AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Guide du forum  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur Lost Universe !
Forum RPG inspiré de Sword Art Online • Avatar manga 200*320px • 15 lignes minimum • Un staff présent • une bonne ambiance • De nombreux concours et activités ! • Plus de deux ans d'ancienneté !

♥ N’oubliez pas de voter pour nous toutes les deux heures !


Prédéfinis


Le forum est réouvert ! Le forum a été réinscrit sur les top-sites merci de voter pour nous !

 

 Sous le voile des étoiles [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Sous le voile des étoiles [PV]   Mar 18 Sep - 2:42

A GALAXY
with big blue eyes
La nuit noire cachait ses pas et sa trop fine silhouette, mais son halètement l’empêchait de passer totalement inaperçu. X avait cru que la nuit le protègerait. Qu’il passerait comme invisible, entre les hautes maisons aux volets fermés. Que la couleur de son pseudonyme serait camouflée par la pénombre et que personne ne se rendrait compte de rien. Hélas, en cette soirée rien n’allait. Le soleil, en ce mois-ci, se couchait tard et la plupart des échoppes étaient déjà fermées quand le voleur osa sortir de là où il s’était tapi. N’éclairait les rues que la lumière du feu s’échappant de fenêtres d’endroits bien peuplés. Les tavernes et autres du même genre ne l’intéressaient guère, hélas. Tout du moins, ne pouvaient pas l’intéresser. Y pénétrer, ce serait être comme un lapin se jetant dans les bras d’un chasseur.

C’était donc cela, la vie des assassins marqués à tout jamais. C’était ainsi aussi qu’avaient vécu les juifs, aux alentours de la Seconde Guerre Mondiale se surpris à penser le voleur. Mais X n’était aucunement comparable à ces derniers. Lui était fautif d’un crime bien grave et non pas du fait de sa religion. C’était un meurtrier. Un vrai de vrai. Conscient de ses actes. Mais n’y prenant pas pour autant un grand plaisir. Cela le laissait même étrangement indifférent. Quoique ; n’était-ce pas pire que ressentir de la joie ou de la peine lors du meurtre ? X n’agissait pas comme un être humain en proie à ses passions, mais comme une espèce de robot, qui tue parce qu’il le faut. Oui, tuer lui semblait être une solution acceptable à certains de ses tracas.

Ma sa propre mort, cela le faisait courir, le noiraud. Il ne voulait pas disparaître. Pas encore. Néanmoins, fait paradoxal, c’était dans ces forts instants, où la mort semblait le courser, que X se sentait pleinement ressentir. Pleinement vivre. Tout à coup lui revenaient mémoire tous les êtres qu’il aimait. Tout d’abord son ancienne épouse, avec sa longue chevelure rousse qu’il aimait tant sentir contre sa peau… ah, pourquoi l’avait-il laissée s’en aller si facilement ? Il avait encore des sentiments pour elle… il l’aimait encore. Et leur fille ! Qu’est-ce que le voleur souhaitait la revoir. Comment était-elle devenue ? Avait-elle toujours ses yeux verts ? Enfin. D’ici qu’il sorte de ce jeu, toutes deux l’auraient oublié. Le métis n’était pas quelque chose de très important, dans la vraie vie. Ici non plus, d’ailleurs. Juste un tas de pixels parmi d’autres.

Qui parfois, en faisait disparaître d’autres.
Mais cela ne l’aidait pas à être quelqu’un. Qui le reconnaissait, par ici ? Qui se souvenait de lui ? Personne, pour sûr. Penser le contraire serait se montrer orgueilleux ! Ah, comme c’était triste. Rien ne pouvait le faire sortir de sa solitude recherchée et forcée ?

Oubliant qu’on le poursuivait, X leva ses bras vers le ciel, comme cherchant à caresser le noir de l’espace. Le ciel restait le même, sur Ajurna ou sur Terre… noir. Sombre. Si intouchable, si impensable qu’il en devenait invisible. X était un peu comme le ciel. Il existait, mais qui prenait le temps de s’y intéresser ?

Qui prend cinq minutes pour contempler le tout là-haut, de nos jours ?
A présent, même les astrophysiciens le délaissaient, pour regarder derrière lui. S’en éloignant toujours un peu plus. Et les météorologistes… tout était sur l’écran de leurs ordinateurs. Plus personne n’a d’yeux pour le ciel. Plus personne n’ose regarder X… noir comme la nuit, absent comme les étoiles.

Les étoiles.
Qu’est-ce qu’il aimerait en toucher une, du bout de ses doigts, aux articulations noueuses. La saisir, l’effriter, la saupoudrer sur les pavés et faire scintiller toute la rue…

Derrière lui, le bruit de la course poursuite qui s’était engagée s’était finalement tût. Mais le noiraud ne s’en était pas aperçu.

Toutefois, une nuée d’étoiles le stoppa –
Il venait d’entrer dans une voie lactée
brutalement.
« Aouh ! »
Mille petites étoiles jaunes tournaient autour de lui, qui avait failli tomber sous le choc. Mais il s’était juste arrêté, un peu sonné. Dans quelle constellation errait-il ?

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Mer 19 Sep - 9:39


la mage trouillarde se doutait que ça ne risquait pas de changer.
Parce qu'elle était trouillarde, et ne le cachait pas.
La nuit avait déposé son voile sur Thelicia et ses alentours. Une nuit douce, légèrement fraîche. Surtout pour une demoiselle si légèrement vêtue qu'elle. Elle, au pseudonyme pas très original ni très compliqué. Un chiffre. Écrit en toutes lettres. Six. Pourquoi celui-ci et pas un autre ? Manquant cruellement d'imagination lors de la création de son personnage, et préférant prendre l'option de la facilité, trop pressée de jouer, elle avait opté pour un bête diminutif de son prénom. Sixtine.

En y repensant, elle réalisait que ses parents n'usaient que très rarement de celui-ci, lui préférant Teresa. Étrange, quand on savait que c'était tout de même eux qui l'avaient appelée ainsi. A vrai dire, la seule personne qui utilisait son nom complète, c'était Rosemerta. Sa chère gouvernante. Et pour tout dire, quand cela arrivait, la blondinette savait que ça allait barder pour elle.

Que de souvenirs. De choses qui lui manquaient. Pour tout dire, si on lui donnait la possibilité de ramener deux choses ici, elle choisirait surement la bonne vieille dame. Ainsi que Rita, sa chienne. Mais il y avait deux souci. Jamais on lui proposerait une telle chose, d'une part. Et de l'autre, ladite fidèle bestiole à quatre pattes était morte peu avant l'épisode Ajurna Online. Un évènement qui avait crevé le coeur de la demoiselle, qui connaissait l'animal depuis sa plus tendre enfance. Une amie un peu fofolle et qui bavait partout, mais tout à fait adorable.

Elle avait pleuré, et pas qu'un peu.

Quant à ses parents. Ils lui manquaient, un peu. Mais jusqu'alors, ils n'avaient jamais vraiment eut de place pour elle dans sa vie, et la mage trouillarde se doutait que ça ne risquait pas de changer.

Ainsi, elle était bien, dans ce monde virtuel aux allures de piège. Trop chochotte pour tenter de monter en niveau, elle préférait se terrer, lâchement, dans les grandes villes comme celle-ci. Passant son temps à chanter et danser plutôt qu'user de magie. C'était plus drôle, et au fond, elle restait une grande enfant.

Oh, et l'optique de perdre tous ses points de vie n'était guère engageante. Non, pas du tout. Elle ne voulait pas mourir ! Passer pour une fillette pas vaillante était bien mieux, à ce compte. Et pour en revenir à cette soirée, justement, elle tentait de retourner à la chambre qu'elle s'était trouvée, espérant ne croiser aucune personne aux intentions belliqueuses.

La nuit pouvait être une alliée, même si sa tenue plus rouge que noire n'aidait pas forcément. Les rues étaient vides, pour le moment, ou presque. Rien d'hostile, en tout cas. Et, le réalisant, elle finit par baisser sa garde, continuant cependant à raser les mures de la ville, serrant légèrement sa capuche entre ses doigts.

Pour sur, sa tenue, elle, n'avait rien de discret. Mais elle ne s'en plaignait pas, elle l'aimait beaucoup ainsi.

Distraite à présent, fixant plus ses pieds qu'autre chose, elle ne remarqua en rien l'étrange gugus qui courait les bras levés au ciel. Et fut donc bien déstabilisée lorsque ledit étrange personnage la percuta. Bon, c'était de leur faute à tous deux, c'était un fait. Enfin, cela n'empêcha pas la demoiselle de rencontrer le sol peu après la collision, lâchant un petit couinement.

« Aieuh ! »

Les pavés étaient tout sauf confortables.

Secouant la tête légèrement pour reprendre ses esprits, sa capuche tombée sur ses épaules, son foulard sombre décoré d'étoiles toujours sur sa tête, certes, mais un peu déplacé. Elle souffla doucement et se redressa, n'ayant pas encore accordé de regard à l'homme face à elle.

Une fois à nouveau sur ses jambes, elle épousseta son fessier un peu endolori et réajusta sa tenue, capuche et foulard compris, pour ensuite lever ses grands yeux violets vers l'individu en face d'elle.

Premier constat, il n'était pas bien plus grand qu'elle. Ca la fit sourire, tiens. Réalisant ensuite que lui avait aussi du subir le choc, elle s'éclaircit légèrement la gorge :

« Euh... Tout va bien ? Je regardais pas trop où j'allais, je suis désolée. Rien de cas...sé ? »

La fin de sa question s'était légèrement amoindrie lorsque son regard était finalement tombé sur le pseudonyme de cet étrange individu. La couleur de ce dernier était tout sauf rassurante. Parce que même si elle préférait se planquer, elle n'était pas idiote, non. Six savait ce que sous-entendait ses lettres noires.

Instinctivement, terrorisée soudainement par l'idée de se faire attaquer, elle recula d'un pas, son dos se collant légèrement au mur. Elle ne le lâchait pas du regard, le dévisageant toujours, pour ensuite demander, d'une petite voix aussi craintive qu'adorable :

« Dites... Vous êtes pas fâché, hein ? »

Parce qu'elle était trouillarde, et ne le cachait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Mer 19 Sep - 10:50

A GALAXY
with big blue eyes
Parce que cela avait été inattendu et peu agréable, X avait stoppé sa course. Il faut dire qu’avec son gabarit, heurter ne serait-ce qu’un enfant le forçait à s’arrêter, le temps de reprendre ses esprits et son précieux sens de l’équilibre. Le voleur était comme une feuille, luttant contre mille vents. Il se tenait droit et fier et ses mouvements vacillants étaient le fruit d’un combat hasardeux entre sa volonté et les surprises de sa route… un danseur, qu’on abandonne sur les planches avec de mauvais souliers, qui ne sait pas trop où poser les pieds et qui, rapidement, se fatigue. Foutues limites. Pourquoi X devait-il toujours les ressentir ?

Et là, qu’était ce nouveau mur qui devant lui s’était écroulé ? Qui avait stoppé sa course trébuchante et haletante ? Ah, où étaient ses poursuivants ! X devait reprendre, X devait encore s’enfuir… mais il éprouvait là la fatigue que les marathoniens ressentent – cette flemme incroyable qui les saisit, quand ne serait-ce que deux secondes ils s’arrêtent. Le voleur n’avait plus envie de courir. Ah, qu’on l’attrape. Tant pis, finalement. Quoiqu’il savait que si jamais le danger réapparaissait, il trouverait la force de nouveau se carapater.

Voilà que tout doucement l’objet que X avait percuté se redressait et prenait forme humaine. Une toute petite chose, encore plus fragile que lui. Comment ne s’était-elle pas éclatée en trois mille petits morceaux ? Dans la pénombre, scintillaient juste des étoiles à la forme régulière, glissant sur un ciel de velours vermeil.

Et deux jolies améthystes, qui rapidement à lui se cachèrent. Vite, X reprit ses esprits et au ton tout à coup peureux de l’étrangère, se rappela où il était, ce qu’il était et ce qu’il faisait. Un mur. Un obstacle, vite. Et, sans se soucier de répondre à la joueuse qu’il avait désarçonnée sans merci, le voleur glissa lui aussi contre le mur et, d’une main forte, saisit le bras de l’inconnue pour la faire légèrement pivoter, se cachant derrière elle. Ses doigts étaient crispés sur sa chair presque réelle, mais ne tremblait pas malgré sa peur.

X était aussi terrifié que la demoiselle. Certes, pas pour la même chose. Et cela, le PK l’avait bien vu. Certainement était-elle de ces joueurs qui se terrent dans les villes et qu’un rien n’effraie. Son niveau ne devait pas être très élevé, donc… c’était parfait pour lui. Le noiraud n’avait, si sa théorie était bonne, rien à craindre. Qui plus est, la tenue vestimentaire de l’oiseau attrapé-là lui permettait de plus encore passer inaperçu – rien de mieux que quelque chose de voyant pour derrière se camoufler.

Mais rien ni personne ne venait.

Sa main relâcha le bras, pour venir se coller son front alors que l’autre l’aida à se tenir aux briques du mur, lui faisant adopter une pose qui laissait entrevoir son énervement face à sa position. Et finalement, un mot lui échappa.

« Si. »

Si, X était fâchée. Et X savait que cette réponse ne plairait pas à la demoiselle qu’il avait piégée. Sa main glissa sur sa tempe, pour remettre quelques-unes de ses mèches rougeoyantes derrière son oreille, avant de réajuster sa capuche sur son visage sans sentiments. Et, doucement, son regard glacial se posa sur la frêle silhouette qui lui avait servi de bouclier. Le voleur aurait pu la rassurer. Lui dire qu’il n’en avait pas après elle… qu’il n’attaquait que ceux qui le cherchaient. Mais la peur... la frousse qu’elle devait ressentir, X devait la faire perdurer.

Pour s’en servir.

Il avait besoin d’un endroit où se terrer. Parce que le joueur, lui aussi avait peur. Rester toute la nuit à divaguer dans une ville aux échoppes fermées… alors que quelque part, des gens le cherchaient. Un PK dans une ville, c’est un peu comme un kamikaze dans un métro. Et beaucoup aimaient faire la police, par ici. Cela les faisait se sentir utile, important alors qu’ils n’étaient que des rats terrés dans les égouts d’une ville, tremblotant les uns contre les autres. Les chiens ! L’attaquer à plusieurs, sans aucune noblesse. X fit claquer sa langue.

« Eh. »
« Trouve-moi un coin tranquille et j’te lâche, okay ? »


Oui… comme s’il allait la laisser partir. X mentait, et sans aucune honte. Il avait besoin d’un bouclier, de quelque chose pour le rassurer. Et quoi de mieux qu’un avatar féminin, à l’aspect frêle et déboussolé ? Les pseudos héros qui en avaient après lui ne se risqueraient pas à la blesser. N’est-ce pas ?

Ah, tant de doutes !

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Mer 19 Sep - 12:20


Toujours cette lèvre mordillée et ces yeux de chatons larmoyants.
Et pas se faire avoir aussi bêtement par un type de ce genre.
Dans l'idéal, elle aurait préféré ne croiser personne. Absolument personne. Au moins, elle aurait pu directement rentrer jusqu'à sa chambre, et aller dormir. Oui, son plan initial, c'était ça. Seulement, il avait fallut que sa maladresse la fasse tomber, percuter même, quelqu'un. Et pas n'importe qui. Non pas qu'elle le connaissait, ça non, mais l'individu qu'elle avait bêtement bousculé s'avérait être un joueur de la pire espèce. Un PK.

En temps normal, la blonde n'avait que peu d’à priori envers les autres. Elle préférait se faire d'elle-même son opinion et son avis sur les gens qu'elle pouvait rencontrer. Malheureusement, dans certaines situations, sa couardise prenait le dessus sur son bon sens et elle se retrouvait à trembler comme une feuille. Exactement ce qui lui arrivait en cet instant. Après tout, Six ne voulait pas mourir. Non, pas du tout. Rester ici, oui. Ou rentrer chez elle, bien que c'était moins engageant. Mais mourir, non. Elle était trop jeune. C'était son meilleur argument. Et elle aimait vivre, rire. Chanter, danser, et bien d'autres choses.

Et pas se faire avoir aussi bêtement par un type de ce genre.

En parlant de lui, sa poigne sur son bras la fit légèrement couiner, surprise et à la fois encore plus apeurée. Mais pour l'heure, encore rien. Elle réalisait simplement que l'homme dont elle ne connaissait rien, si ce n'est son rang de méchant à éviter, pour faire simple, semblait tenter de se cacher derrière elle. Un truc de lâche.

Lorsqu'enfin il lâcha son bras, la jeune fille frotta doucement son bras, couinant presque craintivement, inquiète de n'avoir aucune réponse de sa part. Pour tout dire, c'était tout sauf engageant et rassurant.

Finalement, oui. Une réponse. Un "Si". Il était blessé ? En colère ? Plutôt la seconde option. La petite mage trouillarde ne tarda pas à sentir son regard se poser sur elle, et baissa légèrement la tête, tirant sur sa capuche rouge, inquiète. Pas rassurée du tout. Dans ce genre de situation où elle ne se sentait pas en sécurité, elle avait d'une part du mal à raisonner de façon logique et calme, et d'une autre, devenait très craintive. Presque ridicule, au moins adorable, un peu pitoyable, aussi.

Il parla à nouveau, chose qui fit sursauter la petite demoiselle, qui reposa ses prunelles violettes sur lui. Une moue effrayée collée au visage. Un coin tranquille, et il la laissait en vie ? Pour de vrai ? Elle ne savait pas trop si elle devait le croire ou non. Seulement, elle n'avait pas le choix. Parce que si elle disait non, il allait là...

Cette idée, soudainement, soutira à l'Italienne quelques sanglots précipités. De grosses larmes salées roulèrent sur ses joues pâles et rougies, alors que ses mirettes améthystes étaient toutes humides de cette terreur qui l'emplissait.

Cependant, après quelques instants, elle secoua la tête et essuya ses joues de ses mains tremblantes, mordillant nerveusement sa lèvres. Inspirant lourdement, elle finit par dire, d'une voix légèrement chevrotante, faisant tout son possible pour soutenir son regard :

« Je... J'ai une chambre, à quelques rues d'ici. C'est dans un coin pas très fréquenté, personne ne fait attention à personne, là-bas. »

Encore un sanglot. Elle tentat encore de se calmer, à grand peine. Jouant toujours avec sa capuche étoilée, elle releva légèrement les yeux vers lui, et ajouta :

« Il faut encore longer deux rues, puis tourner à gauche, à droite, longer une rue, et on y est. C'est un petit quartier. L'auberge est très peu fréquentée, le patron pas très regardant. Le nom c'est... Le Dragon Enrhumé. »

Le nom la faisait toujours sourire, un petit sourire en coin, amusé. Qui s'effaça bien vite sous ses joues humides et sa peur. Peur de celui qui se trouvait en face d'elle, et qui pourrait sans grand souci, se débarrasser d'elle. Elle regrettait presque d'être une demoiselle trouillarde.

« Ca... Ca vous va ? »

Toujours cette lèvre mordillée et ces yeux de chatons larmoyants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Mer 19 Sep - 21:56

A GALAXY
with big blue eyes
Y était-il allé trop fort ? Aussitôt eut-il finit ses mots que le regard de la jeune femme se perla et dégringolèrent sur ses joues des roulis de cristal. Evidemment, X ne pouvait pas rester de marbre face à cela. Pourtant, son visage ne témoigna d’aucun sentiment alors que son cœur se sentait peiné. Son but n’était pas de la terroriser à l’en faire perdre toute contenance. Il voyait, à ses petites mains sur son visage terrifiait, qu’elle tremblait. Le voleur avait envie de les saisir, ces petits doigts, et de les calmer d’un contact qui se voulait rassurant… mais cela, certainement, ne ferait qu’épouvanter un peu plus l’inconnue. Et cela, le noiraud ne le désirait pas. Surtout que, ainsi éplorée, la mignonne risquait d’attirer l’attention. Un peu trop à son goût. Mais au moins, elle ne hurlait pas. Là, X aurait été obligé de se carapater à toute vitesse… ah, finalement, la situation était acceptable. Qui plus est, sa victime semblait bien vouloir coopérer. Déjà avait-elle trouvé un lieu : sa propre chambre.

Certainement que cela faisait un moment qu’elle se terrait dans Thelicia. Ou alors, c’était une spécificité de X que de préférer dormir à la belle étoile – ou plutôt, c’était une obligation. Là où il errait, il n’y avait bien souvent pas d’auberges et se faire un lit dans nature, comme une bête ou un sauvage, était devenu une habitude. Il y avait toutefois le patron de l’auberge à passer… mais cela devait certainement être un PNJ et ceux-là, souvent, étaient peu embarrassants. C’était plus les joueurs qui pouvaient résider dans cet endroit que craignait X… néanmoins, la situation ne lui présentait pas beaucoup de choix. Pourquoi ne pas tenter, hein… et si c’était un piège, il n’aura qu’à faire comme à son habitude : courir, très vite. Et blesser (voire tuer, hélas cela arrivait) quiconque osait l’approcher d’un peu trop près.

Quelle vie. Occire de vaillants jeunes gens et faire pleurer les demoiselles – X avait l’impression d’être devenu un vrai méchant. Pourtant, le noiraud ne se jugeait pas comme horrible et maléfique. Mais à voir ainsi l’étrangère trembler… qu’était-il, finalement ? Il fronça les sourcils, inquiet et désolé – ce qui donnait au voleur l’air d’être encore plus mécontent aux yeux de ceux qui ne savaient pas décoder ses expressions. Surtout qu’il s’était senti prendre cette expression au même moment où la jolie souriait. Oh, comment allait-elle interpréter cela. Son expression changea encore : s’en prenant à lui-même, X durcit encore plus son visage. Quel individu stupide il faisait.

Le métis se racla la gorge et regarda un moment au-dessus de la tête de la demoiselle, pour saisir son pseudonyme. Six. C’était court, et donc facile à retenir pour le PK. Y avait-il un sens caché derrière une telle nomination ou, comme lui, avait-elle tapé la première chose qui lui venait à l’esprit (ou aux doigts, dans son propre cas). Hélas, X n’avait pas la possibilité de faire connaissance. Quoique. Cela lui permettrait peut-être de la mettre un peu plus à l’aise… Mais comment faire ? « Eh t’es trop mignonne avec tes yeux violets… j’adore le violet ! »

… Non, définitivement, X restera toute sa vie un incapable dans le domaine du social.

« Ça me va. »

« Et maintenant, tu respires un grand coup, t’arrêtes de manger tes lèvres et tu ravales tes larmes. » Voilà qu’il s’approcha et, doux, posa un doigt sous le menton de la demoiselle. « Si tu fais ce que je te dis, tu n’as rien à craindre de moi, Six. » peut-être qu’utiliser son pseudonyme le rendrait plus humain… lui ferait comprendre qu’il n’est pas un bête sauvageon sans aucune norme. Cela le gênait un peu… ainsi la toucher, ne serait-ce que d’un doigt et si rapidement utiliser son prénom. Ce n’était pas non plus comme si X l’avait violée… mais cela restait étrange. Surtout que, pour illustrer ses gestes, son pouce s’était posé sur la bouche de la joueuse, pour lui interdire de les maltraiter. Puis, d’un geste fluide et vif, l’homme retira sa main, n’aimant pas imposer son corps contre celui des autres. Bien qu’il adorait ses formes, beaucoup les trouvaient détestables. Ses os saillants, ses muscles secs… la légèreté de ses membres et la grâce qu’il trouvait dans leur fragilité apparente. Son bras retomba le long de ses côtes, d’un geste contrôlé.

« Passe devant. » Un ton glacial. « Marche normalement jusqu’à l’auberge. S’il y a des gens, ne t’arrête pas. » Sa voix était lente et neutre et rien dans sa stature ou son comportement était amical. Et pourtant, le noiraud tentait d’être agréable. Tout en étant strict et quelque peu menaçant… la dénommée Six ne devait pas être amenée à penser qu’elle pouvait le traiter comme un ami.

Peut-être qu’utiliser son pseudonyme avait été une bêtise. Tout comme dire qu’elle n’avait rien à craindre… Il y a toujours à craindre des individus comme X et lui était bien placé pour en parler.

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Jeu 20 Sep - 0:50


Ce n'était encore qu'une enfant, après tout.
Elle voulait avoir encore foi en les gens, à vrai dire.
Là. Là, elle venait de se fourer dans un bordel pas possible. Obligée de guider dans sa propre chambre un Player Killer qui n'avait rien de rassurant. En même temps, aucun d'entre eux n'avaient quoi que ce soit de rassurant. Vraiment pas. Et même si elle l'aurait voulu, refuser n'aurait pas été possible. On ne rigolait pas avec ces types là, elle était suffisamment renseignée pour le savoir. Si elle avait dit non, il l'aurait surement supprimée sans se poser plus de question. Tout bêtement.

Ainsi, malgré sa soudaine crise de larmes et sa couardise, elle avait accepté de le conduire dans un lieu sur. Et le seul qu'elle savait réellement sûr dans le coin, et dont elle connaissait l'emplacement. Sa chambre. En y repensant, c'était tout sauf une bonne idée. Parce que soit elle allait devoir la partager avec lui (le lit n'était pas bien grand) soit il allait se débarrasser d'elle malgré tout ensuite. Ou la lui prendre, aussi. Étrangement, elle préférait encore la dernière possibilité, même si cela risquait de la forcer à en trouver une autre. C'était nettement plus envisageable que partager cette pièce avec un tueur, ou pire encore, se faire tuer.

Cette simple idée lui donna des sueurs froides et la firent frémir. Et l'air tout à coup plus contrarié encore de l'homme face à elle n'arrangea rien. Pendant quelques instants, elle cru même qu'elle avait dit quelque chose de mal et empiré sa situation, ce qui eut pour effet de faire se serrer son petit coeur de pixel. Chose certaine, elle n'osait même plus sourire, car elle avait l'impression que c'était à cause de cela qu'il avait prit cet air contrit.

Elle avait surement fait une boulette, oui.

Cependant, les mots de son vis-à-vis la rassurèrent quelque peu, et elle se détendit, très légèrement. Tant qu'il serait là, elle ne risquait pas d'être réellement détendue, pour sur. Il ne fallait après tout pas oublier que mademoiselle était une grosse trouillarde pas vaillante pour un sou. Pas en cette situation là, en tout cas.

L'entendant, elle écarquilla légèrement les yeux, surprise. Le contact de la main du PK sur son menton la fit quelque peu tressaillir, alors qu'elle sentait ses joues chauffer un poil, lorsqu'il la nomma. Eh, c'était inattendu. En tout cas, il lui avait fait l'effet escompté, car elle cessa nette de maltraiter ses lèvres, pour pousser un petit soupir. Avant de hocher légèrement la tête.

Stupide. Elle voulait le croire, surtout pour se rassurer et essayer de garder un peu contenance. Elle espérait ainsi paraître moins faible, mais c'était déjà trop tard, au fond. Elle était idiote et chochotte, une proie facile. Mais ne se décourageait pas pour autant. Elle s'était promis de réussir à survivre. Peut-être jamais ne quitterait-elle les lieux, c'était un fait. Mais au moins, elle vivrait. Quitte à être une couarde toute sa vie pixelisée.

Encore des ordres. Elle hocha simplement la tête, préférant se faire docile et silencieuse pour l'heure. Non, ce X n'était pas gentil du tout. Il ne lui avait certes pas fait de mal, mais la mage se sentait étrangement tendue en sa présence. Et son pseudo noir n'était pas la seule raison. Peut-être son visage froid et peu sympathique. Elle ne savait pas trop.

Enfin, malgré tout, elle obéit et tourna les talons, après avoir séché ses larmes. Direction la fameuse auberge. Ses pas étaient rapides, mais pas trop. Comme elle marchait d'habitude, à vrai dire. Préférant ne pas trop trainer dans les rues, surtout la nuit. Et dorénavant, si elle réussissait à échapper à cet homme, elle serait encore plus prudente, pour sûr. Cependant, là, elle devait le guider à l'endroit promis, avec l'espoir d'être sauve ensuite. Et c'était ce qu'elle faisait longeant les murs, tenant légèrement sa capuche tirée, pour faire de l'ombre à son visage, le tissu de sa tenue légère et dénudée ondulant derrière elle légèrement, à chacun de ses pas. Sa démarche était légère et élégante, malgré la peur qui l'étouffait presque.

De mémoire, jamais Sixtine n'avait eu autant peur qu'en cet instant. Même lorsqu'elle avait réalisé qu'elle ne pouvait sortir du jeu, l'effroi n'avait pas été tel.

Voilà les deux rues passées. A présent, à gauche. Elle jeta rapidement un coup d'oeil à l'angle. Personne. C'était vraiment désert, pour tout dire. Ce n'était pas pour rien qu'elle passait par là, à vrai dire. Rapidement, ils rejoignirent l'autre angle, et la blonde prit à droite. De temps en temps, elle jetait un très léger coup d'oeil derrière elle. Surement pour s'assurer qu'il la suivait. Enfin, elle ne devait pas trop se faire d'idées, il ne risquait pas de la lâcher là.

Après encore quelques minutes à marcher, ses chaussures faisant un léger bruit sur les pavés, elle arriva devant la porte de l'auberge. Une faible lueur était visible à l'intérieur. L'enseigne était légèrement éclairée par la clarté de la nuit. Le Dragon Enrhumé. Encore un faible sourire vite effacé, et elle poussa la porte murmurant simplement à l'attention de l'homme :

« Nous y sommes. »

Sans plus attendre, elle pénétra dans le bâtiment, qui ne payait pas de mine. En tout et pour tout, l'auberge ne possédait pas plus d'une dizaine de chambres, plutôt petites. Pas très belles ni confortables, mais suffisant. Et pas chère, c'était pratique. Au comptoir, le propriétaire accoudé à ce dernier, ronflant bruyamment dans sa moustache. S

Sans faire de bruit, la demoiselle gravit les escaliers de bois rongé par l'humidité, surement, pour rejoindre la porte tout au fond du petit couloir légèrement poussiéreux. Même si c'était plutôt mal entretenu, cela ne faisait pas de ce lieu un repaire de méchants, ça non. Plutôt un refuge pour les gens comme elle, à vrai dire.

Voilà la porte.

Elle fouilla dans la petite sacoche qu'elle possédait, et en sortit la clé. Elle déverrouilla la porte, qui grinça sur ses gonds une fois ouverte. Elle se tendit légèrement, espérant ne pas s'être faite remarquer. Craignant surtout la colère de la silhouette derrière elle. Enfin, ils étaient arrivés en lieu sur, et lorsqu'il fut à l'intérieur, elle clos la porte, s'y adossant. Le souffle un peu court, à cause de la crainte.

« Voilà ma chambre. J'espère que... C'est assez sûr pour vous... »

Elle osa le regarder, ses prunelles brillantes de peur et d'incertitude. D'un geste un peu mal assuré, elle baissa sa capuche, deux longues et épaisses mèches dorées s'en échappant, décorées de perles nacrées.

Se pinçant les lèvres, elle rabaissa le regard, fixant ses pieds. Pour ensuite remonter sur lui. Et recommencer ce manège plusieurs fois. Osant l'interroger que quelques instants plus tard.

« Dites... Euh. Vous n'allez pas me faire du mal, hein ? »

Petite biche craintive qu'elle était. Terrorisée à l'idée de se faire attaquer par le chasseur. Et d'un autre côté, elle avait fait ce qu'il lui avait ordonné. Il pouvait bien tenir sa parole, non ? Car, naïve, elle voulait croire en ses paroles, malgré sa couardise. Elle voulait avoir encore foi en les gens, à vrai dire.

Ce n'était encore qu'une enfant, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Jeu 20 Sep - 1:51

A GALAXY
with big blue eyes
Six se remit rapidement de ses émotions, ou tout du moins les enfouit en elle promptement, pour tourner sur ses talons et prendre la route qu’elle lui avait indiquée. X veilla d’ailleurs à ce que la demoiselle prenne bien l’itinéraire prévu – elle pouvait très bien, pour une raison ou une autre, chercher à les faire tourner en rond ou tenter de passer par des chemins plus peuplés. Mais non, la mage ne tenta rien d’étrange… il faut dire que le noiraud se méfiait grandement de ces derniers. Capables de l’attaquer tout en restant hors de sa portée. C’était détestable. Parfois, X regrettait de ne pas avoir choisi l’arc pour se battre. Mais c’était une arme tellement encombrante et peu pratique, au final. Elle ne lui convenait absolument pas.

L’otage marchait d’un pas rapide, mais sa démarche chaloupée et fluide, tout comme son souffle qui restait régulier, laissait à comprendre que toujours ainsi elle se déplaçait. X n’avait aucun problème à la suivre, penché dans son ombre, ses sens aux aguets mais ne put s’empêcher de se servir de ce fait pour la comparer à une souris. Discrète et vive. Sauf que sa tenue en rien ne devait lui permettre de passer inaperçue… des étoiles dansaient sur sa tête vêtue de rouge, alors que le tissu de son bas de vêtement ondulait derrière elle comme les plumes d’un paon. C’était agréable à regarder, toutefois le métis devait se concentrer sur d’autres choses les entourant et ne pouvait se concentrer sur la gracile silhouette qu’il suivait, discrètement. D’une façon si silencieuse que parfois, Six se retournait pour vérifier s’il était bien toujours là. Espérait-elle qu’il disparaisse ?

L’auberge pointa à un angle, laissant le regard du PK découvrir une vieille bâtisse ne présageant rien de fabuleux. Le genre d’endroit devant lequel on passe sans se rendre compte qu’il existe. C’était véritablement désert et mentalement, X s’ordonna de retenir ce lieu. Cela pouvait être une bonne planque pour lui-même, qui finalement connaissait assez mal la ville de Thelicia. Existait-il beaucoup d’auberges comme celle-ci ? Parce que se rendre deux fois dans le même endroit pouvait être dangereux. Six, après quelques mots qui n’eurent pas de réponse de la part du voleur, s’engouffra dans le Dragon Enrhumé, avec à sa suite le malfaiteur. De lourds ronflements les accueillirent et un regard sauvage indiqua à X qu’il n’y avait personne. Et, charmé par l’absence de vie de l’auberge, il sentit ses muscles se décrisper.

Déjà la trouillarde grimpait les marches et pour éviter de faire grincer les planches, X calque ses pas sur ceux de Six, tout en observant, méfiant, l’homme qui au comptoir dormait. Sait-on jamais…

Clic, clac. Une porte ouverte puis refermée, deux silhouettes silencieuses s’y étant faufilées. La chambre était minuscule et X, malgré sa petite taille, se sentit tout à coup opprimé par les murs, le sol et le plafond. Un lit et une table de nuit dans un coin, une chaise abandonnée par là. C’était une pièce ridiculement minuscule. Un trou de souris. Avant de penser à répondre si la pièce était suffisamment sûre pour lui, le noiraud la passa en revue, minutieusement. Tout était silencieux – mais était-ce parce que tout le monde dormait ou parce que l’isolation était bonne ? Peut-être devrait-il se prendre une chambre ici et laisser la mage tranquille… non. Elle pourrait alors ressortir sans qu’il ne la voie et aller prévenir un ou deux autres joueurs, ce qui pouvait être très mauvais pour X. Son inspection se prolongeait et, angoissée, Six de nouveau prit la parole. Craintive et apeurée… c’était compréhensible.

« Si tu fais ce que je te dis et si tu ne tentes rien qui puisse me nuire, je ne te ferai pas de mal. » des mots prononcés d’une voix calme, ses mirettes vertes rivées sur le lit. Depuis combien de temps ne s’était-il pas lové entre des draps… Quel jeu épuisant. Cela lui faisait envie, mais en même temps X ne se sentait pas suffisamment gredin pour voler la couche de la demoiselle. Déjà qu’il lui volait une partie de son intimité et sa sérénité…

Retirant sa capuche, dévoilant sa chevelure bicolore et tout son visage inexpressif, X osa de nouveau la regarder, droit dans les yeux. « Quel est ton niveau ? » Une question importante pour savoir s’il devait se méfier ou non… Il chuchotait presque, effrayé à l’idée d’être entendu. Aussi peureux, finalement, que la jeune fille.

Puis, une once d’humanité le traversa.
Il se mit à bailler.

Cachant sa bouche qu’il ne pouvait s’empêcher d’entrouvrir d’un bras, détournant légèrement la tête, X attendit que ce moment passe, avant de s’excuser d’un « désolé » à peine articulé – parce que la politesse, c’est aussi pour les méchants. Puis un second bâillement… Cette fois, il ne s’excusa pas. Parce qu’il sentait déjà un troisième arriver. C’était de voir ce lit, qui le narguait, qui l’endormait et faisait lutter sa vigilance.

C’était désagréable et plus le noiraud y pensait, plus l’envie de bailler le pressait.

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Jeu 20 Sep - 6:52


elle était sa captive, ou quelque chose du genre.

De l'inquiétude dans sa voix, sa peur momentanément surpassée par sa curiosité.
D'un pas rapide frappant le pavé de façon régulière, elle l'avait guidé dans son refuge. Sa chambre. Lui, cet homme qui l'avait menacée pour qu'elle la conduise là. Pour tout dire, ça n'avait rien de rassurant. Être forcée de faire quelque chose (heureusement, rien d'indécent) sous la menace de la mort. Elle ne se faisait pas d'illusion, c'était ce qu'il lui réservait si elle ne lui obéissait pas. Une idée qui lui serrait l'estomac et la poitrine, la rendant fébrile et craintive. Tendue, stressée. Et terrorisée, évidemment.

En y réfléchissant, n'importe qui pourrait être apeuré dans une telle situation. Surtout une personne pas forcément friande de combat en tout temps. Alors, lorsqu'en plus on était une demoiselle sans grand courage comme elle, c'était pire. Il ne devait même pas se rendre compte de l'état dans lequel il la mettait, à quel point il lui faisait peur. Elle ne tremblait pas, bien heureusement, mais son coeur lui, battait la chamade, et elle avait bien du mal à contrôler son souffle quelque peu affolé. Mourir, non. Hors de question. C'était tout ce qu'elle avait en tête en ce moment, à vrai dire. Même pas l'idée de se débarrasser de lui ou prendre la fuite. Non, juste "ne pas mourir". Et pour cela, elle avait opté pour la coopération et l'obéissance.

C'était malheureux de voir de telles personnes exister, des gens sans respect pour la vie d'autrui. Dans n'importe qu'elle autre jeu, elle s'en fichait, mais pas là. Pas avec les enjeux de cette partie. LA valeur de sa vie. Car même si elle n'était pas pressée de rentrer chez elle, cela ne voulait pas pour autant dire qu'elle ne chérissait pas son existence.

Elle en venait à se demander ce qui l'avait poussé à devenir un méchant. Un PK. Et non, toujours pas. Elle ne voulait pas mourir. C'était encore une enfant, un peu. Disons qu'elle n'était pas toujours très tentée d'être une vraie adulte. Elle préférait être une enfant, puis directement une vieille dame comme sa gouvernante. Sauter l'étape de l'âge adulte, de peur de devenir comme ses parents. Tout bêtement.

A présent, ils étaient donc dans la minuscule chambre. Six toujours contre la porte, triturant le tissu de sa tenue, tout en le regardant de temps en temps. Attendant, nerveuse, une réponse de sa personne. Justement, il prit la parole, sans pour autant daigner la regarder, ça non. Il fixait le lit.

« Et qu'est-ce que vous allez me demander d'autre, au juste ? »

De l'inquiétude dans sa voix, sa peur momentanément surpassée par sa curiosité. Elle était quelque peu stressée par la réponse qu'il pourrait lui donner. Vraiment, c'était une situation bien peu agréable et enviable. Pauvre petite mage innocente et inoffensive, ou presque. On va dire que son truc, c'était plutôt les monstres que les autres joueurs. Elle n'aimait pas du tout le PvP, alors forcément.

Lorsque monsieur se mit un peu plus à l'aise, la jeune fille remonta ses yeux améthyste sur lui, le détaillant un peu. Surprise par sa coiffure, d'une part, et son visage. Il était vraiment très fin. Maigre ? Un peu oui. Et si froid, inexpressif. Ca avait quelque chose d'autant plus inquiétant. Déstabilisant.

La question qu'il lui posa la fit tressaillir, la blonde se refocalisant bien vite sur son regard à lui. Pour ensuite fixer le sol, lui donnant une réponse.

« 27. »

Elle se demandait bien quel pouvait être le sien. S'il était vraiment bien plus fort qu'elle ou non. Cela dit, elle n'osait guère le questionner là dessus. Mauvaise idée.

S'en suivit un concert de bâillement de la part de monsieur. Et à force, il lui donnait aussi envie de bailler. Elle en réprima un en plaquant doucement sa main contre ses lèvres, pour ensuite dire, d'une petite voix douce, mais toujours craintive :

« Si vous voulez dormir, vous pouvez prendre le lit. Je ne suis pas très fatiguée... »

C'était un mensonge, ou presque. Il ne fallait pas lui déplaire, c'était certain. Elle ne voulait en rien le contrarier, et supposait donc que lui céder son lit pour la nuit pouvait être une bonne chose. Après tout, on pouvait dire que dans la situation actuelle, elle était sa captive, ou quelque chose du genre.

Se déplaçant lentement, elle rejoignit la chaise, au dossier de laquelle elle suspendit sa capuche dénouée, pour ensuite s'y asseoir, dans une position étrange. Elle ramena doucement ses jambes contre sa poitrine, les serrant de ses bras. Ses mirettes violettes le dévisageaient, à présent. Brillante de peur et de curiosité à la fois. Elle était mignonne, Six, si adorable et délicate. Une proie facile.

Durant quelques instants, elle ferma les yeux, sa joue déposée contre ses genoux, se mordillant la lèvre. Peut-être que si elle fermait les yeux très forts et les rouvrait, il ne serait plus là. Elle essaya, bêtement. Il était toujours là. Soupir.

Elle ne savait pas si elle devait parler ou non. Pour finalement préférer garder le silence, le regardant toujours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Dim 23 Sep - 2:32

A GALAXY
with big blue eyes
Niveau vingt-sept. Suffisamment proche du sien pour être une menace potentielle… X ne se sentait pas à l’aise avec ceux qui se trouvaient au-dessus du niveau vingt-cinq, peu sûr de ses défenses. Après tout, il n’était qu’un danseur anorexique qui pouvait se faire laminer par la première brute venue. Le fait qu’il soit un voleur n’était qu’une façon que le jeu avait de lui donner l’illusion qu’il possédait ne serait-ce qu’une once de puissance… X était, finalement, très prudent – tout en étant un idiot doublé d’un autre idiot. Dans quel pétrin s’était-il encore fourré, le noiraud. Maintenant que plus personne ne le poursuivait et des murs le protégeant, X se rendait compte d’à quel point ses actes avaient étés inconsidérés. Pourquoi n’avait-il pas continué sa fuite ? Parce qu’il avait eu la flemme, voilà tout. Oui, prendre en otage la première demoiselle rencontrée lui avait, sur le moment, semblé être un si bonne idée. Mais à présent, le PK regrettait d’avoir pris un tel chemin. Néanmoins, X ne pouvait pas remonter le temps ou arranger la situation dans laquelle il s’était fourré. Tout ce qu’il pouvait faire, s’était s’y enfoncer plus profondément encore !

Six avait prononcé quelques mots qui allaient à l’inverse de ce qu’elle présentait. Assise sur une chaise, elle osa même fermer un moment ses yeux, se laissant complètement aller. Lui bailla encore une ou deux fois, la fixant. X, si les rôles avaient étés inversés, aurait pu lui aussi se laisser à baisser ses paupières. Parce qu’il était très fatigué. Et, par mimétisme, le jeune homme saisit que sa captive devait être au bord de l’effondrement. En même temps, il l’avait bien secouée et ils se trouvaient en plein milieu de la nuit. Surtout, la façon dont la demoiselle se déplaçait craintivement dans le noir laissait à penser que ce n’était pas une de ses habitudes que de parcourir les rues sous les étoiles. Mais X pouvait se tromper, tout comme Six pouvait volontairement le tromper. Qu’en savait-il, véritablement, de son niveau ou de ses capacités… non, X ne pouvait se reposer pleinement sur ses deux oreilles s’il savait quelqu’un libre de ses faits et gestes juste à ses côtés.

Sans un mot, le voilà qui avança vers le lit et en défit les couvertures, pour se saisir d’un drap, qui enleva complètement de la litière. « Debout », articula-t-il d’une voix blanche, son visage restant impassible. Alors que pourtant, à l’intérieur, cela n’allait pas du tout. Ce que le noiraud s’apprêtait à faire était bien ingrat et étrange – c’était limite inacceptable. Hélas, aucune autre idée ne lui venait et il ne voulait pas blesser la joueuse.

« Les bras bien le long du corps. Ou croisez-les… Enfin. Placez-les de la manière dont ce sera le plus agréable pour vous. » Le voilà qui s’approchait avec le drap. Mais cela n’était pas pour l’étouffer, que la blonde se rassure. « Je vais vous enrouler dedans. Pas un geste ou je mords. » Ainsi, cela empêcherait Six de se mouvoir… et, sécurité en plus, X avait pour but d’en plus la coucher à ses côtés pour pouvoir sentir si jamais elle se trémoussait un peu trop. Rien que cette pensée le faisait rougir (intérieurement). Mais il ne pouvait pas la laisser debout toute la nuit… ah, peut-être allait-il coucher par terre, finalement.

Non. X devait rester près de Six… finalement, à part son niveau et la couleur de ses larmes, le métis ne savait rien de la demoiselle. Que de dilemme. Sa main gauche se mit à trembler légèrement.

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   Lun 24 Sep - 2:50


Elle était dans la mouise.

Tout comme elle ne lui accordait aucune confiance, il ne pouvait surement pas prendre ses mots pour argent comptant.
Le temps passait, et, toujours perchée sur sa chaise de bois rongée par le temps et l'humidité, Sixtine commençait à se dire qu'elle n'aimait pas du tout cette situation. Certes, c'était avant tout la peur qui l'avait guidée là. Cette même peur qui faisait qu'elle n'osait pas s'enfuir, ni l'attaquer. Pas assez confiante envers ses capacité, son talent. Pas assez sûre de pouvoir au moins l’assommer et prendre la fuite. Non, la demoiselle était trop couarde pour tenter sa chance. A ses yeux, c'était surtout un plan à risquer inutilement sa vie. Peut-être qu'après tout, il tiendrait sa parole et la laisserait filer. Et si cela arrivait, pour sur elle trouverait une autre cachette, et y resterait terrée pour les prochaines semaines à venir. Pas question de risquer rencontrer un autre personnage comme lui !

Elle avait beau lui avoir dit qu'elle n'avait pas besoin de dormir dans un lit, le lui cédant, c'était plus un mensonge qu'autre chose. Et cela s'en ressentait, il suffisait de l'observer. Ses grands yeux violets étaient pleins de fatigue, et ses paupières lourdes de sommeil. Cependant, elle se forçait à rester éveillée, le fixant de temps en temps. De plus, cela pouvait l'aider à prévoir ce qu'il comptait faire. Des fois qu'il essaierait de la mettre hors d'état de nuire. On n'était jamais trop prudent, après tout. De plus, lui non plus ne semblait pas trop lui faire confiance, chose qui se confirma dans ses actions suivantes.

En effet, le PK se dirigea finalement vers le lit. Le voyant défaire les draps -qui avaient été changés le matin-même-, la mage supposa donc qu'il avait décidé de dormir là. Ainsi, elle ferma à nouveau les yeux, sa joue toujours calée sur ses genoux remontés, tentant de dormir dans cette position peu confortable. Mais elle préférait ça que s'attirer les foudres de monsieur le méchant tueur de joueurs. Ses mots d'ailleurs, la firent sursauter.

D'un coup, elle rouvrit les yeux, le fixant, les sourcils légèrement haussés. Surprise. Sans pour autant obtempérer. Non, elle resta bien calée sur sa chaise, le dévisageant, curieuse de connaître la raison de cet ordre soudain. Et lorsqu'il continua ses directives, le draps en main, la blonde prit soudainement un air outré. En plus de l'avoir prise en otage et menacée de mort, il voulait en plus la saucissonner et la ridiculiser ?! Il y avait des limites à la docilité et la crainte de Sixtine, et pour le coup, il venait de les dépasser.

Se levant d'un bond, la petite demoiselle, qui finalement, par rapport à lui, ne l'était pas tant que ça, prit un air des plus courroucé, et dit, sans pour autant hausser le ton. Son regard était suffisant pour exprimer sa colère.

« Hors de question. Vous ne pensez pas que ce n'est pas déjà assez de m'avoir menacée, non ? Il faudrait en plus que je me laisse attacher par vous ? Qui sait si vous n'allez pas en profiter ensuite, hein ? C'est non. Non et non. Allez voir ailleurs si j'y suis, ok ? »

Son souffle en était presque court. Pourtant, le ton de sa voix était resté fluet et presque calme, sa voix toujours légère, basse. Personne ne risquait de les avoir entendu, pas bête non plus. Mieux valait éviter d'attirer l'attention. Cela ne l'avait pas empêchée de clairement et nettement refuser l'ordre qu'il venait de lui donner.

Les bras croisés sous sa poitrine, l'air furibond d'il y a quelques instants se transformant en moue boudeuse, elle ajouta alors :

« Dormez dans ce lit si vous le désirez. Je ne bougerais pas de cette chaise. Je peux vous le garantir. »

Une pause. Tout comme elle ne lui accordait aucune confiance, il ne pouvait surement pas prendre ses mots pour argent comptant. Il lui fallait quelque chose de plus alléchant.

« Et si je bouge, là vous pourrez imaginer faire quelque chose contre moi. Que je sache, pour le moment, je n'ai rien fait contre vous. Pourtant, plus de 10 fois j'aurais pu vous semez ou agir. Mais non. Alors s'il vous reste encore un semblant d'humanité sous ce pseudo de tueur, merci d'y penser. »

Ses prunelles étaient brillantes de colère, mais d'autre chose aussi. De tristesse, de peine. Peinée par cette situation. Trouvant dommage d'être face à un PK et non un simple joueur, avec qui elle pourrait parler, ne pas craindre. Une personne qui ne risquait pas de la tuer. Elle voudrait bien lui faire confiance, mais... La peur l'en empêchait.

Les bras toujours croisés, elle se rassit, le fixant. Toujours cette moue colérique au visage (et pour tout dire, elle était mignonne), ne cillant pas. Décidée à lui remettre les idées en place.

Elle était dans la mouise.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sous le voile des étoiles [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sous le voile des étoiles [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Que se cache t-il sous le voile de la mariée ? [Mission Rang A | PV Chikin]
» [FB] Sous un voile de brume
» Ondulant sous le vent... [1st entraînement, Nuage de Voile]
» L'amour brille sous les étoiles ~ [ Neiry ]
» Sous la bénédiction des étoiles [Norman]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Now Saving... :: Corbeille :: ANCIENS RP-