AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Guide du forum  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur Lost Universe !
Forum RPG inspiré de Sword Art Online • Avatar manga 200*320px • 15 lignes minimum • Un staff présent • une bonne ambiance • De nombreux concours et activités ! • Plus de deux ans d'ancienneté !

♥ N’oubliez pas de voter pour nous toutes les deux heures !


Prédéfinis


Le forum est réouvert ! Le forum a été réinscrit sur les top-sites merci de voter pour nous !

 

 Lek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Lek   Mer 19 Mar - 12:28



© Haigen Hawkins - Sanctum 2
Introduction

• Pseudo: Lek
• Prénom: Eden
• Nom: Maelet
• Métier: Chevalier
• Age: 23
• Groupe: Joueur - Renégat

Et en vrai?

• Prénom/Pseudo: Théo/Korvesa
• Comment avez vous connu le forum?: partenariat Terra mystica
• Suggestion d'amélioration: /
• Avatar: Haigen Hawkins – Sanctum 2
• Personnage prédéfinis ?: [ ✗ ]
Caractère & physique

Physique :
Une ombre.
C'est ainsi que l'on aurait le mieux décrit Eden dans le monde réel. Il était l'un de ces petits gars que l'on ne remarquait pas ; l'un de ces types qui s'effaçait sans même le faire exprès ; l'un de ces personnages secondaires qui ne semblait avoir été mis là que pour commodément remplir un vide.
Peut être était-ce ses cheveux, épais rideau opaque de mèches brunes, qui contribuaient à masquer son visage -sa présence- à la face du monde, qui le dissimulaient.
Peut être était-ce cette habitude qu'il avait pris de d'avantage regarder le sol avec affliction qui poussait ce voile dense à lui barrer les traits. En avait-il conscience ? En jouait-il ?
Peut être était-ce cette apathie notoire que l'on pouvait discerner dans le reflet terreux de ses prunelles qui, parce qu'elle rendait le spectateur mal à l'aise, l'incitait à ne pas vouloir en savoir plus sur le jeune homme.
Peut être était-ce cette flagrante aura d'abattement qu’irradiait son corps fin, cette chape de fatalisme et de cynisme qui lui voûtait les épaules, qui officiait comme une grand écriteaux sur lequel on aurait pu lire "Foutez moi la paix", qui incitait les autres à vite l'oublier dans un coin.
Une ombre. Faite de questions. Faite de "peut être".
On le voyait. L'on se demandait vaguement ce à quoi il pouvait penser pour tirer une telle gueule. Puis on l'oubliant aussi facilement que cela.
Et l'on y pensait plus jamais.

Mais tel n'est pas Lek, dans ce nouveau monde.
Ici, même si sa tignasse fournie complote toujours pour se mettre en travers de son visage, l'on y devine caché derrière des yeux brillants, un regard vivant.
Ici, son dos n'est plus voûté. Son attention n'est plus captivée par un sol de goudron gris terne, mais par un ciel bleu et infini.
Ici, curiosité, bonheur et intrépidité colorent tous trois son aura de vives couleurs.
Ici, son nouvel appétit en a fait un jeune homme solide.
Ici, il se tient droit. Souriant. Rêveur.
Et vivant. Pour de vrai.


Caractère :
Un fantôme.
C'est ce que l'on pensait d'Eden dans le monde réel. Pour peu qu'on en vienne à se poser la question quant à sa personnalité. Tel point de vue était évidemment conditionné par cet impression morbide que reflétait son allure.
Pourtant... Eden était quelqu'un d'intelligent, avec des idées auxquelles il croyait si fort qu'il se serait volontiers battu pour elles. S'il l'avait pu, s'il en avait eu les moyens, les capacités.
Il était un solitaire ; et tout ce temps qu'il passait seul, il l'investissait dans la lecture, dans l'écriture.
Et dans des jeux vidéos aux univers toujours plus immersifs. Simplement parce que son souhait le plus cher aurait été de quitter cet affreux monde gris dans lequel il se contraignait à exister. Pour lui, la vie ci-bas n'avait pas de couleur. Pas de goût. Elle était sans magie, sans réelle surprise. Il avait bien essayé d'amener ses parents à ouvrir les yeux, à s'en rendre compte, mais ils étaient stupidement restés aveugles à la vérité qu'il leur livrait. Ils étaient fous. Incapable de se rendre compte d'une évidence. Devenus trop bêtes, trop formatés par la société et ses standards pour écouter.
Et plus il regardait autour de lui, plus il constatait que personne n'était seulement fichu de penser comme lui. Le faisaient-ils tous exprès ? N'avaient-ils aucune intelligence, aucune once d'âme, de conscience ? A mesure que le déprimant spectacle que celui de tous ces ignorants qui "vivaient leur vie" s'étendait devant lui, sa volonté de vouloir aller de l'avant s’éteignait. Plus de dialogue, ça ne servait plus à rien. Plus qu'une chose en tête : en finir.
Mais il n'y était pas arrivé. Pas le courage. Et tandis qu'il prenait conscience de l'infini atrocité qui l'attendait alors qu'il allait devoir supporter que les heures s'écoulent jusqu'à la fin, la délivrance vint.
Ce nouveau jeu.
Ce jour là, Eden mourut.

Mais Lek est né.
Ses yeux neufs ne voient plus le gris nul part, mais l'émeraude vif d'immenses champs verdoyants, l'azur des cieux striés du coton des nuages, l'or et le rose d'un soleil ensommeillé. Il a retrouvé toute sa sensibilité, et même cette fibre romantique qui sommeillait en lui.
Même s'il n'a pas pu se défaire de son caractère solitaire, Lek demeure très ouvert et sait se réjouir de chaque nouvelle rencontre fortuite. De chaque repas partagé. De chaque récits échangés au coin d'un feu. De chaque aventure vécue avec quelque éphémère compagnon de route qu'il épaule de toutes ses forces.
Même s'il est toujours rêveur, ses idées ne sont plus sombres. Elles sont le doux reflets de ses espoirs ressuscités, de ses rêves à présent à porté de main. Cependant, notez bien que Lek n'est qu'extrêmes. Pour lui, il n'y a que le noir ou le blanc. Le gris et ses nuances n'existent pas. N'existent plus.
Mais avec cette renaissance dans ce nouveau monde vint la force. Une force telle qu'une seule épée peut faire la différence. Une force telle qu'elle donne à Lek un moyen concret de se battre. De défendre ce qui mérite de l'être. D'écraser avec violence ce qui mérite d'être pulvériser. Ainsi, lorsqu'il se bat pour ses idéaux, pour ce qu'il aime, Lek n'est plus lui. Il devient la Rage. La Rancune. L’Obstination la plus complète. Et il ne cesse que quand son objectif est atteint.





Histoire


Je me rappelle du Lycée. C'est là que je me suis essayé aux MMOs, entraîné par un ami. Quand j'y repense, je ne m'était jamais posé de questions quant à ces univers, avant. Je crois même que j'avais tout juste conscience du fait que ça puisse exister. Mais bon sang, dès les premières secondes... Être qui l'on veut. Ce que l'on veut. Se fixer de décrocher la lune, et y parvenir ! C'est ainsi que sont ces univers. Ce ne sont pas des jeux. Ce sont des vies trépidantes, colorées, enchantées, aux infinies possibilités. Et maintenant que j'y avais goûté...

*
**

- Hoy Eden ! T'as terminé la quête du village Jaune ? Celle avec les loups ?
- Eh, arrête de m'appeler par mon prénom ! Ici, on utilise nos pseudos, c'est mieux !
J'imaginais Heeag, cet ami que j'avais suivi dans ce tout premier univers, rouler des yeux en souriant derrière son écran. Je patientai le temps qu'il écrive sa réponse dans la fenêtre des messages privés :
- Ouais, sûr vieux ! "Lek". Et pour la quête ?
- Hrmpf. Ouais, Heeag. Je l'ai lancée, mais... C'est qu'elle n'est pas simple.
- Tu blagues ? C'est à peine du niveau 5 - 6 !
- N'empêche, pas facile. 'Piges pas comment t'as pu monter si vite en niveau. Est-ce que ça vient de ton amure et tout ?
- On dit "stuff" pour l'équipement, ça va plus vite. Et puis nan, même pas. A ce niveau, l'équipement n'est pas encore bien important. Déjà, j'ai un classe qui va bien pour l'EXP, guerrier ça encaisse bien. Et puis j'ai mis tous mes points de stats dans la constitution, comme ça j'prend zéro dégâts. Ok, je descend les mobs moyennement vite, mais je ne meurs pas.
- Bwah, moi j'ai tous mis dans l'agilité... Du coup je n'arrive pas à faire tant de dégâts que ça, et je ne sais pas encore bien bouger pour éviter les coups comme il faut.
- T'as pris la classe assassin, c'est plutôt technique, faut dire.
Je poussais un soupir déconfit, mes yeux se perdant un moment sur le paysage virtuel d'une qualité certes moyenne, mais pas si mal que ça pour les moyens de l'époque et pour un jeu gratuit. Points de stats, classes, compétences, maîtrise... Il me restait encore tant à apprendre. Tant à découvrir ! Au début de cette première session, je dissociait mon personnage de moi. Je me disais qu'il pourrait devenir ce que je voulais qu'il devienne. Et puis... Une fois, une seule petite fois après la première heure de jeu, j'ai pensé avec des "Je". Je dépense Mes statistiques dans ceci. Je M'achète une armure. C'est Mon épée. Aussi simplement que ça, je m'étais investi. J'étais dans le jeu. Dans l'univers. Dans mon personnage. J'étais lui, il était moi.
Nous étions Je.
Tant de chemins s'offraient à moi. J'avais tant envie d'en savoir plus, d'en voir plus. Mais l'affreuse voix de ma mère m'invectiva de me déconnecter sur le champ, me maudissant de dépenser trop de temps pour cette nouvelle "lubie" alors que je ferais mieux de réviser.

*
**

De cette même période au Lycée, je n'ai de cesse de penser à la mi-année, ce moment où mon investissement dans ma vie virtuelle avait atteint son presque-paroxysme. Du point de vue d'un observateur aussi stupide que novice, je donnait l'impression de me renfermer, de ne plus parler à personne. Alors que c'était tout l'inverse ! Je n'avais encore jamais rencontré tant de monde en si peu de temps, issus de tant d'horizons. Tant de personnalité différentes. De personnages dissemblables. Mais tous réunis sous la bannière de telle ou telle faction, pour mener à bien guerres, quêtes, pour accomplir de glorieux exploits.
Je me souviens mes parents me questionnant sur ces gens, me demandant :
- Mais tu te rends compte que t'as plus d'amis virtuels que de vrais amis ?
J'avais froncé les sourcils d'incompréhension, rétorquant :
- Ouais, mais qu'est ce que ça peut bien faire ?
Et comme si pareille indolence de ma part avait été l'élément déclencheur d'une haine aveugle et injustifiée, l'on me servit les propos suivant :
- Ce que ça fais ?! Mais c'est même pas des vrais amis ! Tu ne les vois pas, ça ne compte pas.
Je me suis alors contenté de les regarder, lisant dans leurs yeux cette dégoûtante assurances qu'ils avaient placé dans leurs mots. J'aurais pu leur expliquer qu'une amitié ne tient ni par le physique, ni par une présence réel. Une amitié, ce sont des mots, une personnalité ; ce sont deux âmes s'attirant l'une et l'autre pour partager, pour avancer. C'était simple ; c'était tout. Que la personne soit loin, soit derrière un écran, ne communique qu'à l'écrit... Pour moi, ça ne changeait rien.
Mais je me suis contenté de soupirer de dépit, m'attirant nombre de reproches auxquels je ne daignait prêter attention, avant d'être congédié dans ma chambre.
Avec interdiction d'allumer quelque jeux vidéo que ce soit durant un long moment. Evidemment.

Quand les choses tournaient comme ça, je ne faisait rien d'autre que m'allonger, que m'immerger dans un parfait immobilisme, et songer. Songer au monde, aux Univers Virtuels, à quel points ils étaient bien mieux que le reste. J'essayais aussi de comprendre cette répulsion qu'avaient les adultes pour les jeux en lignes, mais je ne voyait pas vraiment d'explication. Quoi que... L'on dit que l'être humain a peur de ce qu'il ne connait pas. C'était peut être une piste de réflexion exploitable.
Un autre élément de réponse me vint un jour tandis que je j'écoutait distraitement cette télé mise dans la salle à manger :
- Bienvenues sur TF1. Au sommaire aujourd'hui : un adolescent américain prenant sa classe en otage avant d'abattre douze de ses camarades de sang froid. Marc, vous êtes notre envoyé spécial sur place. Vous pourriez nous en dire plus ?
- Oui, bonjour. Tous le monde est abasourdit ici. C'est le choc et l'incompréhension. Les enquêteurs se sont penchés sur le profil psychologique du jeune criminel et ont découvert qu'il passait beaucoup de temps dans des mondes virtuels, des jeux violents en ligne qui font l'apologie du meurtre.
L'Apologie du meurtre. Sérieusement ? Je me souviens avoir eu une folle envie de pouffer de rire, mais je fus coupé dans mon élan par mes parents qui me regardèrent comme un putain d'aliéné. Il engagèrent d'emblée la joute verbale :
- Tu vois, tes conneries vont te rendre complètement barge.
A quoi bon répondre, à quoi bon lutter ? Aux propos utilisés, il était évident que ce pion de journaliste, cette présentatrice de pacotille et mes parents n'avaient pas la moindre idée de ce quoi ils parlaient. Aucun vieux n'était foutu de comprendre, ma parole. Accro au jeux vidéo... Quel jeune ne l'était pas un peu, franchement ? Ils auraient aussi bien pu dire "Oui, on sait que le criminel portait un jean et avait un téléphone portable", ça aurait été pareil. Des généralités futiles. Puis à bien y penser, si j'avais été passionné par la peinture et que je m'enfermait des heures pour peindre, ou si j'avais été un fana de sport qui pratiquait tout le jour, on ne m'aurait rien dit. Par contre, quand votre passion concerne les jeux vidéos, là...
Mais voilà, l'être humain à peur de ce qu'il n'appréhende pas, alors il s’efforce de l'identifier, de lui donner un nom, un visage. Et c'est ainsi que les jeux vidéos devinrent la bête noire de la société.

*
**

Plus tard, j'avais pu retourner jouer. Heeag n'était pas connecté, mais les conseils qu'il m'avait prodigué au fil des jours m'avaient grandement aidé, aussi pouvais-je mieux avancer. J'étais arrivé dans la seconde carte pour engager le combat contre une groupe de révolutionnaire religieux qui menaçait la survie d'un petit village par des actions de pillages, de conversion forcée et parfois de meurtre. Mon rôle était de les éliminer une bonne fois pour toute.
Jouant une classe furtive, je n'eu pas de mal à m’infiltrer dans leur dos ! J'isolais les groupes de trois combattants pour les réduire au silence sans être repéré. C'était un peu technique, mais assez facile quand on avait pris l'habitude. Un style de jeu prudent prévalait.
La quête achevée, je me suis empressé de la rendre. Là, je me souviens très bien avoir gagné cette armure de plate légère, toute de rouge et d'or, rutilante, ainsi qu'une épée d'argent acérée. Bien sûr, ces items étaient communs, des joueurs de haut niveau en auraient ris. Mais moi... J'étais aux anges. Ma vraie amure. Ma vraie épée. Et le discours reconnaissant du chef du village. Aussi simplement que ça, grâce à quelques cliques au bons moment contre l'ennemi, grâce à ce nouveau stuff, j'étais devenu beaucoup, beaucoup plus fort. Et ça n'avait pris qu'une petite demi-heure !
Plus tard, j'étais retourné donner la chasse aux renégats, adoptant un style bien moins subtil. J'attirait jusqu'à six groupes au même endroit en les attaquant à l'arc, avant de dégainer ma lame pour les occire.
Et putain, c'était le pied. A moi seul, je tenais tête à des groupes compactes d'adversaire et les pulvérisant avec un style certes instinctif, brouillon... Mais un style quand même. Attaques rapides, disparitions, éliminations des éléments clef, passages en lignes droites. Intense !
Et soudain, une fenêtre s'était ouverte sous mon nez. Une demande d'ami, sans un bonjour, sans rien du tout, d'une certaine Laynae. Je suis resté un moment immobile face à des manières si cavalière, puis j'ai accepté, comme ça, sur une impulsion, avant d'engager le dialogue :
- Salut. Heu, 'me semble pas qu'on se connaisse. C'était pour quoi cette invitation en ami ?
- Salut. A vrai dire, je débute dans le jeu et j'envois des invitations aux personnes que je croise pour avoir de l'aide et des conseils.
Et aussi simplement que ça, nous avons mis nos forces en communs pour défaire des montagnes de monstres, pour accomplir des pléthores de quêtes. Nous avancions ensemble, sans se poser plus de questions que ça.
Et j'étais bien. Nous étions bien.

*
**

Ici bas, dans le monde réel, les études ne m'intéressaient plus guère. A mes yeux, elles devenaient aussi futiles que pénibles. L'utilité de savoir résoudre un système d'équation m'échappait. L'intérêt de savoir que la vitesse de la lumière correspondait à c = 3,00 x 105 km.s-1 m'indifférait. Rien que la gueule de cette équation me donnait envie de rire, et j'avoue avoir eu recours à internet pour la retrouver, parce que je ne m'en souvenais pas et que je ne m'en serais ô grand jamais souvenu.
Les cours, les révisions... Trop gris, trop fade. Je préférait jouer, et lorsque je ne le pouvait pas, je lisais. Même sans être en ligne, je pouvais ainsi me réfugier dans de lointains univers où des mots tels que banalités, ennuis, monotonie n'avaient pas le moindre sens. Mais je préférais quand même jouer, parce que je pouvais avancer avec mes amis, avec Heeag. Avec Laynae.

*
**

La fin d'année approchait, et j'avais bien progressé. J'étais presque niveau 40 ! J'avais découvert de nouvelles maps gigantesque, comme le désert infesté de scorpions géants, ou le volcan du roi Démon. Chaque aventure devenait plus épique que les précédente. Chaque nouvelle rencontre était plus singulière. Et Laynae était toujours là. Tout ce que je connaissais d'elle, c'était ses mots, son personnages. Je ne pouvais même pas être sûr qu'elle était bien une fille, qu'elle avait mon âge. En somme, je ne savais rien. Mais figurez vous... Que ça n'avait aucune importance. Dans ce monde virtuel, le physique, la présence, l'enveloppe même d'une personne n'a pas d'importance. J'avais trouvé une belle, une très belle âme. Et j'en étais tombé amoureux ; la singularité de tels sentiments ne m'avaient pas choqués. Je les ressentait, et c'était tout. Ils étaient là, doux, tendres. Et réels.
Lorsque je pensais à elle, je pensais d'avantage à ce qu'elle était en dedans. Son vrai Elle, son coeur et sa conscience. Elle était vraiment très secrète, elle craignait sans arrêt de tomber sur quelque détraqué du net, si bien qu'il me fallu un total de 4 mois complet pour ne connaître que son prénom.
Janyce.
Un prénom aussi joli qu'original.

Je n'était pas d'un naturel confiant ni à l'aise, mais en ligne, tout est plus simple. J'ai trouvé le courage de lui parler de ce que je ressentait. J'étais certes tendu, mais je ne pensais même pas à l'incongruité et l'étrangeté d'une telle déclaration, dans un tel endroit, en en sachant si peu sur Elle. Mais heureusement pour moi, mes sentiments étaient réciproques.
Bien sûr, je me suis bien gardé d'en parler à qui que ce soit. Vu ce que les gens pensaient des jeux vidéos, j'aurais sans doute pu finir interné.
Mais putain, qu'est ce que je me sentais bien avec Elle.
Les mois s'écoulait dans notre monde virtuel. Sa confiance était incroyablement dure à gagner. Mais j'avais tout mon temps, toute ma patience. Quel importance que notre idylle n'avance pas vite ? Nous en profitions, et chaque petite information sur l'autre devenait un véritable trésor. Imaginez : il m'a fallu plus de six doux mois pour connaître la seule couleur de ses yeux ! Chose que l'on remarque au premier regard, dans le monde réel. Mais ici, on ne pouvait pas savoir.

Vint quand même un jour où j'eu l'envie de la connaître pour de vrai. De pouvoir sentir une peau sous mes doigts, pour la flatter de caresses qui viennent du coeur. De pouvoir partager la chaleur moite d'un baiser. Ou même de simplement pouvoir lui tenir la main en partageant une brise fraîche :
- Dis. Tu penses qu'on pourrait se rencontrer, un jour ?
La réponse tarda un peu à venir.
- Je ne sais pas... Je ne sais pas du tout. Je veux dire... Pour l'instant, cette situation me convient. Pas à toi ?
ça m'avait fait un peu mal, oui. Mais était-ce si grave ? L'important était que nos âmes restent connectés l'une à l'autre, c'était vraiment ce à quoi je pensais. Alors je me suis contenté de sourire, heureux qu'elle se satisfasse de ça, avant de répondre.
- Tu as raison. On peut prendre notre temps. Je suis sûr que je peux patienter au moins dix ans comme ça, pour toi !
Pour sûr, même si ça semblait une folle promesse, surtout prononcé par la bouche du petit gars de 15 ans que j'étais, je savais que je pourrais la tenir.
J'avais bien sûr espérer ne pas devoir tant patienter, mais le destin en voulut autrement.

*
**

Plus le temps passait, plus la grisaille ci-bas envahissait mon champ de vision. J'avais un regard nouveau sur les choses, comme ses mes yeux étaient devenus plus perçants, comme s'il pouvaient déceler des défauts jusque là invisible. Ainsi me rendis-je compte de certaine chose, comme par exemple que l'école ne m'enseignait pas à devenir intelligent, mais m'inculquait soumission, obéissance et appartenance à un groupe. Que ces chaînes de journalisme s'entêtaient à débiter des discours faux, rédigés par des gens qui ne connaissent pas leurs sujets. Que le monde tournait bien trop autour de l'argent, de l'appartenance, de l'accaparement. C'était progressif, mais je me sentais glisser vers une abysses noire et sans fond, mais emplie de vérité.
Je m'y suis laissé glisser, et je ne regrette absolument rien parce qu'une telle chute m'a grandit, m'a élevé au dessus de tout le reste.

Au quotidien, je devais supporter ces discours moralisateurs à propos de l'importance du travail. Mais je ne pouvait même plus accepter qu'on puisse aimer ça. C'est vrai, quoi. Comme à moi, on vous a dit que la vie n'avait pas de prix ? Figurez vous que c'est faux. La vie d'un caissier, par exemple, ne coûte que 9 euros de l'heure, là où celle d'un PDG coûte des millions. La vie n'a supposément pas de prix, mais nous n'hésitons pas à vendre nos heures d'existence à quelque connard de patron plus obnubilé par le bénéfice que notre santé physique et mentale. Nous passons nos existences dénuées de sens à être exploités sauvagement, et que ce soit pas abrutissement via les médias, par abandon, par soumission, nous acceptons notre sort. On se nourrit de pain sec et d'eau tiède, tandis que la société agite sous notre nez un grand morceau de pain tout frais, délicieux, avec un immense verre d'eau bien fraîche, nous promettant que tout ça pourrait être à nous pour peu qu'on travail dur.
Et cons que nous sommes, nous acceptons. Alors que ça ne reste que du pain et de l'eau. Vous comprenez ?

Mais heureusement, je pouvais me déconnecter de cette hideuse réalité. Il y avait l'univers virtuel. Il y avait Laynae.

*
**

Notre groupe s'était agrandit.
Il s'était avéré qu'Elle avait une sœur et deux frères ! Une famille complète sur un même MMO, incroyable. Nous nous entendions tous bien, vraiment très bien. Heeag était même de la partie. Nous formions un adorable petit conglomérat de newbies avides de découvertes, d'aventures, soudés les uns aux autres.
Tout allait pour le mieux, vraiment. Nous avions même échangé nos numéros de portable, avec Laynae. Il avait fallu plus d'une demi-année, mais ça n'avait absolument pas la moindre importance. J'imagine que vous pensez que c'était certainement la chance d'enfin entendre sa voix ? Non ! Nous avions fixés une règle pour que ce soit plus facile pour Elle : nous ne devions communiquer que par SMS. Et ça m'allait. L'important était d'être avec elle, qu'importe le moyen.
Et deux mois plus tard, nous nous sommes envoyés nos photos. Notre premier liens au réel. J'étais tendu comme jamais, certes avides de pouvoir mettre un visage sur cette magnifique âme, mais très soucieux de lui plaire.
Quand j'ai posé les yeux sur sa photo pour la toute première fois, sur son sourire, sur ses grand yeux expressifs, sur ses boucles brunes, je me suis sentis léger, si léger... Vous savez, même d'un point de vue tout à fait objectif, elle était la créature la plus belle qui m'avait été donné de voir. Et elle n'avait qu'un ans de moins que moi.

Rendez vous compte un seul instant de la chance que j'avais : nous aurions pu ne jamais nous croiser en jeu avec nos horaires de connexions. Nous aurions d'ailleurs pu jouer dans des factions différentes, ou même sur des jeux différents. Elle aurait pu être bien plus âgée que moi, ou moi plus âgée qu'elle. Mais non. Tout concordait.
A mes yeux, notre histoire était spéciale. Et elle était la plus pure qui puisse être. Dehors, à l'école, dans la rue, au travail, nous sommes bien d'accord que c'est la première impression, le physique, qui pousse deux personne à s'attirer, ou au moins à s'intéresser l'une à l'autre. Toutes les histoires "conventionnelles" sont déclenchées par un regard.
Mais pas la nôtre. Et si je dis que notre histoire était pure, c'est que puisque nous ne nous étions jamais vu, jamais entendu avant de nous aimer, nous étions sûr que nos sentiments étaient dirigés vers l'âme et le coeur de notre moitié, et non son corps. C'était la preuve irréfutable que nos sentiments étaient aussi sincères que forts.
Et pourtant...

Vint un jour... Un jour froid malgré le soleil d'été. Un jour sombre malgré le ciel clair. Ma mémoire me fait défaut ici même si la blessure qu'elle a subie reste sanguinolente. Je me souviens d'Elle, m'expliquant qu'Elle avait peur que nous finissions comme ces autres couples qui rompaient à tout va. Pour pallier à un tel problème, Elle me proposa elle même que nous arrêtions là, maintenant. Une décision absurde. Incompréhensible. Pourtant...
Une bulles s'était formée autour de moi durant ces mois d'histoire commune. Un dôme de bien être qui repoussait les ténèbres fades d'une vie dégoûtante, qui me masquait les défaut du monde. Ce jour là, ce dôme s'est d'abord fissuré, avant de voler en éclat. Pris d'une soudaine apathie, je crois que je lui est répondu que je ferais comme elle préfère, du moment que ça lui aille. J'aurais dû lutter, mais des lire ces mots, venant d'Elle... Je n'avais plus de force, plus de souffle, plus même de sensations. Le message envoyé, je me suis déconnecté.
Et je me suis retrouvé connecté de force avec le monde réel.
Mais au moins, je pouvais continuer de lui parler un peu, nous pouvions être ami.

*
**

- Non, je ne t'en veux pas.
- Mais tu devrais, je sais bien à quel point je te fais du mal...
- Je le devrais, peut être. Mais je ne peux pas. J'en ai même pas l'envie. Je suis avec toi, de nouveau. Et on s'aime. C'est la seule chose qui compte
Oui, nous nous étions remis ensemble. A nouveau, ma mémoire me fait défaut, si bien que je ne saurais vous exposer tous les détails. Mais nous étions ensemble, sans rancune, sans plus de peine. Heureux.
Ce nouveau départ avait été difficile. C'était comme si j'avais été mort, mais que la vie revenait doucement en moi, m'autorisant à pouvoir ressentir, sourire, vivre, mais progressivement. Mais j'étais de nouveau heureux, et elle aussi.
Nous avions déménagé sur un nouveau jeu dans lequel nous incarnions des anges. Comme le serveur officiel était payant via un abonnement, nous nous étions rabattus sur un serveur privé. Ce nouvel univers était un millier de fois plus immersif que les précédant ! Des graphismes incroyablement poussés, une histoire bien plus étudiée, plus de deux milliers de quêtes. Tant de nouvelles chose à découvrir ! J'avais même changé de style de jeu : je ne jouais plus un fourbe assassin, mais un Clerc, un médecin de bataille pieu versé dans la magie de guérison. C'était un nouveau rôle que j'aimais vraiment. Les autres comptaient beaucoup sur moi, et la réussite d'instance dépendait souvent de ma réactivité.
Ce nouvel univers fut un virage crucial dans ma vie, parce que c'est à cette époque que l'on m'initia au jeu de rôle.
Inconsciemment, j'avais toujours souhaité m'investir plus, me donner plus, m'oublier pour renaître le temps d'une partie dans le corps d'un héro. Et l'on m'apprenait que je pouvais y arriver rien qu'en jouant et en écrivant, vous imaginez ?
La fièvre du RP m'avait contaminée, je l'ai transmise à Mon Amour.
Et nous étions encore plus heureux ; toujours plus loin du monde réel.

Je me souviens ce doux épisode survenu à Noël. Nous voulions nous gâter, mais nous voulions faire ça bien, de manière original, sans se reposer sur l'achat d'un cadeau impersonnel. Alors nous nous sommes écrit ! Oui, un vrai correspondance épistolaire, comme dans le temps ! Sur du vrai papier, avec de la vraie encre, avec nos plus belles polices. Deux lettres pleines de tendresse et de promesses. Les choses ne pouvaient que bien aller, vrai ?

Puis survint la seconde rupture. Infiniment plus douloureuse que la précédente. Laynae avait disparue, complètement. Plus de connexion, plus de réponses aux mails, ni aux SMS.
Plus rien.
Plus rien du tout. Subitement.
J'étais devenu fou. Pourquoi ? Pourquoi ? Mon crâne se remplissait de pourquoi. Je me sentais comprimé dans mon propre corps, écrasé par les questions, les doutes, les folles suppositions. J'ai d'abord pensé qu'elle avait eu un accident. Puis qu'elle s'était lassé parce que j'étais devenu trop ennuyeux, ou trop lourd à supporter.
Et puis, bien pire, j'ai fini par croire qu'elle n'avait été qu'un rêve et que je venais de me réveiller. J'avais vraiment cette sensation d'avoir été avec elle, mais que son départ soudain, sans nouvelles, m'avait fait prendre conscience qu'en fait, je m'étais imaginé tout ça.
Avait-elle seulement existé ?
Et tandis qu'une telle question naissait dans mon esprit, je perdis pied.

A présent, plus rien du tout n'avait de couleur. J'avais su depuis longtemps que le monde était laid, mais je m'en rendait à présent pleinement compte. C'est arrivé 6 mois avant le passage du bac. J'ai réussis à l'avoir, mais de justesse.
Et après ?
Qu'est ce que j'allais faire, seul comme je l'étais ? Qu'est ce qui valait encore la peine d'être vécu ? Même mon intérêt pour les jeux vidéos déclinait. Je continuait d'y jouer, mais avec moins de conviction. Je m'étalais sur plusieurs univers à la fois, espérant fragmenter ma conscience pour anesthésier la douleur, mais tout me ramenait à elle, ou du moins à l'hypothèse qu'elle ai jamais existé.
Je n'ai pas eu le courage de continuer les études. Je ne garde pas beaucoup de souvenir de cette période morte. J'ai dû m'essayer à l'armée, avant de m'en sauver à toute jambe. J'ai dû essayer l'intérim, sans jamais qu'on veuille de moi.
Et je me fis dévorer par une dégoûtante usine. Par le travail en horaire postées qui décalait ma parodie de vie. Par le bruit, la pollution, le danger, la crasse, la stupidité des collègues abrutis. J'en venais à espérer qu'une machine s'effondre sur moi pour m'emporter. J’espérais mourir, oui. Quotidiennement. Mais cette salope de mort se défilait, refusait de passer me prendre pour m’emmener loin, très loin. Je ne mangeais plus. Ne dormais plus. Ne souriais plus. Ne vivait plus -en supposant que j'ai jamais vécu un jour-. En ligne, je multipliais toujours plus les univers. Je crois que j'espérait la retrouver là bas. Mais rien.

Puis, une nouvelle fois, Elle revint.
Des retrouvailles déchirantes, dignes de sagas. A nouveau, je n'ai pu ressentir aucune rancœur pour Elle. J'étais si heureux qu'Elle soit là, qu'Elle... Soit vraie, qu'Elle ne soit pas le fruit de mon imagination.
Elle m'expliqua que son absence était dû à l'un de ces détraqué du net dont Elle craignait l'existence. Elle craignait ce sale chien qui, en plus d'avoir réussit à la pousser à se livrer à des activités dégradantes, venait l'observer à la sortie du Lycée. Si j'avais su, je l'aurais tué. Et c'est justement pour ça qu'elle ne disait plus rien. Elle ne voulait pas que j'ai de problème. Puis... Elle m'expliqua qu'elle avait raconté à ses parents notre liaison.
Et elle s'était persuadé que le meilleurs moyen de ne plus avoir de problème avec ce autre connard, avec qui que ce soit d'autre, c'était de couper tous les liens avec le monde virtuel. Et donc avec moi.

J'avais cru que je savais ce que pouvais être la douleur, mais je le compris réellement ce jour là.

*
**

J'avais à présent 23 ans. Je regardais par ma fenêtre, mon regard vide, sans reflet, posé sur une pelouse jaunit depuis longtemps. Au dehors, j'entendait un oiseau chanter. Mollement, j'ouvrit la fenêtre pour mieux l'entendre. Du quatrième étage de ce bloc d'habitation miteux, je n'avais qu'à lever un peu les yeux pour trouver le petit chanteur à plume. Il gazouillait gaiement, indifférent à la condition et la folie humaine, heureux de simplement se trouver sur cette petite branche.
Heureux.
Qu'est ce que ça voulait dire ? Je ne savais même plus, et je n'eus guère le temps d'y réfléchir alors que le bruit du moteur d'une voiture se fit entendre au loin. Un son anodin, mais qui me fit me rappeler que demain, je devais retourner au travail. A l'usine. Dans le bruit des moteurs.
Non. Pitié, non.
Je n'en pouvais simplement plus. Je me suis assis sur le bord de la fenêtre, jambe dans le vide, fixant le sol en me demandant si une telle hauteur aurait raison de moi. Comme pour souligner la gravité d'un tel instant, le vent ne soufflait plus.
Pas plus que l'oiseau ne gazouillait.
- Chante, s'il te plait, soufflais-je.
Il préféra s'envoler.
Des larmes amères glissèrent jusqu'à mes lèvres. Et j'ai commencé à me pencher en avant. C'est alors qu'une fenêtre pop-up s'ouvrit sur mon PC, dans la pièce. Elle avait une petite musique entraînante et vantait les mérites d'un nouveau système de jeu à immersion complète, un virtual reality MMO, ou VRMMO.
Je suis finalement rentré, et j'ai posé les yeux sur la publicité.

*
**

Et c'était exactement ce que j'avais attendu.
Une brise plus réelle que virtuelle, pure, exempte de pollution.
Un sol à l'herbe tendre, verdoyante, à perte de vue, sans goudron ni produit chimique pour le souiller.
Des forêts, des cités de pierres, des animaux.
Une nouvelle réalité. Sans grisaille.
Je n'avait plus qu'une seul souhait : me retrouvé prisonnier d'un tel paradis pour ne jamais devoir retourner affronter l'autre monde. Être ici à jamais. Oublier. Ou la retrouver si Elle a existé.

Figurez vous que mon voeux s'est réalisé.
L'annonce du gigantesque GM avait été théâtrale et, pour moi, salvatrice. J'étais bloqué là, dans ce monde ; non, pas bloqué. Libre pour de vrai. Plus libre que dans l'autre monde. Plus de contrainte dénuées de sens. Juste un paradis.
Et j'ai souris.
Je suis ensuite tombé au sol, bousculé par une foule paniquée. J'ai manqué d'y rester, piétiné à mort.
Mais j'étais heureux.
J'allais vivre. Vivre. Pour de vrai. Je me suis frayé un chemin hors de la ville, avant de me mettre en quête d'un abris, le coeur si léger que je me sentais parfois quitter la terre ferme. J'allais accomplir de grandes, de belles choses, parce qu'en ligne, je le sais, tout est possible.

Si tout ceci est un rêve, puisse-t-il ne jamais se finir. En fait, quoi que ça puisse être...
Puisse-ce monde ne jamais se terminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Noob »
avatar
« Noob »

✖ Date d'inscription : 14/03/2014
MessageSujet: Re: Lek   Mer 19 Mar - 13:11

houuu, longue histoire. \o/
BIENVENUE PARMI NOUS ♥


ça arrive. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A name for a day »
avatar
« A name for a day »

✖ Date d'inscription : 10/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Mer 19 Mar - 13:15

Ouh, toute la lecture *w*
Bienvenue sur LU ! :3


#893e49
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Sword of Omens »
avatar
« Sword of Omens »

✖ Date d'inscription : 04/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Mer 19 Mar - 13:58

Bienvenue sur LU ! Quelle belle fiche que voilà il va me falloir un peu de temps pour lire tout ça ^^

Si tu as des questions n'hésites pas !








Personnage non-joueur mais je réponds aux mps :)
Absente du vendredi soir au lundi matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lostuniverse.frbb.net
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Mer 19 Mar - 17:11

Yop vous tous.

J'ai effectivement quelques questions :
Pour bien comprendre l'univers dans lequel je mettais les pieds, j'ai regardé les épisodes de l'anime. Est ce que, comme dans ces épisodes, les choses sont simplifiées au maximum ? Par exemple, suffit-il de frapper un lingot rougeoyant une dizaine de fois pour lui donner la forme d'une épée ( à condition d'avoir le bon niveau dans le métier de forge ) ? Idem pour a cuisine et le reste.
Est-ce qu'on dispose aussi d'une interface 3D qui apparaît pour interagir avec notre inventaire, former des groupes, etc.
Y'a-t-il un topic qui répertorie les armes et armures que l'on peut utiliser, ou est-on libre de s'en inventer -dans la limite du raisonnable- ? J'ai trouvé le topic qui rassemblait les skills par classe : même question, doit-on s'en tenir à ceux là où peut-on -encore dans la limite raisonnable et en fonction de la réponse à la question juste en bas- s'en imaginer ?
J'ai aussi remarqué dans le topic explicatif que les combats étaient traités selon un système de stats, lancés de dès, etc. Etc-ce toujours comme ça, ou dispose-t-on de plus de liberté lorsqu'on combat contre un joueur d'accord pour régler le combat en full RP sans dès ?
Y'a-t-il des entités autres que les joueurs (exemple : mobs) doué de conscience ?

D'ailleurs, si c'est ici que ça se fait, j'annonce qu'en métier secondaire je choisis la cuisine, et que je suis du clan des renégats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« I'm behind you »
avatar
« I'm behind you »

✖ Date d'inscription : 07/05/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Mer 19 Mar - 21:25

Bienvenu !

J'ai lu et wouaw, j'adore ton style d'écriture ! :)

Je vais essayer de répondre à tes questions :
Citation :
Est ce que, comme dans ces épisodes, les choses sont simplifiées au maximum ?
Nous n'avons pas ce système en place. (Syn', corrige moi si je me trompe xd) Du coup, les seuls actions réellement possible sont les combats. :)

Citation :
Est-ce qu'on dispose aussi d'une interface 3D qui apparaît pour interagir avec notre inventaire
Non, nous n'en avons pas. Ton inventaire est par contre présent dans ta feuille de personnage (en dessous de ton vava <<)

Citation :
Y'a-t-il un topic qui répertorie les armes et armures que l'on peut utiliser, ou est-on libre de s'en inventer -dans la limite du raisonnable- ?
Les armes ne sont pas clairement définis, donc du moment que cela reste raisonnable il n'y a pas de soucis. Et puis, nous sommes là pour surveiller en cas de problème. ;) Concernant les skills, seuls ceux en boutiques sont disponibles, on ne peut pas en créer.

Concernant les deux dernières questions, je n'ai pas de réponses exactes donc je laisse la parole à Syn. ~
Par contre, les seuls métiers disponibles se trouvent [ici].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Smiling and cute girl »
avatar
« Smiling and cute girl »

✖ Date d'inscription : 22/11/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Mer 19 Mar - 22:04

WELCOME :coeur 
//SBAFF// J'interrompre votre discussion importante donc désolé ;_;
Mais je voulais te souhaiter la bienvenue et te dire que ton histoire est vraiment bien écrite ! :01: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Mer 19 Mar - 22:40

Eh bien, merci pour vos compliments.

Je reprend tes précisions. J'ai l'impression que tu as cru que je vous questionnais quant à l'aspect technique du forum (genre les modules, les widgets, etc) alors que mes questions portaient purement sur le RP.


Lyne a écrit:
Bienvenu !


Est ce que, comme dans ces épisodes, les choses sont simplifiées au maximum ?


Nous n'avons pas ce système en place. (Syn', corrige moi si je me trompe xd) Du coup, les seuls actions réellement possible sont les combats. :)

J'ai du mal a interpréter ceci. Est-ce que ça veut dire que les seuls RP à faire sur le forum sont des combats ? Y'a pas de RP social, exploration ? Ou alors, comme je le supposait plus haut, tu as cru que je vous demandais des précisions sur les caractéristique du forum, alors que je voulais en savoir plus sur l'Univers. Ce que je veux savoir c'est si mon personnage, dans l'univers virtuel, doit par exemple cuisiner avec les contraintes du monde réel, ou s'il peut passer outre comme dans l'anime, n'ayant besoin que d'une pression d'un couteau sur un rôti pour le découper instantanément en petits cubes.

Citation :
Est-ce qu'on dispose aussi d'une interface 3D qui apparaît pour interagir avec notre inventaire

Non, nous n'en avons pas. Ton inventaire est par contre présent dans ta feuille de personnage (en dessous de ton vava <<)

Là encore, j'ai du mal à savoir si tu me renseignes sur les caractéristiques du forum ou sur l'univers. Ma question portait bien sur l'Univers dans lequel évolue mon personnage : est ce que Lek dispose, dans le jeu en ligne, d'un menu déroulant holographique qui lui permette de fouiller dans son inventaire, inviter les gens en groupe, voir un récap' des quêtes, etc ?

Citation :
Y'a-t-il un topic qui répertorie les armes et armures que l'on peut utiliser, ou est-on libre de s'en inventer -dans la limite du raisonnable- ?

Les armes ne sont pas clairement définis, donc du moment que cela reste raisonnable il n'y a pas de soucis. Et puis, nous sommes là pour surveiller en cas de problème. ;) Concernant les skills, seuls ceux en boutiques sont disponibles, on ne peut pas en créer.

Noté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Noob »
avatar
« Noob »

✖ Date d'inscription : 14/03/2014
MessageSujet: Re: Lek   Jeu 20 Mar - 11:16

Les rp socials/explorations sont possibles, y'en a même plusieurs. La plupart du temps, les rp combats sont faits seulement pour les quêtes. Pour la cuisine, je suppose que c'est comme dans l'anime, ça me paraîtrait logique.

Après, pour le menu déroulant, je pense que ça y est aussi.

N'étant pas modo, Syntharia t'apportera plus de précision à ce sujet que moi. o/


ça arrive. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A name for a day »
avatar
« A name for a day »

✖ Date d'inscription : 10/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Jeu 20 Mar - 17:33

Eum, pour les combats entre joueurs, je crois bien que ce n'est pas encore véritablement autorisé. Après, lancé de dé ou pas, je crois que non mais sait-on jamais.

Pour les entités douées de conscience, il y a le petit prédéfini Irena qui est une IA (groupe Hacker) si je ne me trompes pas, mais je crois que c'est la seule comme ça.

Pour les sous-métiers, je dois dire que c'est encore en construction - et que, oui, c'est moi qui m'en occupe donc ça n'avance pas xD - donc ne te concentre pas trop là-dessus même si tu peux très bien en parler dans tes RPs !

(Et comme on l'aura tous remarqué, je mets toujours un "je crois" :3)


#893e49
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Jeu 20 Mar - 18:23

D'acc, c'est tout noté. Merci pour vos éléments de réponse. Je patiente donc pour la validation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Sword of Omens »
avatar
« Sword of Omens »

✖ Date d'inscription : 04/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Ven 21 Mar - 12:18

Coucou ! Désolée je suis malade donc je ne pourrais pas validé ta fiche avant lundi (suis sur mon téléphone :() pour les entités douée de conscience il y a les hackers, des IA viendront après autre qu'Irena et Deaniël ^^









Personnage non-joueur mais je réponds aux mps :)
Absente du vendredi soir au lundi matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lostuniverse.frbb.net
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Ven 21 Mar - 13:10

Entendu. Eh bien... A lundi, donc.



EDIT : une question me revient : les personnages ressentent-ils la douleur en jeu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Sword of Darkness »
avatar
« Sword of Darkness »

✖ Date d'inscription : 25/05/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Sam 22 Mar - 16:09

Si nous restons basé sur la logique de Sao (à condition qu'elle ait été adopté sur le forum), on ressent la douleur mais à une échelle différente, je ne sais pas si tu as vu la fin de l'anime mais à un moment, Kirigaya se fait piéger par un administrateur et celui-ci manipule un coefficient de douleur, initialement sur 10, on dit que la douleur s'approche de la douleur réel aux alentours de 3. En gros, un coup d'épée dans le bras fera très mal au lieu de juste provoquer des picotements, et il faut ensuite prendre en compte le nombre de points de vie et l'attaque de l'adversaire, car un coup d'épée qui fait du 1 dégât sur 500 000 points de vie se résumera à une caresse. Après j'apporte juste une explication par rapport à l'anime, il faut voir si le forum a adopté cette logique !



~ Thème Song ~ Ma fiche de présentation ~ Demande RP ~ MP ~
Cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Sword of Omens »
avatar
« Sword of Omens »

✖ Date d'inscription : 04/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Lun 24 Mar - 10:30

Coucou,

Sasha a raison la douleur est présente car nous sommes relié mentalement au casque, mais il n'est pas non plus possible de souffrir le martyre comme si on avait réellement une épée plantée dans l'épaule par exemple.

:)








Personnage non-joueur mais je réponds aux mps :)
Absente du vendredi soir au lundi matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lostuniverse.frbb.net
« Sword of Omens »
avatar
« Sword of Omens »

✖ Date d'inscription : 04/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Lun 24 Mar - 10:31

Je valide :coeur


Etant donné ton excellent niveau rp, et comme ce n'est jamais arrivé d'avoir une fiche aussi belle et fournie tu gagneras un peu plus de levels que prévus.
Tu es donc niveau 32 + 3 levels pour les nouveaux inscrits 35 !

Tu peux désormais rp. N'oublie pas de créer ta fiche de stat, participer aux évents, aux quêtes, choisir ton clan et recenser ton avatar s'il ne l'est pas !








Personnage non-joueur mais je réponds aux mps :)
Absente du vendredi soir au lundi matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lostuniverse.frbb.net
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Lun 24 Mar - 12:59

Merci pour la valide.

Recensement d'avatar : fait.
Demande de clan : fait.
Fiche de stat : fait.

Je prendrais une quête sous peu.

J'y repense : il me semble qu'au niveau 30+, on a accès à une mission qui permet de s'orienter vers une sous classe ou une autre ? Peux-tu m'expliquer comment ça se passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
« Sword of Omens »
avatar
« Sword of Omens »

✖ Date d'inscription : 04/08/2012

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Lun 24 Mar - 13:47

Oui, pour changer de classe c'est par là : http://lostuniverse.frbb.net/t249-changement-de-metier








Personnage non-joueur mais je réponds aux mps :)
Absente du vendredi soir au lundi matin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lostuniverse.frbb.net
« Paladin »
avatar
« Paladin »

✖ Date d'inscription : 17/03/2014

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: Lek   Lun 24 Mar - 13:53

Merci bien ; je n'avais pas trouvé cette section.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://korvesa.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lek   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Loading... :: Fiches de présentation :: FICHES VALIDEES-