensible au manque d'habitude de l'ingénieur. Sale bête. Parvenant toutefois à conserver sa position, de même qu'à préserver son apparence, le jeune homme guida la monture à la suite de celle de Lek lorsque celui-ci eut achevé la transaction, puisque financer les déboires d'un homme qui avait peu l'habitude de chevaucher ne le dérangeait guère plus que cela. Et quand bien même le paladin aurait eu l'intention de combattre à dos de son canasson, Gaia aurait de sa propre initiative décidé de quitter ses étriers une fois sur les lieux pour se mouvoir à son aise, comme le voleur expérimenté qu'il était.

« Si l'envie te prend de rester sur ce canasson pour combattre, ne te fais pas prier, commenta l'ingénieur, amusé par sa propre médiocrité. Mais je ne t'imiterai pas. »

Dans cet autre monde qu'il avait quitté, dans lequel il avait répondu au nom d'Andreas, le blondinet avait été de ceux possédant un certain talent naturel pour réussir bien des entreprises. Y compris voler des pommes et du matériel informatique suffisamment élaboré pour parvenir à apprécier les jeux d'Akio Fujita sans jamais débourser le moindre centime. Si bien que de se savoir médiocre dans un domaine ne le vexait guère, au contraire : cela attisait son intérêt, et faisait courir dans ses veines cette adrénaline si capricieuse guère soucieuse de le tirer de la monotonie de l'autre monde.

Avec un soupir presque théâtral, le blondinet joua des rênes pour suivre le paladin, qui faisait l'effort de ne pas mener sa monture au galop, ce qui aurait indubitablement mené l'ingénieur à manger les pissenlits par la racine – heureusement que ce monde empêchait les joueurs de mourir bêtement d'une chute à cheval... Cependant, le silence tendu qui ne tarda pas s'instaurer entre lui et le guerrier ne tarda pas à faire hausser les sourcils du blondinet. Etait-ce la désillusion d'avoir un partenaire peu doué dans le domaine de l'équitation ? Ce n'était pas faute de ne pas avoir prévenu, pourtant... Son regard écarlate scrutant avec curiosité le dos armuré de cet homme qui lui avait pourtant paru aimable aux premiers abords, le blondinet en vint à se demander s'il avait fait le bon choix en suivant cet énergumène qu'il ne supporterait guère s'il se comportait comme une huître tout le long de la quête. Il avait beau apprécier ceux qui considéraient Ajurna comme une réalité, Gaia n'était pas non plus du genre bisounours à s'accrocher à tous ceux qui partageaient une infime part de ses idéaux.

Le guerrier finit toutefois pas briser le silence, mettant par la même occasion fin aux doutes du blondinet. De même qu'à son manque d'enthousiasme. Un sourire s'étira de nouveau sur les lèvres du player-killer, un sourire énigmatique, mû par l'amusement de cet homme qui n'avait pas manqué de percevoir le dégoût de son partenaire quant à son choix de vie dans ce nouveau monde. Ainsi, Lek était de ceux qui voyaient Ajurna comme cette fantaisie médiévale que tout un chacun avait imaginé dans son enfance, dénuée des artifices modernes polluant le monde dit 'réel'... Et il n'eut aucun mal à lire dans les prunelles du paladin sa pensée profonde quant à cette classe anachronique qui s'était fait un chemin dans un monde médiéval.

« Pourquoi ? répéta le blondinet, amusé. Parce qu'elles font partie de ce monde, tout autant que le reste. Ne va pas croire que c'est par nostalgie ou une quelconque autre idiotie du genre que j'ai fait ce choix. »

Bien des joueurs se tournaient vers les machines à cause du lien qu'elles semblaient constituer avec le monde réel. Mais Gaia, lui, ne les considérait pas de cet œil-là. Et il n'était pas non plus comme Lek, qui rejetait en bloc ce qui sortait d'un contexte défini, fermé... et réducteur. Ajurna ne se limitait pas qu'à cela. De même que l'esprit ingénieux de son créateur.

« C'est par... liberté, poursuivit-il, plantant son regard écarlate dans celui de son interlocuteur. Ajurna est ma réalité, est mon monde. Et je tiens à l'apprécier dans sa totalité, sans en laisser la moindre parcelle de côté. Ignores-tu l'existence d'un être parce qu'il est laid ? Ignores-tu l'existence d'un moucheron parce qu'il est insignifiant ? Es-tu de ceux qui demeurent aveugles, qui préfèrent occulter une partie de la réalité pour n'en percevoir plus que ce qui en est agréable ? »

Cet homme le jugeait sans même le connaître. Il le jugeait sur un choix qu'il ne connaissait pas. Etait-il de ceux qui discriminent l'extérieur sans même percevoir ce qui se trouvait à l'intérieur ? Dans ce cas, il n'était pas si différent de ces joueurs qui ne voyaient Ajurna que comme un jeu, une réalité virtuelle pourtant mortelle, en demeurant aveugle devant ses merveilles, en refusant de croire en sa profondeur. Sa main, qui avait lâché les rênes depuis quelques instants déjà, s'ouvrit, dévoilant une sphère d'à peine quelques centimètres de diamètre. Celle-ci s'éleva dans les airs, venant flotter au niveau des prunelles écarlates de l'ingénieur, le point lumineux dont elle était dotée se tournant vers le paladin.

« L'ignorerais-tu, alors qu'elle est aussi réelle qu'Isil ? Parce qu'elle est laide ? Détourneras-tu ton regard, parce que tu juges qu'elle n'a pas sa place dans ce monde ? Pourtant, elle existe bel et bien, cette machine qui souille ta vision. »

Ce n'était pas une supplication. C'était un défi, que les prunelles rubis de l'ingénieur lançaient au jeune homme qui prétendait être un vrai Ajurnien. Aurait-il suffisamment d'esprit pour comprendre cette réalité dans laquelle il était plongé ? Oui, ces machines étaient laides, Gaia lui-même le reconnaissait. Mais il était également l'un des seuls à les reconnaître comme part entière de ce monde, et non comme un lien vers une autre réalité, ou comme une aberration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Mer 23 Avr - 1:30

La vision des choses qu'on lui exposait déplaisait fortement à ce puriste de Lek.
Son ancien lui, Eden, s'il avait dû prêter l'oreille à une telle argumentation, se serait tourné en une implacable tempête de nerf et de grossièreté, préférant enrager plutôt que de perdre la moindre seconde à vouloir convaincre un interlocuteur jugé stupide et irrécupérable. Mais il n'était plus son ancien lui, aussi trouva-t-il la patience de secouer la tête de dépit tout en réfléchissant bien à ce qu'il allait dire. Mais quand même... Accepter les machines juste parce qu’elles existent ? Parce qu'elles ne sont qu'une part d'un tout ? Sérieusement...
- Accepter si facilement ce qu'on peut nous imposer... Quelle horreur de penser ainsi. Tiens, voici ma vision de l'avenir la plus optimiste à ce jour : tu as sans doute noté que le changement de réalité n'est pas une frontière pour la notoire stupidité du genre humain, préluda le jeune homme avec une soudaine pointe de hargne, déjà irrité de devoir se projeter dans un tel futur. Pour preuve : on retrouve des comportements criminels, comme si l'on était dans une pauvre jungle bonne pour les primitifs. Il y a déjà des tensions entre groupes, clans, guildes. Il y a déjà des manœuvres commerciales dégoûtantes telles que l'accaparation de point de ressources pour contrôler les prix. Cet univers était propre avant que des aventuriers de l'Avant ne viennent le souiller en y exportant toutes les immondes crasses du genre humain. Tu te rends compte de ce que les nôtres ont déjà fait ? Mais il faudrait accepter ça aussi puisque c'est une composante de la réalité ? Vois-tu déjà où ça pourrait nous mener ?
Lek était ce genre de jeune homme prêt à absolument tout pour faire valoir des idéaux qu'il estimait absolument justes, si bien qu'il commençait à s'agiter sous sa monture, cognant plusieurs fois son poing sur sa cuisses gainée d'acier comme il l'aurait fait sur une table pour ponctuer son monologue.
- Nous disposons déjà de tous les outils nécessaire à la destruction définitive de ce paradis, et quand j'évoque la destruction, je parle de ravager son visage, ses paysages, et de son âme, son contexte, son époque. Parce que ne t'y trompe pas, ça arrivera forcement à un moment si personne ne fait rien. Et ça pourrait arriver bien plus vite que prévu, avec cette... Technologie dégoûtante. Tu verras. Avec les magouilles peu scrupuleuses de certains joueurs pour s'enrichir rien que pour le plaisir de posséder de l'argent et s'enfermer dans une complaisance purement capitaliste et consumériste, viendra l'ère d'une nouvelle révolution industrielle. Il faudra gagner plus, donc produire plus. Et les usines vont fleurir nouveau pour produire des choses. Et l’esclavage va de nouveau régner en FORCE ! Tonna-t-il avec une soudaineté et une colère qui semblèrent le troubler lui même en plus de surprendre sa monture, qu'il parvint malgré tout de même à contrôler. Pour sûr, de telles prédictions du futur pouvait sembler extrêmes et pessimistes à souhait.
Mais pouvait-on être bien sûr que les choses ne se passeraient pas ainsi ? L'humain ne serait-il pas capable d'aller jusque là, avec la carotte du pouvoir, de la notoriété et de la richesse sous le nez ?
Lek s'accorda une brève pause pour se reprendre. Depuis qu'il vivait ici, il n'avait pas le souvenir de s'être emporté de la sorte. Une douloureuse angoisse lui nouait les tripes alors qu'il savait sa vision des choses plausibles. Et on pouvait le comprendre : quelle odieuse agonie ce serait que d'être coincé dans ce paradis en train de muter en une parodie impie de l'Avant. C'est les mains crispées autour des rênes qu'il reprit :
- Ce n'est pas parce que quelque chose est réel qu'on doit le tolérer, ni même lui permettre d'exister. Isil est réelle, elle est une part vivante de ce monde, oui. Je peux même sentir une conscience qui grandit en elle à chaque fois que je viens discuter avec elle, comme c'est le cas pour les autres habitants de ce monde, fit-il à mi-voix. Mais pour les machines... Elles ne sont que de la pollution. Un outil qui va servir de tremplin à une domination sans partage d'une caste de privilégiés issus de l'Avant qui vont bien finir par la corrompre pour la soumettre à leurs intérêt... Alors que tout pourrait être plus propre. Il tourna la tête pour fixer son compagnon de route. Mais je suis sûr que tu as déjà entrevu tout ça.

Le duo avait fini par rallier la zone de la quête, une large plaine qui s'ouvrait sur un panorama onirique fait de lointaines et colossales montagnes gris-mauve coiffées de blanc, à la base desquelles s'étalaient hectares sur hectares de forêts émeraudes. En plein milieu de cette plaine, à dix pas d'un bosquet miniature d'arbres voûtés au dessus d'un bassin d'eau à la surface duquel flottaient de grosses fleurs bleues, se tenait une maison de pierre blanche. Enfin, on supposait que le tas de pierre qu'il en restait avait été une maison.
Encore une fois, le détour en avait valu la peine. Les voyageurs avaient débouchés sur une cadre d'une beauté remarquable. Un coin de paradis.
Du moment qu'on oubliait les monstruosités qui rôdaient ici.
D'affreuses fleurs aux couleurs ternes, à la bouche emplie de crocs, avaient poussé ça et là, parfois même directement sur un pan de mur resté debout. Une modeste meute de gros loups de cristal rôdait à même les ruines, semblant fouiller la roche en quête de quelque chose. Il y avait même un petit trio de... D'espèce de petits phoques qui barbotaient dans le bassin. Toutes cette étrange faune semblait s'organiser autour de la construction défaite, comme pour achever de la démanteler. En tout cas, ils ne s'intéressaient pas aux aventuriers, trop éloignés pour entrer dans leurs zone d'aggro.
Lek attacha les rênes de sa monture à une vieille souche coriace qui gisait sur le côté du petit chemin de terre, faute de mieux. La vision d'un tel panorama aurait dû l'enchanter, tout autant que la perspective d'un combat livré pour une habitante de cette réalité. Et son entrain s'en serait trouvé décuplé par la présence d'un compagnon.
Mais là... Il se sentait juste las. Très sincèrement, il aurait aimé que cette aventure se passe mieux. Vraiment. Mais faire équipe avec un partisan des machines lui mettait la mort dans l'âme. Pouvait-il encore lui faire entendre raison ?
- Nous y sommes. Un brève pause, Lek fit face à l'ingénieur, l'air sérieux quoi que vaguement découragé. Je te le dis : tu aurais dû préférer la magie. Tu pourrais encore t'y mettre. Ou même essayer autre chose, je n'en sais rien ! Mais les machines... Regarde cette endroit, et ose me dire que la perspective de savoir qu'il puisse être dénaturé par des assemblages crasseux ne te fasse rien, fit-il en posant ses yeux sur la plaine. Réfléchis-y. Essaye d'imaginer de la manière la plus lucide possible ce à quoi pourrait ressembler ce paradis si l'Avant pouvait en balafrer la terre et les cieux avec son système et sa pollution mécanique et chimique, puis demande-toi si tu laisserais faire ça.

Honnêtement, Lek ne savait guère comment convaincre l'ingénieur, mais ce dont il était sûr, c'est que son point de vu quant aux machines ne changerait jamais. Mais si son compagnon de route restait lui aussi campé sur ses positions, qu'arriverait-il ? une telle divergence d'opinion pouvait-elle les pousser à devenir ennemis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« The King »
avatar
« The King »

✖ Date d'inscription : 27/07/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Sam 10 Mai - 1:41

    Gundodrada. Voilà longtemps que le guerrier blanc n'avait foulé ce sol froid en hiver, aride en été, doux au printemps et craquant sous les bottes à l'automne. Grim avait fait le choix de vivre ici un petit instant, loin de tout. On entendait plus parler de lui ni à la guilde, Génocide, ni depuis l'incident de Lothang. Il s'était exilé, répondant parfois aux MPs que Sasha lui envoyait. L'homme cherchait en cet endroit l'expérience et les acquis. Son niveau n'augmentait pas pour autant, et l'idée d'aller prendre une quête ne lui plaisait pas, depuis qu'elles étaient devenues si facile. Il ne faut pas oublier que cet réalité est un jeu, et qu'un jeu est fait pour s'amuser. Bien sûr, il ne réfléchissait pas vraiment à tout ça. Grim n'était pas idiot, simplement impulsif et téméraire. Ses décisions étaient incomprises de beaucoup, et il n'est pas aussi prévisible qu'il en a l'air.

    Aujourd'hui, c'était une journée calme. C'est presque comme si les mobs le fuyaient, après avoir autant goûter à sa fine lame. Son katana s'usait, de jour en jour, sa durabilité baissait. C'était un loot de l'épreuve pour passer guerrier, et il était quasiment irremplaçable. Il devait monter en niveaux, et rattraper son meilleur ami.

    Mais l'épée tiendra encore bon. Et c'est en sortant de l'auberge Privalis, jardin d'Eden au milieu de ces terres sauvages, qu'il allait encore une fois perdre une journée de sa vie infiniement grande. La perception du temps s'était envolé pour lui. Aujourd'hui, il croisa deux hommes. Il en reconnut un et c'est pour cela qu'il s'approcha d'eux. Mais eux, plongés dans une discussion des plus "palpitantes", ne le remarquèrent pas subitement. Il s'assit sur un rocher et attendit. Il jaugeait l'homme qui l'avait intrigué ; Gaia. Cet ingénieur qu'il ne connaissait pas, mais qu'il avait déjà vu quelque part. Sa mémoire ne lui rappela rien. C'est alors que, lassé, il dégaina sa lame dans un suintement caractéristique et la pointa nonchalamment sur le second protagoniste, un certain Lek.
    " Ferme ta gueule, s'il te plaît. "

    Grim, ou le tact et la délicatesse incarné.



Cadeauux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Player-Killer »
avatar
« Player-Killer »

✖ Date d'inscription : 11/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Sam 10 Mai - 15:25

Ahh, la justice. La morale et la beauté des petits oiseaux dans le ciel. Cet homme était d'une telle contradiction que cela en amusait l'ingénieur, qui ne se sentit pas un poil offensé par les propos accusateurs de son interlocuteur. Non, de tout temps, ceux qui avaient cru faire partie de l'humanité tout en surpassant sa stupidité l'avait profondément diverti, à un point qu'il s'était toujours fait un point d'honneur à bercer ces pauvres hères d'illusions. Être meilleur que l'humanité... Mais comment faire lorsque l'on faisait soi-même partie de cette humanité tant dénigrée ? La main de l'ingénieur rattrapa la machine qu'il avait laissée léviter au-dessus de sa paume de main, la dissimulant à nouveau dans les plis de ses vêtements. Adorables et hideuses, c'était bien là tout ce qui caractérisait ses créations mécaniques.

Un sourire flottant sur ses lèvres, le blondinet demeura coi. Ce Lek avait un talent. Voire même plusieurs, et en cela il ne faisait que divertir l'ingénieur, qui avait pourtant parié avec lui-même que ce jour ne serait guère différent des précédents. Ô combien il se trompait en croyant qu'un jour ce monde le lasserait, comme l'avait lassé le monde duquel ils venaient tous. Ce paladin était promis à de grandes choses. Un avenir radieux, dans lequel il se dévouerait à ce qu'Ajurna soit meilleure, ou tout du moins qu'elle obéisse à la conception de son idéal. Etait-il de ceux qui menaient les hommes avant que la réalité de Fujita ne devienne la leur ? Non, en réalité, cette question n'avait aucune importance. Seule la réalité qu'il avait sous les yeux importait, celle qu'ils avaient laissé derrière eux n'était plus qu'un vestige à abandonner, voire à détruire.

Et cette pauvre petite machine qu'il hébergeait en son sein faisait partie des choses que le créateur de ce monde avait choisi de conserver. Epées et magie avaient eu leur belle part, mais il demeurait qu'Akio Fujita avait conçu ce monde pour qu'il héberge, en plus de la belle Isil, ces machines tant dénigrées, haïes, ou vue pour ce qu'elle ne devaient être. Que Lek ne comprenne guère où il voulait en venir quant à l'utilisation de ces machines le peinait quelque peu, mais au vu de la véhémence du paladin, il aurait été illusoire que de croire en sa bonne volonté. Et tant qu'il userait de ces machines abjectes, Gaia se doutait que le guerrier ne le verrait que comme le fou qui choisit l'abject au lieu du magnifique. Mais n'était-ce pas le cas, quelque part ? Ce que n'avait guère avoué l'ingénieur au guerrier, c'était que lui aussi éprouvait une aversion sans commune mesure pour les machines qu'il manipulait, étrange penchant de son affection pour des outils qu'il avait pourtant choisis pour exprimer toute sa liberté d'exister.

Mais la diatribe de l'homme en armure fut telle que l'ingénieur n'eut guère le temps de répliquer par autre chose qu'un sourire énigmatique, sur lequel passait sans se heurter la colère du paladin. Et du fait des propos de ce dernier, le blondinet en avait totalement oublié sa monture, qui s'était montrée étonnamment docile. Peut-être, finalement, que ses compétences d'équitation n'étaient pas si mauvaises que cela. Balayant de son regard écarlate l'étendue merveilleuse qui serait le lieu de leurs investigations, avant de mettre pied à terre avec prestance. Imitant le paladin, il attacha les rênes de sa monture à une souche d'arbre, avant de river son regard dans celui du guerrier, qui n'avait pas manqué d'en rajouter une couche quant à ses choix 'professionnels'.

« Ah, Lek. Tu illumines ma journée, fit-il avec un large sourire. »

Mais avant qu'il ne puisse en dire davantage, le chuintement d'une lame glissant hors de son fourreau, interpella l'oreille de l'ingénieur, rivant son regard écarlate sur un nouveau protagoniste, dont la délicatesse laissait franchement à désirer. La main gauche du blondinet vint se refermer rapidement sur la machine qu'il avait montrée à Lek quelques minutes plus tôt, sans pour autant la révéler tandis que dans la droite apparaissait en un éclair une lame, une dague autrement plus discrète que la grande épée de l'inconnu qui venait de faire son entrée.

« Et bien, qu'avons-nous là... soupira-t-il avec nonchalance. Un mélange subtil entre le barbare dénué du moindre tact et le paysan s'exerçant à la politesse. »

Et si les propos mordants et ironiques de l'ingénieur pouvaient témoigner d'une désinvolture effrontée, le regard du blondinet s'était en réalité d'ores et déjà attardé sur maints détails trahissant la nature guerrière du nouvel arrivant. De même que son manque d'intérêt pour Ajurna même. L'ingénieur reporta son attention sur le paladin, comme si l'inconnu avait d'ores et déjà disparu de son existence.

« Que disais-je déjà ? Ah oui, ne t'en fais pas, Lek, ceux qui souillent cet univers ne méritent guère plus que mon dédain. Et le tien, visiblement. Mais considérons la chose sous un autre angle. La magie, comme tu la défends si bien, est autant à même que mes hideuses machines de détruire ce monde. Le problème n'est pas tant l'outil... »

Le regard écarlate de l'ingénieur revint se poser sur le nouvel arrivant, sans qu'il ne daigne toutefois de tourner franchement la tête das sa direction.

« … mais celui qui le manipule. En réalité, ce que j'accepte comme existence en ce monde n'est que ce que son créateur nous a imposé, et non ceux qui le parcourent. »

Au diable ces groupuscules de pillards intéressés, ces organisations de monopole commercial. Jewel Agitators était sa seule guilde, celle qui préserve la beauté de ce monde conçu par un seul homme, auquel il faisait aveuglément confiance.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Dim 11 Mai - 13:13

hrp:
 



Non content d'être présentement passablement irrité, le Paladin fut assaillit par une large vague de douloureuse frustration quand il constata que ses mots glissaient sur son interlocuteur sans produire d'autre effet qu'un vague amusement ou, au mieux, de la curiosité. Peut être aurait-il fallu le gifler pour que ça rentre mieux ? L'idée était tentante.
Mais à quoi bon ? Lek en était sûr, ce gars là ne changerait pas d'avis. Du moins pas maintenant.
De toutes façons, il n'eut guère le temps d'enrager puisqu'il se trouva avec une lame pointée vers lui. Accompagnée d'une tirade aussi mordante que devait l'être l'acier usé de l'arme. Le jeune homme resta immobile un instant avant de pivoter pour faire face à l'importun, gardant le silence tandis que le blondinet reprenait son argumentation. Quand il se tut, Lek reprit la parole non sans cesser de fixer ce type qui le menaçait pour bien lui montrer qu'il faudrait vraiment beaucoup plus qu'un simple "ta gueule s'il te plait" pour lui clouer le bec. En fait, se trouver ainsi tenu en joug avait gommé une partie de la rage naissante du Paladin pour la remplacer par une prudence et une méfiance froide :
- L'outil reste important. Vois ça comme des couleurs. On a dépeint la nature, dans l'Avant, avec du violet chimique, du gris poussière et du noir industriel. Il n'y avait plus que ça. On a constaté que ces couleurs n'étaient pas celle d'un beau monde, qu'elles ne pourraient que ruiner la terre et empoisonner l'eau quelle que soit la manière de peindre avec. Aujourd'hui, nous voici sur une toile vierge et le choix des couleurs s'offre à nous : on peut reprendre ces trois couleurs de mort en sachant très bien quelles cicatrices elles vont laisser, quelle que soit la personne qui les utilise, ou on pourrait partir sur des teintes nouvelles, saines, inconnues. Ces trois couleurs de mort sont connues par tous, si bien que quiconque les utilise va instinctivement s'orienter vers les effets de style de l'Avant. Avec le noir industriel que pourrait-on peindre d'autre que des usines dégueulasses, temples érigés en hommage à l'esclavagisme. Avec le violet chimique on fera des aquarelles d’additifs alimentaires pour rendre les gens toujours plus malade, pour qu'il se ruinent en "médicaments" ou devrais-je dire placebos. Et quand tout ce système sera en déclin, il nous noiera tous sous sa poussière grise et toxique, sans distinction pour le bourreau ou les victimes. Alors qu'avec de nouvelles couleurs, comme rien ne serait pareil, il faudrait tout recommencer. Tout en s'éloignant de l'horreur de l'avant avec plus de facilité, en s'orientant vers quelque chose de nouveau.
Lek n’espérait même pas convaincre le type armé qui voulait le réduire au silence avec un tel discours qu'il aurait voulu réserver à Gaia. D'abord parce que l'autre était arrivé en cours de conversation. Ensuite parce qu'au vu de ses manières, ça n'était pas quelqu'un qui devait aimer débattre. Mais alors vraiment pas. Il devait même penser avec ses poings, ou ne penser que très peu.
Lek s'autorisa alors quelques secondes pour le jauger et conclut ceci : les menaces du types et son arme brandit n'était que du spectacle, une entrée en scène pour attirer l'attention. Il n'avait pas l'intention d'attaquer, d'abord parce qu'il était seul contre deux, ensuite parce que cet idiot tenait le Paladin en otage plutôt que l'Ingénieur. De ce fait, c'était le Tank qui encaisserait sa première attaque, de quoi laisser le temps au DPS de lui mettre une fessée. Ensuite, son arme, Lek en était sûr pour l'avoir souvent vu, était la récompense de la quête de spécialisation des classes, soit un objet de niveau 30, et usé en prime. Ce type était donc très probablement dans la même tranche de niveau que Lek.
Mais le Paladin, prudent, se garda bien de révéler tout ça : le guerrier aurait pu l’interpréter comme un signe de défis et charger. A la place, il essaya de doucement détourner la lame de sa main gainée d'acier avant de lancer :
- Il y a d'autres manières pour rejoindre un groupe que ce genre d'entrée en matière. Si toi aussi tu viens pour aider Isil, tu pouvais simplement nous le dire. Maintenant range ton arme. Et propose nous donc la meilleur façon possible d'attaquer la position des monstres.
En attendant une réponse, ou une réaction, Lek restait immobile, prudent, mais sans montrer de signe d'hostilité ni de peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« The King »
avatar
« The King »

✖ Date d'inscription : 27/07/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Ven 16 Mai - 18:13

Aujourd'hui était le moment. La vie ici l'a lassé. Une fois de plus, sur un coup de tête démesurément bête, Grim va risquer sa vie. Alors que Lek continuait de palabrer, tout doucement, le guerrier se levait, à un rythme tellement passif qu'on aurait dit que le temps s'était arrêté. Délicatement, il posa le regard sur le joueur, puis sur le PK. Ils étaient sûrement tous les deux plus forts que lui. Cela ne l'impressionnait pas : Ce jeu restait un jeu, quelque soit l'enjeu, pour lui. S'il le voulait, il se serait jeté sur Lek pour ce qu'il avait fait. Mais quelque chose l'en empêchait. Toujours nonchalamment, Grim posa sa seconde main sur son sabre, puis se mit en position de combat. Vif comme l'éclair, il courut droit sur le paladin, fit passer la lame de son sabre à un poil de ses lèvres et contra la charge de l'énorme robot sortant des bois, avec le plat du katana immaculé.


" Voilà ce qui en coûte, à trop causer. Souciez-vous un peu plus de votre survie. L'ingénieur, fait quelque chose pour le mob. C'est toi l'expert des machines ici, non ? "



Cadeauux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Maître du jeu »
avatar
« Maître du jeu »

✖ Date d'inscription : 08/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Ven 16 Mai - 18:13

Le membre 'Grim' a effectué l'action suivante : Provoquer des monstres

'Gundodrada' :


    Couleur d'édition
    Ne me contactez pas par message privé je ne suis qu'un personnage non joueur servant au staff du forum pour créer des évènements etc.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Player-Killer »
avatar
« Player-Killer »

✖ Date d'inscription : 11/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Ven 23 Mai - 15:41

C'était beau. Incroyablement beau. Voir le monde à travers les yeux de Lek le Paladin devait être un privilège malheureusement inaccessible. Si l'acharnement d'un autre sur ces machines laides que manipulait Gaia avait ainsi persisté, nul doute que celui-ci aurait fini par perdre patience au terme d'une telle diatribe, mais il en fut autrement. Car les mots du Paladin étaient d'une beauté infinie. Presque aussi infinie que la beauté de ce monde créé par un homme qui avait jusque-là été le seul à savoir faire vivre l'homme qu'Andreas Fheng avait été. Lui qui inspirait pourtant tant d'autres, qui avaient rejoint sa guilde pour permettre à Ajurna de perdurer, lui, l'homme qui s'était lassé du monde entier dans cet Avant que le Paladin décrivait si bien, il se sentait soudainement inspiré par la vision de l'homme, par ces couleurs pures et éclatantes qui transparaissaient à travers son discours. Non, ce n'était ni la justice ni l'égalité qui fascinaient l'ingénieur, mais bel et bien ce portrait de l'homme et du monde que Lek avait su décrire, peindre, trouvant à chacun une couleur appropriée, une teinte reflétant avec réalisme et fantaisie la réalité. Aussi cruelle avait-elle été dans cet Avant qui n'était que l'objet du mépris du paladin. Curieux, pour quelqu'un qui était issu de cet Avant, et qui, sans celui-ci, n'aurait guère connu les joies de cet Après qu'était Ajurna.

Car il aurait été stupide de se leurrer. Croire en la réalité de l'Après ne signifiait pas oblitérer l'existence de l'Avant. Non pas parce que Gaia éprouvait une once de mélancolie en songeant à ce monde grisâtre qui n'avait jamais fait vibrer son cœur, mais parce que tous ceux qui parcouraient les terres d'Ajurna demeuraient bel et bien des individus issus de la technologie de l'Avant. La technologie, les machines, les ordinateurs, tout ce que Lek méprisait, n'était-ce pas là ce qui avait permi à Ajurna de naître ? Akio Fujita avait beau être un génie, il n'aurait pu créer un monde de toutes pièces en usant de trois morceaux de bois et d'un silex. Curieux, vraiment curieux. Lek ne cessait de fasciner l'ingénieur, qui ne se départit pas de son sourire.

Mais les pensées du blondinet connurent une fin regrettable. Absorbé dans son débat idéologique avec le Paladin, il en avait presque oublié la raison qui l'avait amené à coopérer avec ce dernier, tout comme il en avait presque oublié la présence de l'inconnu qui venait de l'aborder de la plus rustre des manières. Du coin de l'oeil, il avisa cependant l'épéiste, dont la seconde main venait de se poser sur le manche de son arme, avant qu'il ne charge, en apparence, sur le paladin qui lui avait tout autant informé que l'ingénieur qu'il existait bien d'autres manières d'aborder des inconnus, surtout lorsqu'il était question de coopération en vue de l'accomplissement d'un but commun. Avec un soupir presque théâtral, le blondinet fit un bond sur le côté pour s'écarter de Lek, et surtout du fou furieux au katana, dont la lame rencontra dans un vacarme métallique la carcasse en acier d'un monstre surgi des bois.

Voilà qui allait ravir son compagnon paladin, pensa-t-il non sans ironie. Alors qu'il débattait avec un ingénieur de la laideur des machines, une autre l'agressait alors, sans la moindre subtilité. Une machine encore plus laide que celles que manipulait le blondinet, qui jeta un regard au guerrier, dont les propos venaient de lui écorcher méchamment les oreilles.

« Non, répondit-il avec fantaisie. Il n'y a guère ici d'expert de l'écrou et de la ferraille, nous ne sommes que d'humbles peintres emmêlant nos pinceaux bon gré mal gré afin de dépeindre la réalité qui nous entoure. »

Exécutant un autre bond pour instaurer davantage de distance entre le monstre et sa propre personne, le blondinet adressa un sourire complice à Lek. Les couleurs de la réalité, de l'Avant et de l'Après étaient bien plus distrayantes et intéressantes que le terme grossier de 'mob' que venait d'employer l'épéiste. D'un geste souple et preste, Gaia tira de l'une de ses poches un petit dispositif de la taille d'un cachet d'aspirine, qu'il lança sur le monstre. Aimanté, l'objet vint se coller à la carcasse en ferraille du monstre. Son explosion n'était à présent plus qu'une question de secondes... ou de chance.

« Quand bien même il faudrait ajouter à notre palette les sombres couleurs de l'humanité et l'éclat divin de celui qui nous a offert l'Après, ajouta-t-il, presque énigmatique. »

Akio Fujita permettrait-ils aux hommes de ternir l'éclat de sa création ? Gaia en doutait. Aussi avait-il foi en un seul homme, alors que l'humanité toute entière lui avait paru être d'un gris terne et désolant, et qu'elle lui apparaissait encore comme telle, à quelques exceptions près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Maître du jeu »
avatar
« Maître du jeu »

✖ Date d'inscription : 08/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Ven 23 Mai - 15:41

Le membre 'Gaia' a effectué l'action suivante : Provoquer des monstres

'Combat: attaque' :


    Couleur d'édition
    Ne me contactez pas par message privé je ne suis qu'un personnage non joueur servant au staff du forum pour créer des évènements etc.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Ven 23 Mai - 16:40

Sans plus un mot, Lek avait regardé le guerrier grossier s'élancer droit devant, secrètement satisfait que son humble psychologie soit parvenue à quoi que ce soit : provoquer un bourrin en terrain découvert, même si c'eût été tentant, se serait avéré peu sage puisque il aurait fallu focaliser toute son attention sur l’énergumène, et ça n'aurait fait que retarder l'accomplissement de la quête. Ainsi, en plaçant soudainement l'importun dans une pseudo position de leader en lui demander la meilleur manière d'aborder le combat, Lek avait espérer éviter un conflit ouvert. En un sens, ça avait été une réussite. D'un autre côté, le guerrier avait, de part son assaut frontal, décliné toute responsabilité de commandement et ne s'était donc pas tout à fait laissé prendre au piège.
Mais tant qu'il cognait les monstres plutôt que les joueurs... Ça allait.
En se ruant droit devant, le type s'était attiré l'ire d'une des créatures qui rôdait non pas directement vers la petite maison en ruine, mais vers la forêt. Il ne fallut que le temps d'un reflet sur la carcasse de chrome pour que Lek, déjà échauffé par le débat de tout à l'heure, en vienne à grogner de rogne. Certes, le bipède d'acier qui dansait furieusement d'un pied à l'autre n'avait rien à voir avec les immondes tas de crasses qu'on qualifiait de machines dans l'Avant. Celle-ci était colorée. Mais elle restait une machine. Et elle sautillait au loin, comme pour d'avantage pousser le Paladin à bout.
Paladin qui, pour le coup, n'écoutait guère ce que son compère racontait.
Le petit explosif envoyé par Gaia qui détonna contre la carlingue de la chose dans un bruit insupportable fut comme le signal qu'attendait la facette la plus radicale du jeune homme pour se montrer. Ce côté de lui qui ne jurait que par la destruction complète d'un problème pour s'en trouver débarrasser.
Ainsi s'élança-t-il en direction de la chose, ses jambes propulsées par sa juste fureur.Il lui tomba dessus dans un fracas d'acier aussi bruyant que pouvaient l'être le long cri de rage qu'il poussa mais dû encaisser une première attaque incertaine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Ven 23 Mai - 16:42

(fail, post juste pour le lancé de dès, ma réponse est juste avant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Maître du jeu »
avatar
« Maître du jeu »

✖ Date d'inscription : 08/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Ven 23 Mai - 16:42

Le membre 'Lek' a effectué l'action suivante : Provoquer des monstres

'Riposte: monstre' :


    Couleur d'édition
    Ne me contactez pas par message privé je ne suis qu'un personnage non joueur servant au staff du forum pour créer des évènements etc.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« The King »
avatar
« The King »

✖ Date d'inscription : 27/07/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Dim 24 Aoû - 22:35

    L'homme à la tignasse décolorée bondit en arrière, ne préférant pas s'exposer à la drôle de chose qu'avait envoyé l'ingénieur, tout en baragouinant mystérieusement, ce qui n'avait pas de sens pour le guerrier. Ce dernier, voyant que les deux philosophes s'en sortiraient très bien, rangea son arme, et utilisa sa seconde main pour défaire le noeud attachant son katana, chargeant une de ses dernières compétences, qu'il voulait tester. C'était un enchaînement assez complexe, il se concentra donc en oubliant le monde qui semblait si réelle l'entourant, les arbres et leurs feuilles ainsi que les longues tiges des plantes éparses qui tremblotaient sous les assauts du vent. Le bruit d'une rivière proche, masquée par un paquet de végétaux, les deux autres joueurs. Seul le volumineux morceau de métal bourré de technologie importait. Il lança une faible attaque contre le paladin, qui ne put riposter.

    Profitant de la diversion occasionnée, l'épéiste blanc dégaina, exécutant un combo agressif constitué de six coups d'épée, pour trancher l'une des jambes solides de la bête métallique, qui s'affaissa sur le coté. Il rengaina doucement, derrière le monstre, pour se préparer à la possible offensive de l'unijambiste, s'il le visait. Il n'en avait pas fait assez. Ce n'était toujours pas assez. En peinant ici, comment allait-il surmonter les prochains défis, ou même les futures grandes instances ? Il devait repousser les limites de son niveau, en atteignant la cime, le sommet invaincu de cette réalité.





Cadeauux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Maître du jeu »
avatar
« Maître du jeu »

✖ Date d'inscription : 08/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   Dim 24 Aoû - 22:35

Le membre 'Grim' a effectué l'action suivante : Provoquer des monstres

'Combat: attaque' :


    Couleur d'édition
    Ne me contactez pas par message privé je ne suis qu'un personnage non joueur servant au staff du forum pour créer des évènements etc.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] Tout seul c'est bien, à deux c'est mieux [Gaia+Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entraînement seul c'est bien, mais à plusieurs c'est mieux !
» Une aventure c'est bien, à deux c'est mieux !
» (M) Daniel Sharman || Un c'est bien mais deux c'est mieux !
» je suis seul,mais pas pour longtemps
» ON VA BIEN PLUS LOIN AVEC UN MOT GENTIL ET UN FLINGUE, QU'AVEC UN MOT GENTIL TOUT SEUL.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Now Saving... :: Corbeille :: ANCIENS RP-