AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Guide du forum  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur Lost Universe !
Forum RPG inspiré de Sword Art Online • Avatar manga 200*320px • 15 lignes minimum • Un staff présent • une bonne ambiance • De nombreux concours et activités ! • Plus de deux ans d'ancienneté !

♥ N’oubliez pas de voter pour nous toutes les deux heures !


Prédéfinis


Le forum est réouvert ! Le forum a été réinscrit sur les top-sites merci de voter pour nous !

 

 À L'aube de la tempête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: À L'aube de la tempête   Mer 29 Mai - 14:59

À l'aube de la tempête




D

ans le crépuscule tiède et humide de Liusta,  les flots s'élance contre les littoraux, poussée par la violence cinglante du vent; une tempête est en train de naître aux abords de la côte. Devant ce spectacle ébahissant, je contraste doucement avec l'océan qui s'obscurcit de minute en minute alors que moi, je me sens bercée par la rage houleuse qui prend l'océan par les tripes. Je crois que si je m'installais juste là, contre un arbre, le sommeil me gagnerait rapidement. Certes, je ne suis pas épuisée, loin de là. L'océan me fait une Battaglia, elle évoque la violence des fers qui se croisent, la violence d’une bataille. Puis, elle fait bouillonner mon sang dans mes veines attisant ce désir de voir perler le sang le long de mes lames. Les bourrasques de vent provoqué par la tempête naissante viennent me mordre les joues et les jambes et, par moment, j’ai du mal à poser un pied devant l’autre.

Les yeux rivés vers la sombre silhouette des montagnes, je suis si absorbée par la rythmique tumultueuse de l'océan que si un monstre ou une personne venait à  s'approcher de moi, je me retournerais sèchement, voire brutalement. À bien me balader avec mon précieux dans les mains, mon couteau de chef, mes réflexes ne savent rien d’autre que transgresser mon entendement en de telles circonstances. L'effet de surprise est instantané et parfois, fatal.
Tiens donc, moi qui imaginais des arbres laineux, un paradis pour chat rempli de pelotes de laine, je suis plutôt déçue; les arbres sont feuillus, l'herbe est fibreuse et verte de chlorophylle. Je fais la moue. C'est pas croyable de donner pareil nom à un endroit si tout n'est pas moutonneux. Ce qui me fait soudainement me demander s'il y a des moutons dans le coin. Ou des bestioles à laines parce que c’est bien comme matériel : c’est utile auprès des marchands et des artisans.  

Au gré de mes fantaisies, et par une force plus haute que moi, je me suis rendue sur la rive ouest de Liusta... Mais comment suis-je donc aboutie au socle de cette chaîne de montagnes? Pendant un moment, je n'arrive pas à me souvenir pourquoi mes pas m'ont ainsi guidée au pied des montagnes de laines. Je balaye le paysage qui m'entoure du regard, puis j'y décèle un petit rocher, à quelques mètres, idéal pour s'y reposer. Mes jambes commencent un peu à protester contre le supplice que je semble leur imposer depuis le midi du jour. Supplice imposé par une marche ininterrompue. Un supplice qui fait crier à mes jambes « procure-toi donc une monture » : Je n’en ai pas, ou plus,  il a péri quelque part il y a quelques niveaux de cela. Ça ne se faisait simplement pas de partir de si loin, de partir du milieu du continent et d’aboutir aux pieds de ces montagnes en un jour. Cependant, je suis zélée et la distance ne m’a  pas empêchée de croire que j’y arriverais. Tantôt j’ai gambadé, tantôt j’ai couru, mais jamais je ne me suis arrêtée.

J'y repense, il serait peut-être temps de me procurer de nouvelles armes, cependant il m'est difficile de me séparer de cette arme fétiche que je trimbale depuis des lustres. Puis, ça ne cri pas à l’urgence : il est buffer sur plusieurs plans et il est encore curieusement affilé depuis le temps. Faut dire que je l’aiguise constamment, je n’arrive pas m’en empêcher, ça m’obsède.

Quelques secondes se sont écoulées, lorsque je décide enfin de me diriger vers le rocher se trouvant non loin de moi. D'un coup, je me laisse mollement tomber contre celui-ci : un bref repos m'aidera sans doute à me remémorer la raison de ma présence en ces lieux. J’ai l’esprit bien souvent trop vaporeux pour refaire venir à la surface l’objet de mes errances. Ce devait être une quête, sinon je ne saurais pas dire pourquoi j’étais ici.  Or,  du moment où j’essai de retrouver le pourquoi du comment dans ma cervelle de détraquée, c’est le néant dans ma tête.  Allez voir, cette étourderie naturelle me rapprochait cruellement d’un enfant et c’était bien là que je remarquai toute l’importance qu’occupait Analiel depuis notre rencontre.

Le vent chuinte sous sont passage dans les vallons près de moi et il fait danser le feuillage épais des arbres. Les plus fragiles courbent sous la violence de celui-ci; les centenaires ne tressaillent pas d’un poil.  C’est un scénario parfait pour les histoires d’horreur. Tout s’arc et se tend sous l’impétuosité de la tempête qui gronde à proximité, je suis déjà heureuse que les cieux ne pleure pas au-dessus du continent.

Revenir en haut Aller en bas
« I'm behind you »
avatar
« I'm behind you »

✖ Date d'inscription : 07/05/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Mer 29 Mai - 16:13


À L'aube de la tempête

La journée avait été longue et épuisante. Mes pieds sont gelés, mes jambes tremblent du à l'effort que je leur ai demandé de procurer et mon cerveau ne fonctionne plus qu'à moitié. J'ai encore des provisions dans mon sac mais plus pour très longtemps surement. L'air est glacé et à chaque respiration, un nuage de vapeur sort de ma bouche et de mes narines. Jamais je n'aurais pensé qu'un endroit avec un nom si doux serait autant glacial. Je dois plisser des yeux pour pouvoir voir où je met les pieds. Mais malgré l'effort, mes yeux se ferment et la fatigue m'emportent. Alors je trébuche contre des pierres ou tombe dans des petits trous. Le paysage autour de moi est agréable bien que sombre. D'un côté on retrouve un océan recouvert d'un ciel noir prévoyant une tempête et de l'autre une belle chaîne de montagne foutant les jetons, du à sa hauteur.
Pourquoi suis-je là déjà ? Ah oui, je me rappelle avoir couru, couru, couru... Pourquoi ? J'échappais à quelqu'un. Je ne sais plus de qui il s'agissait mais je revois sa fureur sur son visage. Il me semble avoir tuer... quelqu'un de sa famille ! Ce n'était en aucun cas prévu mais la rage m'avait submerger m'empêchant de me contrôler. Jamais je n'aurais pensé arriver si loin mais là où j'étais, je n'avais aucun risque qu'il me retrouve.

Ma respiration est saccadée et l'air froid m'empêche de réfléchir correctement. Mon sac me semble peser deux tonnes alors que pourtant, il n'y a presque rien dedans. Devant moi, la longue berge semble ne jamais se terminer. Je marche, dans l'espoir de trouver peut-être quelque chose à manger. Des animaux comestible ? Il faudrait enclencher le combat et pour l'instant je n'en ai ni l'envie, ni la force. Le mieux serait de trouver une grotte ou une maison où je pourrais me reposer et reprendre des forces. Mais il ne faut pas que je traine, mes niveaux ne m'attendront pas éternellement.

Tout d'un coup, comme si le créateur du jeu m'avait entendu, je distingue une silhouette étendu sur une pierre. A première vue, on dirait qu'il est dans le même état que moi. Et si... et si j'allais le voir pour lui demander si un village est proche ? Quoi que, vu son état ça m'étonnerait qu'il puisse me répondre. Ou elle plutôt ? Ses longs cheveux tombent sur le rebord de la pierre. Péniblement, j'avance vers elle en espérant trouver une aide. Mais en m'approchant, je me rend compte que c'est aussi une PK. Bon, qui ne tente rien à rien. Je ne pense pas qu'elle me fera quoi que ce soit. Je ne suis plus qu'à quelques centimètres de l'inconnu quand je décide enfin de parler mais aucun son ne sort de ma bouche.
« Est... est-ce que... »
Je ne m'en crois plus capable, ma gorge est totalement sèche mais je n'ai plus d'eau. Deuxième tentative, pourvu que ce soit la bonne !
« vous savez si... village est... pro... proche ?»
Je prend une grande respiration. J'ai réussi ! J'ai tout d'un coup l'impression d'être complètement épuisé. Aurais-je une aide venant de cette personne ?
Fiche by Umi de Templactif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Mer 29 Mai - 19:08

À l'aube de la tempête




R
enversée sur mon rocher, j’ai la tête pleine qui flotte au-delà des nimbo-stratus peuplant en grappe ces cieux bien sombres. Tout compte fait, je suis peut-être épuisée et les pointes de douleurs aigües, intermittentes, dans mes jambes en sont la manifestation. J’ai mal, c’était malsain de parcourir autant de kilomètres. Je ne veux plus bouger; je vais me fossiliser avec le rocher, ne faire qu’un. Soudainement, j’ai comme une aiguille qui me transperce d’un bout à l’autre de la jambe droite : je grimace, mais j’étouffe le cri de douleur entre mes dents. Bien qu’à réussir à recueillir un peu de volonté, je me pense incapable d’arriver à me relever vu l’état de mes muscles jambiers.

Je laisse échapper un long soupir d’entre mes lèvres sèches, le regard rivé sur un point indéfinissable; il est bien hagard. Je me sens vaseuse. Le vent me cingle toujours la peau, mais je reste immobile comme plongée dans une catatonie passagère. Je suis là, un peu arquée contre mon rocher, insensible à l’impétuosité des vents et du froid qui glace. Figée là, je dois être une drôle de vision à qui peut bien déposer les yeux sur moi. Soudain, comme ça, ma douleur me ferme à l’environnement. Le son est lointain et l’image est floue. Néant. On supprimerait le rocher que mon corps, j’en ai bien l’impression, ne bougerais pas d’un poil : je suis d’une raideur poignante!

Dans ma tête, c’est encore nébuleux. Je ne pense à rien de précis si ce n’est du manque de réponse motrice de mon corps. J’essai de bouger un orteil, mais il n’y a rien à faire. Pendant ma lutte contre le vent, j’étais si sereine mais là, je crois que j’angoisse un peu. Mes yeux se ferme sous ma commande, c’est déjà ça. Un autre soupir exhale de mes lèvres, j’aurais du éviter le souhait de fossilisation.

Tout au plus quinze minutes se sont écoulées lorsque la réalité s’immisce de nouveau dans mon crâne stigmatisé. Quelque part au-delà de mon brouillard cérébral, J’entends le vent chuinter contre la berge et entre les branches des arbres; j’entends le timbre d’une voix; j’entends le sol qui craque. Brusquement, comme une gifle, mes sens me reviennent. Je vois une silhouette se matérialiser tout près de moi. Elle a des courbes féminines. J’aperçois l’ombre d’une chevelure de feu malgré la pénombre et le capuchon qui recouvre sa tête. Elle est ridiculement près de moi. Elle a de la chance que je n’arrive pas à bouger car je n’apprécie pas que l’on entre dans ma bulle sans permission.


« Est... est-ce que... » Que j’entends d’une voix tremblant et presque effacée. Par un effort de volonté, j’arrive au moins à chasser toute cette tension qui me fige péniblement. Je braque mes émeraudes sur cette nouvelle venue; Elle a le pseudo Brime d’écrit en noir qui flotte au dessus de sa tête.

Bref silence, puis elle poursuit :
« vous savez si... village est... pro... proche ?» Son dernier mot s’éteint, presque inaudible. Je constate qu’elle doit être aussi éreintée que moi.

Machinalement, quelques mots se fraient un chemin dans mon crâne engourdi, puis se rend à ma bouche :
« Je sais pas, j’sais plus.

Revenir en haut Aller en bas
« I'm behind you »
avatar
« I'm behind you »

✖ Date d'inscription : 07/05/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Mer 29 Mai - 21:01


À L'aube de la tempête

Merde merde merde ! J'ai fait une grosse connerie là. C'est un PK et franchement, qu'est-ce qu'elle en aurait à foutre de bien vouloir m'aider ? Chacun est là pour sauver sa peau alors ça m'étonnerait qu'elle souhaite au moins me renseigner. Oui, elle est au même point que moi mais je sais très bien qu'un PK n'aime pas qu'on le dérange. En un mouvement long et difficile, je recule de quelques pas me mettant aux abris. Je n'ai pas la force de me battre, je ne veux pas tuer une personne encore. Pas tout de suite.
« Je sais pas, j’sais plus. »
Bon eh bien, je ne suis pas plus aidé que ça. Je me sens totalement ridicule, j'ai presque envie de partir en courant mais je sais que ça ferait mauvaise impression sur mon rang. Une tueuse qui se barre en courant ? Impossible. Mais je n'ai pas envie d’entamer la conversation avec elle. Et puis, je n'ai rien à dire. Quoi que, elle pourrait peut-être m'être utile pour m'aider à sortir de ce pétrin ?
Je la regarde de la tête au pied, calculant le pourcentage de possibilité qu'elle m'attaque. Je dirais qu'il ne dépasse pas les cinq, aucune chance qu'elle se lève d'un bond et me saute dessus. Je me raidis tout de même à cette image, je n'aurais même pas la force de me protéger !

Je regarde autour de moi, cherchant un proteste pour partir mais quelque chose me force à rester, à en connaitre plus sur... Nineteen, d'après son pseudo.
« J'suis sûre que t'as envie de... de me tuer par.. ce que je t'ai dérangé. commençais-je après avoir pris une grande inspiration mais je voudrais... juste... trouver un endroit pour manger. T'as du re...remarquer que je suis... une PK. Mais... veux pas tuer. T'aurais... pas à manger ?...»
Oula, je m'aventure loin là. Demander à manger à une PK que j'ai sorti de sa rêverie c'est comme sauter dans la cage d'un lion rempli de fureur. Tant pis, je vais pas rester là comme une conne à regarder autour de moi crevant de faim et de froid. A la base, j'avais quelque chose à manger dans mon sac mais c'était du fromage. Pourri en plus, alors j'ai pas envie de tomber malade. Je le mangerais peut-être en dernier recours... en dernier.
Pour l'instant mon seul but c'est de sortir de ce merdier, de retrouver la pêche et de continuer mon chemin. En ne laissant aucunes traces derrière moi.

J'entends ma respiration beaucoup trop forte et la sienne, presque inaudible. Elle me regarde de travers, se demandant s'il est utile de gaspiller de la salive pour moi... je pris discrètement qu'elle me donne un truc mais sans grand espoir. Faut pas non plus imaginez que tout le monde soit de gentilles lapins. Comme moi quoi, j'suis pas une fille au grand cœur, oh non... D'un seul coup, mes jambes cèdent sous mon poids et je tombe à genoux. Nooooon, fallait pas... j'ai l'air pitoyable là... Il n'aurait pu m'arriver pire, franchement. Je me sens comme soumise, j'essaye de me relever mais en vain. Je relève la tête, la regarde. Elle a un sourire au coin de la lèvre, et là je chuchote un "merde" qu'elle entendra surement mais tant pis. J'ai faim moi.
Fiche by Umi de Templactif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Jeu 30 Mai - 1:57

À l'aube de la tempête


A
ussitôt que ces mots furent sortis de ma bouche, je la vis s’agiter. Le poids de ma présence, de mon statut, y est pour quelque chose : la compagnie d’une Player-Killer est très rarement rassurante, sinon pas du tout. Je la vois trembler cependant, je n’arrive pas à analyser la situation comme il faut. Moi, malgré mon regard braqué sur elle, je n’analyse rien. En fait, je la vois sans vraiment la voir. Dans un mouvement qui s’étire temporellement, elle bat en retraite. Elle sort de mon espace vital quoique je manque de vivacité. Puis, elle me jauge un instant. Mais que fait-elle exactement? Elle me juge de son regard ahuri de faiblesse, il n’y aucune doute.

Ma tête s’incline plus sur la droite, comme ce n’est pas possible, m’accablant d’un air encore plus détraqué. Elle doit avoir peur, pauvre fille. Elle a l’air géante à se tenir debout comme ça, mais si petite dans son effroi. Elle semble angoissée, aussi. Alors moi, mes yeux suivent son moindre geste avec étrangeté. Brime a le regard fuyant; il est avide de quelque chose. Son corps est en dilemme : d’une part, il veut fuir, mais de l’autre il en semble incapable. N’importe qui aurait fui ou m’aurait achevée (supposant que je sois presque morte), mais elle, elle restait là l’air de vouloir quelque chose de plus. Si c’était un village qu’elle voulait, bah qu’elle cherche parce que moi, je ne suis pas guide. Je la regarde voulant dire : tu veux quoi? Fatigue oblige, je sens que je m’irrite à rien.

« J'suis sûre que t'as envie de... de me tuer par... ce que je t'ai dérangé.»
Ah oui, que j’me dis, faudrait me voir aller avec les jambes raides comme des barres. Je cligne des yeux parce qu’au bout d’un moment, un long moment. Il le faut bien, pour se les humidifier.

Elle poursuit : «...mais je voudrais... juste... trouver un endroit pour manger. T'as du re...remarquer que je suis... une PK. Mais... veux pas tuer. T'aurais... pas à manger ?...» Elle a du front, la petite femme, de me demander ça alors que je ne la connais pas! D’ailleurs, comment se fait-il que mon nom n’évoque rien dans sa cervelle frigorifiée, vu la rumeur qui circule à mon sujet parmi les landes d’Ajurna.

Je me sens ici et ailleurs à la fois, c’est une sensation étrange et désagréable : un peu comme si j’étais dans ce corps, mais dans un autre aussi. C’est fou cette sensation d’irréalité. Troublée, je ferme les yeux en pensant que la sensation disparaîtra, mais j’ai tout faux. Mollement, j’apporte ma main droite sur mon avant bras gauche. Quelque chose me semble bizarre. J’ai l’impression d’avoir comme une aiguille médicale de planter là, comme un compte goûte, mais quand j’y dépose mon regard rien ne s’y trouve. Je sens comme une bosse, mais il n’y a visiblement rien.

Brime danse nerveusement sur ces jambes; elle tient debout avec peine. Je ne sais pas trop quoi penser de son imploration, mais je sais que je n’ai rien dans mon sac sauf un peu de pemmican. Je ne sais pas, peut-être qu’il n’a rien dans mon inventaire. «Peut-être.» sont les seuls mots qui osent se vocaliser, se matérialisé en vibration sonore. Je n’ai pas la tête à la conversation et encore moins avec une étrangère qui quémande.

Parmi le ciel qui gronde au loin et le bruissement des montagnes, j’entends sa respiration sifflée et gagner en volume. Et puis, elle claque. Plutôt, fébrile sur ses jambes, elle valdingue sur le sol; ses forces restantes l’ont sans doute quitté. Elle lute un instant, mais la gravité retient Brime plaquée au sol. Elle soupire un «merde» qui me fait bien rigoler. Voir les autres vulnérables vient susciter en moi une telle démence malgré moi. Je récolte le peu de courage qu’il me reste, puis dans un effort surhumain je me hisse un peu plus sur le petit rocher.




Revenir en haut Aller en bas
« I'm behind you »
avatar
« I'm behind you »

✖ Date d'inscription : 07/05/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Jeu 30 Mai - 18:55


À L'aube de la tempête

A peine avais-je prononcé ces paroles qu'elle me regardait, surprise de ma réaction. J'avais dit une connerie ? Oui. Mais je voyais dans son regard autre chose, comme un questionnement. J'avais loupé un épisode ? Une question ? Non, j'étais restée consciente pendant ces quelques minutes et il ne me semblait pas avoir loupé quelque chose. Nineteen restait surprise par mes paroles franches. Jamais je n'aurais pensé me sentir déstabilisé par une personne comme elle. C'était surement la première fois et la dernière, du moins je l'espère.

«Peut-être.»
C'est clair et net, je n'aurais rien à en tirer de cette fille là. Mais maintenant que je souhaitais partir, je ne voyais pas comment faire. Lui demander de l'aide ? Pfff ! Ridicule. Me relever et retomber encore par terre ? Encore plus ridicule ! Alors je suis restée à terre, pendant de longues minutes qui m'ont parus être des heures. Tout d'un coup, la jeune femme allongée sur le rocher se relève péniblement et s'assoit. Une panique - visible que dans ma tête, du moins il me semble - me monte progressivement. A quatre pattes, j'étais une excellente proie pour quiconque passant par là. Mais je ne voulais pas montrer ma crainte à cette inconnue. Alors j'ai relevé le visage, le plus blême possible et je les regardé. Observant chacun de ses mouvements. Ses articulations craquaient légèrement et on pouvait percevoir une douleur intérieur. Mais son visage restait sans expression, comme si elle portait un masque. Elle avait un sang-froid implacable cette fille là !

Ma vision s'est d'un seul coup brouillé. De jolies moucherons ont fait leur apparition dans mon champ de vision. Une douleur presque insupportable me lançait la jambe droite. Un muscle froissé, une entorse ? Je n'en savais rien. Mais je puisais le peu d'énergie qui me restait pour ne pas m'affaler par terre. Ma jambe a commencé à trembler, je me suis concentrée le plus possible pour l'arrêter mais en vain. Je ne la contrôlais presque plus. Surement une blessure dû à ma chute, ça se réparera rapidement. Enfin, si je ne crève pas aux pieds de cette femme dans un lieu étrange et inconnu.
La tempête qui, lorsque j'étais arrivée dans ce lieu, semblait loin était maintenant proche. Elle se rapprochait de plus en plus de la côte et le vent commençait à souffler de plus en plus fort. Manquait plus que ça... Je me suis retournée vers la brune pour voir sa réaction face à la tempête. Elle l'a regardait avec ses grands yeux d'un vert profond mais elle ne protesta pas. Pendant ce moment de silence, j’essayais de me décaler de son champ de mire. Ma jambe droite ne répondant plus, j'ai du avec quelques difficultés aller vers la gauche. A peine avais-je fait un mouvement que les yeux verts se dirigèrent vers moi, d'un air méfiant. Qu'est-ce que je pourrais bien faire dans cet état ? Une attaque ? M'ouai bof. C'était surement pas la meilleure solution.

« J'vais pas rester là... sans broncher alors... que la tempête a...arrive. Donc si tu... pouvais retirer ce regard n-noir.»
Avec une force presque sur-humaine, j'ai réussi je ne sais comment à me remettre sur ma jambe, m'aidant d'un bâton que j'avais trouvé au sol. Sur le coup, j'ai eu peur de me retourner. Et si elle me frappait ? J'ai donc commencer à avancer en diagonale, gardant un œil discret sur Nineteen.

Fiche by Umi de Templactif



[HR : Désolé, c'est tout court et nul ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Ven 31 Mai - 5:39

À l'aube de la tempête


C
omme si nous n’étions pas assez frigorifiés -et là, j’assume pour elle- la tempête se rapproche, furieusement, de l’endroit où nous avons fait halte malgré nous. Les flots s'élancent contre les littoraux violemment; c’est un océan agité et salin, puisqu’il n’a pas été solidifié par la température de fin d’hiver. Le vent s’est levé de plus belle et vient nous glacer le sang; c’est un vent du nord. Pour une raison qui m’échappe, je ne grelotte pas sous l’effet de cette température hivernale. Je sais qu’il fait froid, mais je ne semble pas m’en apercevoir réellement. Je parcours l’horizon d'un bref coup d’œil : le temps s’assombrit, l’horizon s’est rapproché.

Lorsque je repose les yeux sur Brime, je la vois blêmir d’un coup. Nous sommes maintenant deux à porter ce masque cadavéreux. Sauf que moi, c’était naturel. La jeune femme me semble lutter afin de conserver le peu de force qu’il lui reste et, par le même fait, elle tâche de se tenir droite malgré son corps qui vacille sous la fatigue. Puis comme ça, je la scrute plus minutieusement : elle me semble aussi blessée. À mon opposé, l’on peut lire sur son visage comme dans un livre ouvert : je perçois sa panique et sa fatigue immense avec facilité.

Plus d’une trentaine de minutes semble s’être écoulée depuis l’apparition soudaine de cette… Player-Killer. Exceptionnellement, une question germe dans ma tête au sujet de son statut noirci. Je n’ai pas l’habitude de m’intéresser aux autres, mais la fatigue me fait faire de drôle de chose. Je m’étire vers les cieux, puis j’attrape mon sac pour y trouver quelque chose. Son contenu est bien mince…

Elle vacille de plus belle et moi je souris énigmatiquement; un sourire équivoque. Je fais partie des rares personnes qui se réjouissent lors des moments de tempête. Les températures idylliques n’ont jamais été mon fort, car leurs calmes contrastent cruellement avec moi. Mes yeux suivent avec méfiance le moindre de ses mouvements et elle tente de fuir mon champ de vision. La pauvre, va-t-elle comprendre qu’il lui ait impossible de m’échapper?

Dans un dernier effort, elle parvient à se remettre sur ses jambes à l’aide d’une grosse branche de bois qui traînait par là et elle ajoute à son quasi-monologue : « J'vais pas rester là... sans broncher alors... que la tempête a...arrive. Donc si tu... pouvais retirer ce regard n-noir. ».

Ah bon, j’ai un regard noir moi? Je ne l’avais même pas remarqué. J’inspire profondément, gonflant ainsi mon thorax, puis j’expire tranquillement. Ça me calme un brin : elle avait bien raison de croire que j’étais irritée, mais j’étais encore angoissée par la paralysie étrange dont j’avais été cobaye. Mes traits s’adoucissent un peu, je crois.


« C’est bon, je ne te mangerais pas... »
c’est le plus grand nombre de mots que j’enfile depuis qu’elle est là, j’en suis sûre. Puis, je me redresse sur mes deux pieds et m’approche follement d’elle et dans un murmure, je lui ajoute à l’oreille : « … Tu sais ». Je suis fière de mon coup, j’arrive enfin à enligner plus de trois mots. Je crois bien que le brouillard dans ma tête s’est dissipé en même temps que la tempête s’est rapprochée. Toujours à son oreille, je lui murmure « J’ai quelque chose à te proposer… ». Je recule d’un bon mètre, le regard rivé droit sur elle comme s’il la transperçait. Je me sen sun peu plus lucide maintenant.




Pardon, c'est tout aussi court...Mais ça va nous permettre d'accélerer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
« I'm behind you »
avatar
« I'm behind you »

✖ Date d'inscription : 07/05/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Sam 1 Juin - 12:18


À L'aube de la tempête

J'avais l'impression d'avancer vite mais enfaite, j'allais à la vitesse d'un escargot. Le temps que je place mon bâton devant moi et que je saute loin devant, cela me prenait presque cinq minutes. J'essayais de concentrer toute mon énergie mais en vain, il ne me restait presque plus rien. Des courbures me lançaient d'un peu partout et je devais lutter au maximum pour ne pas encore m'écrouler devant le regard de Nineteen. D'ailleurs lorsque j'avais dit que je partais, elle avait penché légèrement la tête et avait inspiré une grande bouffée d'air avant de relâcher un nuage blanc. Elle reste un long moment à m'examiner et moi, j'essaye tant bien que mal d'avancer.

Je lève les yeux, regarde droit devant moi. L'océan et les montages qui continuent à perte de vue. Jamais je ne sortirais vivante de ce trou. Et si je faisais demi-tour ? Non, je me ferais décapitée par le vieux qui m'en veut plus que tout au monde. Je dois plisser les yeux pour dresser une barrière de cil fasse au vent qui souffle de plus en plus fort. Une légère pluie commence à tomber sur le continent et elle ne me facilite pas la tâche. Elle me rafraichit, me remet les idées en place mais elle me brouille aussi la vue.

J'essaye de me changer les idées, tout en restant vigilante face à cette inconnue. Tout à l'heure, j'ai remarqué qu'elle a légèrement sursauté comme si on l'avait piqué ou enfoncé un couteau. Était-elle blessée ? Peut-être mais au pire, je m'en fou presque. Pourquoi irais-je la soigné alors qu'elle est même pas foutu d'éviter de me regarder avec un regard rempli de rage ? Non, si elle veut de l'aide elle se débrouillera comme quiconque doit le faire dans ce monde. Lorsque j'avais essayé de me décaler, elle n'avait cessé de me fixé, scrutant chacun de mes mouvements. Comme si c'était un plaisir pour elle de voir une personne à terre. Après tout, elle était comme moi : Une Player-Killer. Alors voir une proie si facile, on ne va pas la laisser s'échapper.

« C’est bon, je ne te mangerais pas.. »
Ah parce qu'en plus elle est cannibale ? Elle me fait de plus en plus flipper cette fille... Je la sens s'approcher de moi, comme si elle voulait me dire un secret, quelque chose que les montagnes ne devaient pas entendre. Et je n'avais pas tord, je ne la voie pas mais j'entends sa respiration de plus en plus proche. Je retiens mon souffle, prête à combattre malgré mon état. Je me rend compte qu'elle est plus grande que moi car je l'entends se pencher avant de me murmurer à l'oreille quelque chose de presque inaudible. Puis après une longue pause, elle reprend enfin des mots qui me font frémir. Son ton est calme, grave et glacial.
« J’ai quelque chose à te proposer… »

Je fais alors de grands yeux ronds. Le vent me dilate les pupilles mais je m'en contre-fiche, elle vient de me proposer quelque chose ? Je m'attends au pire à vrai dire. Péniblement, je me retourne vers elle. La jeune femme s'est légèrement mise à l'écart le temps que je réfléchisse. Un sourire malice se dessine sur mon visage. Et si en fin de compte je pouvais sortir quelque chose de celle ci ? Je plonge mes yeux dans les siens et je souris.
« Si ce n'est pas pour me tuer...»
Si je bégaye, ça va pas rendre très crédible ce que je dis mais tant pis, autant essayer.
« J'attends avec... impatience ta... proposition. »
Je reprend une grande inspiration et expire le plus longtemps possible, attendant la réponse de Nineteen. Elle semble sûre d'elle et ce, peu importe ma réponse.
Fiche by Umi de Templactif



[J'viens de me rendre compte que je change de temps pour la conjugaison, j'espère que ça reste claire. ._.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Dim 16 Juin - 7:00

Je ne suis pas morte, juste super débordée avec le boulot et la MAJ d'un autre forum...Je te répond dès que je peux.
Revenir en haut Aller en bas
« I'm behind you »
avatar
« I'm behind you »

✖ Date d'inscription : 07/05/2013

❝ C'est un secret?
❝ Relationships:
❝ Inventaire:
MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   Dim 16 Juin - 18:31

T'inquiète, prend ton temps ! ^^


#91B4FB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: À L'aube de la tempête   

Revenir en haut Aller en bas
 

À L'aube de la tempête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Une bataille à l'aube...
» [TopikaMétéo] La tempête...
» [LIBRE] L'aube d'une grande aventure...
» Tempête de Feuilles au pays des merveilles... (LIBRE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Now Saving... :: Corbeille :: ANCIENS RP-