AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Guide du forum  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bienvenue sur Lost Universe !
Forum RPG inspiré de Sword Art Online • Avatar manga 200*320px • 15 lignes minimum • Un staff présent • une bonne ambiance • De nombreux concours et activités ! • Plus de deux ans d'ancienneté !

♥ N’oubliez pas de voter pour nous toutes les deux heures !


Prédéfinis


Le forum est réouvert ! Le forum a été réinscrit sur les top-sites merci de voter pour nous !

 

  « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   Jeu 30 Aoû - 18:37


Toujours surveiller ses arrières...


Leia s'étira les bras, en poussant un gémissement. Elle venait juste de terminer une séance d'xp intensif en compagnie de Shräwn, et n'avait qu'une envie : rentrer à l'auberge. Le soleil déclinait, dardant ses derniers rayons, dans un dégradé du jaune au rouge que la voleuse appréciait.
Après un échange de regard entendu avec la mage, les deux jeunes femmes prirent le sentier qui les guidaient jusqu'à l'auberge, Hope bien plus détendue que sa partenaire, qui restait constamment à l'affut, comme d'habitude. S'attendant presque à une pique de la part de sa congénère, l'Australienne se décida tout de même à regarder un peu autour d'elle, légèrement derrière son amie, comme d'habitude.
Étant donné que Shräwn était bien plus observatrice, les jeunes femmes avaient décidé qu'elle passerait devant. Malgré le peu d'attention que la blondinette portait à son environnement, elle entendit un bruit suspect derrière elle, qui la fit se retourner. Il avait échappé à l'attention de la mage, sans doute trop concentrée sur son champ de vision.
Un mob se dressait devant la voleuse, sa barre de vie presque vide. Leia fronça les sourcils, se demandant pourquoi il était encore en vie. Logiquement, elles l'avaient tué tout à l'heure. Le mob, une gigantesque fourmi qui donnait des coups avec ses mandibules, passa à côté de la voleuse, se dirigeant vers la mage. Celle-ci devait lui avoir donné le dernier coup à l'heure actuelle, et était donc la cible principale du mob.
Avec son impulsivité habituelle, la jeune femme sortit sa dague, se déplaçant rapidement. Heureusement, la fourmi se déplaçait lentement, et elle put la rattraper sans problème, protégeant la mage en se postant derrière elle comme un bouclier humain.
Incertaine, elle hésita entre lancer son couteau, ce qui suffirait sans doute à tuer le monstre, vu le peu de PDV qui lui restait, mais au risque de se rater; ou de s'élancer et frapper, mais le mob pourrait frapper Shräwn.
Sans même jeter un coup d’œil à celle-ci, histoire de ne pas voir la tête exaspérée qu'elle devait faire si elle s'était retourné, ce qui était sûrement le cas désormais, Hope s'élança et... Se prit un magnifique coup de mandibule. Avec son élan, elle fut projetée sur le côté. A moitié couchée sur le sol, elle lança finalement son couteau, qui atterrit dans une des pattes de la fourmi, pur coup de chance. Celle-ci se fragmenta en morceaux bleutés qui voletèrent quelques instants avant de disparaître.

[HRP: Encore un Rp pourrave >w<]

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   Ven 31 Aoû - 4:42





D’un léger mouvement de ton sceptre, tu lances une petite mais assez puissante bourrasque pour pouvoir repousser cette fourmi qui avait tenté de te toucher de ses repoussantes pattes. Car tu as horreur des insectes, que ça soit dans la vie réelle ou même encore dans un jeu –qui est beaucoup plus qu’un simple jeu inoffensif. Tu te décides à envoyer une boule de feu sur la bestiole avant qu’elle ne se relève, et tu ne prends même plus le temps de vérifier si tu l’as bel et bien achevée, trop épuisée. Aujourd’hui, ta partenaire Leia et toi-même avaient décidé d’xp toute la journée, d’où la fatigue qui t’assomme peu à peu, te rendant beaucoup plus négligente et moins prudente envers ton environnement, malgré toi. Tu bailles à t’en décrocher la mâchoire, pas très gracieux pour une demoiselle mais tu t’en fiches, sachant que vous n’êtes que deux sur cette zone. Tu jettes un regard à Leia et tu acquiesces silencieusement de la tête, la demande de celle-ci qui est de rentrer à l’auberge de la ville, partageant la même envie de te reposer. Tu commences donc à marcher, devant ta compagne bien sûr, la soupçonnant d’être comme toi mais beaucoup plus que tu ne l’es –ou c’est ce que tu aimerais croire-, négligente à cause de la fatigue.

Sur la route, tu fixes l’horizon d’un air absent, ton esprit bien trop occupé à songer à tes réserves de potions qui s’étaient presque totalement épuisées à cause d’aujourd’hui, à tes futures dépenses car il te faudra sans doute en racheter et à la gestion de tes pièces d’or. Les potions sont coûteuses, autant que les cristaux de téléportation et si tu ne trouves pas un moyen pour régler ce problème financier, tu sais que tu deviendras encore plus paranoïaque qu’avant. Déjà que tu ne te sens pas très en sécurité, toute seule même avec un inventaire empli de potions de vies. Tu soupires silencieusement, chassant ces pensées qui t’épuisaient encore plus, te concentrant sur le paysage. Mais au même instant, tu entends un bruit. Tu fronces les sourcils et retournes vivement la tête, à la recherche d’où cela avait pu provenir. Ton regard se pose sur Leia qui faisait face à une fourmi géante, celle de tout à l’heure. Tu jures intérieurement de ne pas avoir été plus vigilante et tu t’autoproclames comme une idiote officielle. Tu regardes faire d’un air blasé ta coéquipière, face à la bestiole, prête à attaquer mais qui semble attendre. Cela titille ta curiosité. Qu’attends-t-elle ? songes-tu. Finalement, elle s’élance.

Tu ne t’attendais pas à ça. Elle rate sa cible et se retrouve propulsée sur le côté, tandis que sa barre de vie descendait dangereusement. Ca t’inquiète, tu es prête à prendre en main ton sceptre pour régler une bonne fois pour toutes, le compte de cette bestiole, mais elle disparaît finalement, tuée par Leia, grâce à son couteau. Tu soupires de soulagement. Tu reportes ton regard sur ses points de vie et tu accoures vers elle, plus qu’inquiète et prête à lui faire la morale. Mais en fait, tout est de ta faute. Si tu n’avais pas été si négligée envers cette créature, cet incident ne se serait pas produit. Tu te mords la lèvre par réflexe, et réprimes cette envie de lâcher une larme due à cette peur de la perdre, comme tu as perdu les deux autres.

Tu chasses ces pensées indésirables et reportes ton regard sur sa barre de vie, puis sur ton inventaire. Tu sors la dernière potion de vie qu’il te reste, pour la faire boire à Leia qui retrouve tous ses points de vie –bien qu’en fait, tu l’as forcée à la boire. Rassurée, tu l’étreins doucement et tu chuchotes des mots incompréhensibles, heureuse qu'elle soit encore en vie. Finalement, tu ne la lâches pas même après plusieurs minutes passées. Tu ne voulais pas la lâcher. Cette peur au fond de toi avait resurgit, et les pensées les plus noires vinrent t'assaillir. Tu avais peur qu'elle disparaisse, comme cette fourmi. Tu avais peur de te retrouver seule. Tu avais peur de la perdre à jamais. A cette pensée, tu resserras ton étreinte autour d'elle. Cette peur qu'un jour, Leia puisse disparaître sous tes yeux, tuée par ces créatures ou ces PKs te faisait trembler de tout ton être. Tu étais devenue si fragile, après leurs morts.
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   Sam 1 Sep - 17:22


Roh; garde tes potions


Leia tourna la tête vers la source de bruit qu'était Shräwn, courant vers elle, son visa exprimant l'inquiétude qu'elle ressentait, son masque d'impassibilité neutre habituelle n'étant plus qu'un lointain souvenir. Voyant que la mage sortait une potion, l'Australienne retint un soupir. Elle savait que cette dernière faisait ça parce qu'elle s'inquiétait, mais elle cette réaction l'irritait, car elle trouvait que Shrä' ferait mieux de garder cette potion pour elle.
Lorsque celle-ci arriva à la hauteur de la jeune femme, qui se rendit alors compte qu'elle ne s'était toujours pas levé. Elle ne tenta cependant rien, à moins qu'elle n'eut pas le courage. Sa partenaire s'assit à côté d'elle, et la força à gober - on ne pouvait décemment pas appeler ça boire- le contenu de la fiole, soit le liquide arc-en-ciel qui lui rappelait d'étrange souvenirs. Un rêve où elle avait été poursuite par un chou violet géant. Puis, un Pikachu arc-en-ciel était arrivé, avait foudroyé le chou, qui était mort sur le coup. Puis, un gremlin était arrivé et... Ahem. Bref.
Retournons à nos moutons. Hope regarda sa meilleure amie, après s'être secouée mentalement pour couper court à ses souvenirs farfelus et sans intérêt. Cette observation dura à peine une fraction de seconde, car Shräwn la serra dans ses bras. Après quelques secondes de flottement, notamment dû à la surprise; car la mage n'était pas vraiment friande de contacts physiques, Leia serra son amie dans ses bras, essayant de comprendre quelque chose aux paroles que cette dernière débitait sur un ton qui trahissait son angoisse. C'était la seule chose à faire, pour la rassurer. Elle avait parfaitement compris que ça lui avait rappelé la mort de leurs deux amis, qu'elles n'auraient sûrement jamais surmontés si elle n'avaient pas été à deux.
De même, elle avait parfaitement compris que, comme elle, Shräwn ne supporterait pas la solitude dans cet endroit où il fallait se méfier de tout, et de tout le monde. C'est pourquoi la blondinette murmura, dans l'espoir de rassurer un tant soi peu sa meilleure amie, et aussi de lui faire dire des paroles intelligibles :

« - Ne t'inquiète pas, je suis là. »

Se mettant à caresser lentement la chevelure violacée de la mage, la jeune femme continua, avec l'ombre d'un sourire cette fois-ci :

« - Je suis bien trop obstinée pour mourir comme une plante verte destinée à amuser un abruti; sans te rembourser ta potion. Et ça, tu le sais très bien. »

Espérant que ces phrases avaient eu l'effet escompté, elle continua de caresser les cheveux de soie de Shräwn, en parcourant les alentours d'un coup d’œil, histoire de voir où se trouvait son couteau. Après l'avoir aperçu, elle reporta toute son attention sur la femme au physique d'enfant qu'elle tenait dans ses bras.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   Dim 2 Sep - 1:22





Tu ressens les bras de ton amie qui se resserrent sur toi. Tu ne bouges pas, profitant de l’instant autant que tu le peux, car ces contacts sont rares chez toi. Tu n’as jamais vraiment aimé les contacts physiques, alors tu préserves précieusement et profites quand il y en a, surtout ceux avec ta coéquipière. Tu fermes les yeux et essayes de calmer ton esprit, qui a eu une réaction beaucoup trop excessive à ton goût. Mais tu n’y peux rien, à chaque fois qu’il s’agit de Leia, tu t’emportes. Tu t’énerves, tu sors de tes gonds, tu t’inquiètes en quelques secondes, tu ne peux pas t’empêcher d’avoir ces réactions abusives. Car c’est Leia.

Tu l’entends parler. Tu l’entends dire quelque chose. Tu entends sa voix si douce et tu bois ses paroles. Elles te calment, t’apaisent, dissipent tes angoisses, évanouissent tes peurs. Quelques instants après, tu retrouves ton flegme habituel. Mais pourtant, tu te refuses à la lâcher. Tu veux continuer à être dans ses bras encore un peu. Juste un peu. Et après, tu te retireras. Mais pour l’instant, tu veux préserver ce contact encore un peu. Alors tu restes ainsi, dans ses bras et elle dans les tiens. Personne ne bouge. Et finalement, tu te résignes à faire le premier mouvement.

Tu te détaches lentement d’elle, malgré toi, en dépit de ton envie de rester dans ses bras, en dépit de vouloir tout simplement continuer à être consoler. Tu la regardes dans les yeux, tu te plonges dans ses yeux couleur rubis, tu les contemple et tu t’y perds dans cette contemplation. Tu reviens peu à peu à toi et tes sourcils se froncent. Tu es là, prête à la gronder mais tu te dis que tu auras l’air ridicule, après ce moment de faiblesse –dont tu as honte. Tu réfléchis à ce que tu devrais faire et les secondes passent. Bientôt une minute, et finalement, tu te décides. Tant pis. Autant avoir l’air ridicule. Tu as commencé à l’être dès le début où tu as sorti cette potion pour la faire boire à ta coéquipière, dès le début où tu as commencé à avoir des réactions excessives. Tu te mords tout de même la lèvre, tu hésites. Et finalement, tu te lances.

« Pourquoi ne t’es-tu donc pas élancée tout de suite ? Qu’attendais-tu ? Que la fourmi vienne et t’assaille de coups qui auraient pu causer ta mort ? Je le sais bien que tu ne mourras pas d’une aussi stupide façon, mais fais attention. Je ... Hm. »

Tu marques une pause. Tu déglutis, détournes le regard et finis par regarder le sol. Gênée, sans doute ?

« Je m’inquiète vraiment. Et si nous ne parvenions pas à nous échapper de ce monde ? Et si nous mourrions avant d’avoir pu attendre le niveau 100 ? Avons-nous même une chance de l’atteindre ? Pouvons-nous réussir ? »

Finalement, sans lui laisser le temps de vraiment te répondre, tu te relèves. Tu marches en direction de son couteau, au sol, là où la créature fut tuée. Tu le ramasses, reviens à tes pas et le tends à ta coéquipière. Tes doutes sont réapparus, tes peurs revenues et tes angoisses habituelles regagnent ton esprit. Tu as de nouveau envie de te réfugier dans les bras de ton amie, seul lieu où tu te sens réellement en sécurité. Elle est ta confidente, ta meilleure amie, ton âme-sœur d’amitié ... Amitié ? Tu te poses la question. Tes pensées s’emmêlent, se mélangent, tout devient confus. Ca te perturbe.

« Faisons de notre mieux. Pour honorer leurs mémoires. »

Dis-tu, toi qui a si peur de la mort. Toi qui est si misérable, face à l’idée de mourir seule. Face à l’idée de l’affronter seule. Pauvre fille, si misérable.
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   Lun 3 Sep - 14:50


Toujours le pessimisme...


Leia sentit les muscles de son amie se détendre, et compris que celle-ci se calmait, aussi par le fait qu'elle avait arrêter de débiter un flot de paroles incompréhensibles. Personne ne bougea. Ce contact était bien trop précieux, trop rare pour que la voleuse y mette fin. Il la rassurait autant qu'il rassurait Shräwn. L'avoir dans ses bras, être certaine de sa présence, être certaine qu'elle serait toujours là, tant qu'elle le pourrait... Au fond, elle n'avait pas fait ça seulement pour rassurer la mage, mais aussi se rassurer. Mais ça, elle ne l'avouerait sans doute jamais. Ou, tout du moins, pas tout de suite.
Finalement, sa coéquipière mit fin au contact, restant toutefois assise, avec une douceur qui ne lui était pas coutumière. Une douceur qu'elle ne réservait qu'à ses proches. Cette idée fit plaisir à Hope, qui n'en montra cependant pas le moindre signe physiquement. Shräwn planta ses yeux d'améthyste dans ceux de sa coéquipière, juste en face d'elle. Celle-ci lui rendit son regard, ne cillant pas, comme si elle subissait un examen. Mais l'expression de la mage en disait long: elle était hésitante. Peut-être sur la conduite à tenir, après ce contact inhabituel. Finalement, les sourcils de la femme aux cheveux violacées se froncèrent. Inspirant profondément, la blondinette s'attendit à une réaction. Qui ne vint qu'environ une minute plus tard, après que Shräwn se soit mordue la lèvre, signe de grande hésitation dans sa gestuelle.

Une première salve de paroles, sur un ton de réprimandes qui ne peut cependant cacher l'inquiétude qui siège derrière. Mais aussi de l'incompréhension. Un arrêt, en plein milieu d'une phrase. Le temps de déglutir, de détourner le regard, pour finalement le planter dans le sol.
Gêne. De devoir dévoiler sa peur, son inquiétude. Ce qui la rendait faible, si faible dès qu'il s'agissait de Leia. Celle-ci perdit légèrement contenance, ne sachant exactement comment elle était censée prendre cette réaction.
Finalement, Shräwn reprit. Du pessimiste, de la peur, c'était la véritable signification de ces mots. La peur du hasard. De la mort. De l'avenir. Et de ne pas y arriver.
Un nouvel arrêt, après une phrase entière cette fois. La mage se lève, finalement. L'Australienne s’exécuta aussi, dépoussiérant ses vêtements, en insistant sur son écharpe. Comme si l'apparence avait encore une quelconque importance, sur ce jeu où l'on pouvait mourir au moindre faux pas. Finalement, son amie revient, lui tendant son couteau. Elle a de nouveau l'air calme. L'air. Sa façon de respirer, de tripoter sa robe étrange, de cligner des yeux plus qu'il n'en faut. De nouveau peur. De nouveau des angoisses. A nouveau, Leia voulait la rassurer, la prendre dans ses bras. Mais la voir si angoissée l'inquiétait aussi. Ce n'était pas si grave que ça, si ? La jeune femme reprend le couteau, écoutant la dernière phrase de son amie, la remerciant du regard.
Souvenir. Douleur. Tristesse. Ne pas oublier. Vivre avec ces sentiments. Vivre pour eux. S'en souvenir, à jamais. Leur faire honneur.

Hope inspire. Réfléchis, l'espace d'un instant. Comment formuler ses phrases. Puis elle se lance, débite les paroles, naturellement.

« - Pourquoi ? Non, je n'attendais rien. Ou plutôt, je n'attendais pas ça, évidemment, mais d'être sûre qu'elle ne t'attaque pas. Je n'aurais pas pu laisser ça se passer. Et je sais que tu le sais. Mais, je sais aussi que tu avais besoin que je le dise, pour te rassurer. »

Protection. Était-ce réellement ce à quoi elle pensais ? Ou est-ce qu'elle avait eu peur que, par sa faute, la mage soit blessée ? Trop gravement, beaucoup trop... Non. Pas de la protection. Égoïsme. Peur de la solitude. Mensonge.
Mais cette vérité là ne sortira jamais de sa bouche. Trop sale. Oui, c'était cela. Sa saleté était trop visible, si elle l'avouait.

« - Je m'inquiète aussi. Mais rester ici, envisager le futur, en restant immobile, en laissant les autres agir... Ça ne sert à rien. Oui, nous pouvons mourir avant d'atteindre le niveau 100. Mais je ne pense que ça arrivera. Nous avons vu la mort. Nous avons conscience des enjeux, bien plus que la majorité des gens. Plus prudente. Enfin, surtout toi. Et nous avons donc plus de chance d'y arriver. Si nous ne pas capables d'arriver à ce fameux niveau 100, eh bien... Quelqu'un d'autre le fera. Mais nous devons avancer, ne pas baisser les bras. Tu verras, plus tard, lorsque tout ça sera fini, on s'en rappellera, on se dire qu'on a fait le bon choix. »

Optimiste. Bornée. Elle savait qu'elle l'était trop, beaucoup trop. Même le pessimisme, la peur, toutes les émotions ambiantes, qui emplissaient ce lieu, ne suffisaient pas à la faire changer d'avis. Capable d'apprendre la ténacité à une pierre, si elle le voulait. Ce n'était pas pour rien qu'elle s'appelait Hope.
Mais était-ce vraiment des qualités ? Tout ça, ne la mènerait-il pas juste à ce qu'elle n'envisageait pas ? Juste à ce qu'elle refusait d'imaginer, chassant de la main ce qu'elle trouverait déprimant.
N'était-ce pas plutôt que déprimant, réaliste ?...

« - Oui, nous nous battrons pour eux. Pour leur mémoire. Et nous nous en souviendrons toujours. Parce qu'il n'y a personne d'autre pour le faire. Et parce qu'ils mériteraient qu'une centaine de personne le fassent. Au moins. »

Tout en disant, Leia rangea son couteau. Puis, elle avança, et pris la main de sa coéquipière. Espoir. Courage. Compassion. Et surtout, confiance. Mais est-ce que ça suffirait ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   Mar 4 Sep - 4:02





Tu observes silencieusement Leia prendre son couteau, sans pour autant le ranger, acte intriguant ton esprit et occupant tes pensées durant quelques secondes. Finalement, tu te décides à chasser ces pensées futiles, ces secondes passées. Devant elle, debout, la tête légèrement levée pour pouvoir faire face à son regard, tu n’oses prendre la parole une fois encore, de peur de trop te dévoiler, de peur de complètement te mettre à nue devant Leia. En dépit de ce moment de faiblesse, en dépit de cette armure déjà bien abîmée, sur le point de s’autodétruire à chaque instant, chaque seconde de plus passée en sa compagnie, tu t’acharnes à vouloir jouer la forte, l’insensible, toi qui est pourtant si faible. Toi qui ne saurais que faire, toi qui es si confuse lorsque tu arpentes ces plaines toute seule, toi qui serais sûrement morte à l’heure qu’il est, sans elle. Finalement, tu te demandes comment tu as pu ne jamais te rendre compte que Leia t’étais devenue indispensable pour survivre mais surtout pour vivre et encore réussir profiter de la vie –si on peut le dire de cette façon. Tu lances un regard discret au ciel puis réprimes un rictus sarcastique : la pluie allait bientôt tomber. Décidemment. Voilà que clichés sur clichés s’enchaînaient sans laisser un temps de répit aux deux jeunes filles, à toi, surtout. Toi qui n'a pas cette habitude de te dévoiler autant. L’envie de rentrer s’accentua encore plus.

Finalement, Leia répondit enfin, coupant court à ce silence qui devenait de plus en plus pesant à ton goût. Elle répond, en prenant son temps, choisissant ses mots avec attention. Et tu l’écoutes, bois ses paroles comme tu le fais si bien à chaque fois. Tu l’écoutes parler, déclarant ce qu’elle avait à dire, exprimant ce qu’elle voulait exprimer. Répondant à tes questions, à tes doutes, à tes angoisses. Tu baisses légèrement la tête, légèrement embarrassée. Oui, tu le sais tellement bien. Tu protèges Leia et Leia te protège. Vous vous protégez mutuellement, telle est la règle première de cet accord invisible passé entre vous, en même temps que cette promesse de les venger. Tel est ce que vous avez décidé, ce jour-là. Pourtant, tu restes légèrement sceptique, dubitative à son explication des faits, malgré ce sentiment d’embarras qui te submerge, peu à peu. Un coup de bâton aurait largement suffit pour l’achever et tu aurais pu te téléporter, au cas où la bestiole aurait eu l’envie de s’approcher. Tu l’aurais sentie. Bien que finalement, ce fut Leia qui la repéra en première. La fatigue baissait ta garde. Ce n’était pas bon, pas bon du tout. Quelle idiote. Et tu commences à te réprimander intérieurement de ta bêtise. Tu as trop pris confiance, ces derniers temps. Chose qui causera ta perte, si cela ne s’arrange pas tout de suite. Mais tu t’éloignes trop du sujet principal, étourdie que tu es parfois.

Donc. Elle n’avait pas à s’en faire, à s’inquiéter. C’est ce que tu te dis, mais n’as-tu donc pas fait la même chose ? En ayant eu une réaction totalement excessive, qui plus est, épuisant ta ressource de potions de vies et te dévoilant aussi faible à ta partenaire. Tu baisses les yeux, tes pensées assiégées de remords d’avoir agi sous l’impulsion. Bien qu’au final, au fond de toi, ça te faisait en quelque sorte … plaisir ?

Tu te dis qu’elle a raison, mais quelque chose t’empêche de partager le même avis qu’elle. Tu essayes, tu t’y forces, de voir plus positif. Mais tu ne peux t’empêcher de voir les mauvais côtés, de toujours imaginer le pire, toi qui es si pessimiste de nature. Leia est la source de lumière éclairant tes pensées noires, toujours là à te rassurer. A être optimiste. A te donner la volonté de continuer. Que deviendrais-tu sans elle, franchement ? Qu’est serais-tu devenue, sans elle ? Leia t’apporte cette source de lumière, illuminant cette vie, ta façon de voir les choses, peu à peu. Leia t’as tellement apporté. Mais que lui as-tu apporté, toi ? Toutes sortes de questions se bousculent dans en toi. La confusion revient à l’assaut. Mais tu sens une goutte tomber sur toi, chassant une nouvelle fois, toutes ces pensées comme tu le fais depuis déjà un bon bout de temps. Comme cela t’agaces. Tu penses, beaucoup trop, ça te donne mal à la tête et finalement tu décides d’abandonner et de ne plus y penser. Car c’est compliqué, énervant, prise de tête. Ca t’agace. M’enfin. Tu lèves le regard au ciel : il a commencé à pleuvoir. Tu lâches inconsciemment un soupir. Cette situation te désespère déjà et voilà que la météo y met aussi du sien, y rajoutant une couche. Génial.

Machinalement, tu enfonces ta tête dans ton béret à l’aide de tes deux mains, que tu laisses par la suite retomber le long de ton corps. Leia finit ses paroles. Tu la vois, l’observes, l’écoute, prends sa main à ton tour et la serres, et demeures silencieuse. La pluie t’énerves, te désespères. Tu grommelles, murmurant des choses et d’autres dans ta barbe. Tu n’as jamais aimé être mouillée et ce n’était pas maintenant que tu allais commencer à apprécier. Mais c’était tout de même étrange. Bien que cela ne soit que de la pluie artificielle, que de simples pixels, tu sentais la pluie tomber lourdement sur cet avatar que tu incarnes, corps virtuel, corps qui n’est pas tien, corps n’étant qu’un amas de pixels. Les gouttes ruissellent sur ton corps, doucement, lentement alors que la pluie s’abat violemment sur vous, sur le sol, sur tout Ajurna, mouillant ton visage, tes cheveux et tes vêtements par conséquent. Tu restes malgré tout impassible à la pluie, attendant quoi lui répondre. Mais finalement, aucun son ne daigne sortir, pour ton plus grand malheur. Tu déglutis. Tu ressers ta main contre la sienne et hoche la tête en silence, ne sachant quoi dire, exprimer, ne sachant tout simplement quoi faire.

Finalement, oui, finalement, tu avances d’un pas après moult hésitations. Tu veux courir, te réfugier quelque part, te mettre à l’abri de cette violente pluie. Tu as froid. Et c’est tout ce qui te vient à la tête. Quelle fille désespérante tu fais là.
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   Mer 26 Sep - 15:37


Pixels d'eau cascadant du ciel grisé


Shräwn baissait légèrement la tête. Leia savait qu'elle était gênée. Mais elle ne le dirait jamais. Dévoiler ses sentiments, ses pensées, c'était bien trop difficile pour la jeune mage. Au fond, elle était un peu tsundere, refusant de montrer la moindre de ses faiblesses.
Mais pourquoi cette gêne ? Parce que le fait que la voleuse exprime ses sentiments ainsi la gênait ? Parce la femme au physique d'enfant s'en voulait, pensait que c'était de sa faute ? Ou, parce qu'au fond, ça lui faisait plaisir ? Peut-être l'un des trois. Peut-être les trois. L'Australienne n'aurait sans doute jamais la réponse, ni sur ce jeu, ni dans la réalité, une fois sorties de ce calvaire. Si elles arrivaient jusque-là....
Se morigénant intérieurement pour cette pensée, la jeune femme tenta de penser à autre chose, de quelque chose de meilleur. Alors, elle attendit une réponse de son amie. Mais elle ne vint pas. Sa partenaire avait le regard dans le vague, l'éclat de ses yeux améthyste comme brouillé et flou, l'air confus et mélancolique. Hope la regarda, silencieuse. Pour une fois, elle ne trouvait pas de phrase joyeuse à rajouter, pas de taquineries qui pourrait retirer ses si sombres pensées de la tête de son amie aux cheveux violacés.

Inutile. Voilà, ce qu'elle était, à ce moment. Elle s'en voulait, et pas qu'un peu. Si elle était incapable, juste de ça, comment la protéger ? Oui, elle venait de le faire, mais au prix de l'inquiétude de cette dernière, de la faire souffrir. Et ça, elle ne le voulait pas. Elle voulait juste l'aider, sans qu'il n'y ait de conséquences sur le mental de sa meilleure amie.
Pas de peur. Pas d'angoisse. Rien de tout ça. C'est ça qu'elle voulait. Mais dans de telles circonstances, et en étant si inutile, c'était tout simplement impossible, n'est-ce pas ?
Alors, Leia ne fit rien. Elle la regarda, de ses yeux sanglant assombris par la nostalgie. Nostalgie de ce temps où ils étaient encore là. Où ils leur remontaient le moral. Où ils disaient toujours des choses sur lesquelles elle pouvait renchérir facilement, enchaînant taquineries sur taquineries.
Mais ça, c'était fini. Ça s'était fini, sur ce stupide jeu. Elle les avaient regardés, regardés tandis que leur barre de vie baissait, tandis que la mort venait les faucher, tandis que leur arrêt de mort se signait. Elle les avait regardés, impuissante, incapable, inutile.
Comme elle l'avait toujours été, avec ses deux jambes, ses deux jambes qui refusaient de s'animer, d'obéir, comme si elles n'appartenaient pas à son propre corps. Et, tandis que Leia repensait à ça, elle ne se rendait pas compte du ciel qui se grisait, elle ne se rendait pas compte que Shräwn lui avait prit la main, après avoir renfoncé son béret comme d'habitude.

Les gouttes glacés la tirèrent de ses pensées, la secouèrent un peu. Hope releva la tête, regardant le ciel noirâtre, l'eau pixelisée qui tombait sur ce corps de la même matière. Elle retourna son attention vers Shräwn, vers sa meilleure amie, vers cette mage qui la soutenait constamment, sans mot dire, sans se plaindre. Cette mage qu'elle disait rassurer, alors que c'était tout le contraire. Alors que sans elle, elle n'aurait plus d'optimiste, plus d'espoir, et le fait de porter ce prénom qui l'avait toujours si bien décrite ne serait plus qu'une ironie de plus de la part de la vie.
Leia la vit hocher la tête, sans la voir. Elle entendait le son des gouttes d'eau qui s'abattaient sur le sol, ce son créé mais si réel. L'eau qui ruisselait sur elle, sur son corps artificiel, ainsi que sur celui de son amie. Un sourire, une esquisse, tandis qu'une taquinerie lui vient à l'esprit. Si futile, de penser à ça dans un tel moment. Mais la voleuse était comme ça.
Finalement, elle sentit un léger tiraillement sur son épaule, dû au pas de sa partenaire. Elle réalisa que celle-ci voulait partir. En même temps, qui de normalement constitué voudrait rester sous une pluie qui ressemblait plus à un déluge ?
Elle ressentait la chaleur de la main de la mage, ses doigts qui serraient les siens, signe d'une amitié plus qu'inébranlable, malgré les barrières érigées par son amie. Frissonnant, tu te décidas à avancer, à t'en aller, pour ne plus ressentir cette pluie de glace, cette pluie froide comme l'enfer. Sauf sur tes jambes. Même dans ce jeu, elle ne ressentait rien au niveau de ses jambes, même si elle pouvait les bouger.

L'Australienne avança donc, passant tranquillement à côté de son amie, tout en conservant un pas assez lent pour que celle-ci puisse la rattraper facilement.

« - Dommage que ta petite taille ne te serve pas à éviter les gouttes. » fit-elle simplement, se dirigeant vers ce qu'elle croyait être le chemin vers la ville pour trouver un abri.

Alors qu'en fait, elle allait dans l'autre sens.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   Sam 20 Oct - 2:31



IV.



Ta partenaire ayant compris que tu voulais éviter d’être encore plus mouillée que tu ne l’étais déjà par cette maudite averse, elle commença à avancer devant toi.

uc.

HRP.:
 
Code by Anarchy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Mais je vais bien ! » | Pv:Shräwn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» merci la gueuze ; t'es un laideron mais t'es bien bonne.(a)
» Ne rien faire, mais le faire bien. (ayshi galery)
» (Merci la gueuse. Tu es un laideron, mais tu es bien bonne) guenièvre
» Je vais péter un plomb mais je vais pas aller bien loin!
» ∞ j'fais genre j'vais bien et tout, mais en vrai j'ai raté Bob l'éponge ce matin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Now Saving... :: Corbeille :: ANCIENS RP-